• Traduction de Dovewing's Silence

    Traduction de Dovewing's SilenceSalut à tous ! Ici je vous propose une traduction du livre « Dovewing's Silence » que l'on peut traduire par Le silence d'Aile de Colombe. Cette traduction est réalisée par moi-même, aucun vol ne sera toléré ! Bonne lecture.

     

    Résumé : Au lendemain de la bataille contre la Forêt Sombre, les pouvoirs d'Aile de Colombe ont disparu, et elle a bien du mal à s'adapter à une vie de simple guerrière...

  • (Traduction) Chapitre 1 de Dovewing's Silence

    by GrayPillow

    Aile de Colombe se tenait immobile au centre du camp tandis que le silence s'abattait sur la forêt. Du coin de l'œil, elle aperçut deux formes pâles ; un blaireau au long nez rayé de blanc et un chat sans fourrure aux grands yeux globuleux, aveugles. Ils lui firent un signe de tête puis marchèrent ensemble en dehors de la combe. Pendant un moment, Aile de Colombe voulut les poursuivre, les ramener pour leur demander ce qu'il se passerait ensuite.

    Minuit ! Pierre ! Comment pouvez-vous nous laisser ? La Forêt Sombre a peut-être été vaincue mais nous avons tout perdu !

    Le silence des arbres fut brisé par un sanglot étouffé. Tempête de Sable était penchée sur le corps sans vie d'Étoile de Feu, toujours allongé au pied de l'arbre foudroyé.

    « Nous avons tout perdu, » murmura Aile de Colombe à voix haute.

    Elle regarda Feuille de Lune presser des toiles d'araignée sur une morsure au flanc de Cœur Cendré; Pelage de Lion se tenait près d'eux, le bout de sa queue s'agitait anxieusement, jusqu'à ce que Feuille de Lune l'envoie chercher du souci et de la tanaisie dans la tanière des guérisseurs. Millie effleura l'épaule d'Aile de Colombe de sa truffe. 

    « Tu es blessée ? » miaula-t-elle.  

    Aile de Colombe secoua la tête. En vérité, elle ne savait rien des blessures qu'elle avait subies durant la bataille sanglante; elle se sentait engourdie de la truffe aux griffes, et ses oreilles bourdonnaient encore du bruit de la guerre.

    « Alors viens nous aider, » l'invita Millie. Elle conduisit doucement Aile de Colombe au bord de la clairière où se trouvaient les corps inertes de Feuille de Houx, Poil de Souris et Fleur de Bruyère. Pelage de Poussière ne cessait de regarder sa défunte compagne, sa fourrure brun foncé et tigrée tachée de sang, des touffes de fourrures avaient été arrachées de son pelage.

    « Tu devrais aller voir Feuille de Lune, » lui dit Brume de Givre en redressant soigneusement la douce fourrure de Fleur de Bruyère. « Je resterai ici. 

    -Je ne quitterai plus jamais Fleur de Bruyère, » gronda Pelage de Poussière. Il frappa le sol de sa patte, ses griffes laissant une marque sur le sol. « J'aurais du rester avec elle. Elle n'aurait jamais du affronter Étoile Brisée seule. Elle n'était rien qu'une vulgaire proie pour lui ! »

    Brume de Givre lui jeta un regard furieux, ses yeux bleu pâle brillants. « Ma mère a donné sa vie pour protéger la pouponnière. Elle est morte comme une guerrière. Ne lui enlève pas cet honneur. »

    Patte d'Araignée arriva en boitant et posa sa queue sur l'épaule de son père. « Je suis sûr que Feuille de Lune peut t'examiner ici, dit-il à Pelage de Poussière. Nous devrions tous être avec elle maintenant. Bois de Frêne a emmené Patte de Renard dans la tanière du guérisseur, lui et Feuille de Lune nous rejoindrons ensuite. »

    Aile de Colombe partageait la douleur de son père. Pauvre Bois de Frêne. Fleur de Bruyère était sa mère, tout comme elle était celle de Brume de Givre et Patte de Renard. Sa perte lui sera difficile à surmonter. Aile de Colombe sursauta lorsque Aile Blanche apparut devant elle. La fourrure blanche de la guerrière était tachée de sang écarlate. Aile de Colombe ouvrit la gueule pour lui dire qu'elle devrait aller voir Feuille de Lune. « Ce n'est pas mon sang, miaula la guerrière blanche. Peux-tu aider Isidore ? » Elle désigna le vieux mâle tigré du museau qui luttait pour replier les pattes de Poil de Souris sous elle.

    Aile de Colombe avait l'impression d'avoir une pierre dans la gorge qui l'empêchait de parler. Elle se dirigea vers Isidore et maintint la patte de Poil de Souris pendant que le vieux matou la replia gentiment sous son ventre, comme si la chatte dormait. Les yeux du vieux chat étaient humides et sa respiration rauque.

    Aile de Colombe fut distraite par un mouvement à l'entrée de la combe. Œil de Geai et Griffe de Ronce se tenaient près de l'enchevêtrement d'épines aplati qui avait autrefois protégé le camp. « Je me rends à la Source de Lune immédiatement, annonça Griffe de Ronce, sa voix résonnant dans la nuit noire. Plus que jamais, le Clan du Tonnerre a besoin d'un chef. » Il vacilla lorsqu'il jeta un coup d'œil au corps sans vie d'Étoile de Feu plongé dans l'ombre. Calmement, il continua. « Et maintenant, il semblerait que je doive devenir ce chef. » Il fit un signe de tête en direction de Poil d'Écureuil qui le regardait, ses yeux verts emplis de chagrin. « Poil d'Écureuil, mon lieutenant, je te charge de protéger le Clan en mon absence. »

    Sans attendre de réponse, il fit volte-face et bondit au travers des épines. Œil de Geai le suivit plus lentement, son pelage gris devenant presque blanc sous le clair de lune.

    Poil d'Écureuil grimpa jusqu'à la Corniche comme si chacun de ses os la faisait souffrir, puis regarda ses camarades de Clan en contrebas. « Avant de faire quoi que ce soit, nous devons regarder nos blessures. Regardez attentivement et allez voir Feuille de Lune si vous êtes blessés. »

    Sa voix était terne, comme si la bataille lui avait enlevé toute sensation. « Le temps des héros est passé, miaula-t-elle. Le Clan a besoin que vous soyez forts, à présent. Alors si vous avez n'importe qu'elle blessure, faites-la soigner. » Elle regarda en direction de Pelage de Poussière qui avait décroché son regard de Fleur de Bruyère. « Cela vaut pour toi aussi, » termina Poil d'Écureuil.

    Aile de Colombe inspecta ses flancs et regarda brièvement ses pattes mais elle ne voyait aucune blessure qui méritait un traitement urgent. Elle donna un coup de langue sur les oreilles de Poil de Souris pour les nettoyer mais Isidore l'interrompit en posant sa queue sur son épaule. « Je m'occuperai d'elle, » miaula-t-il brusquement.

    Aile de Colombe acquiesça et recula pour laisser le vieux matou se glisser plus près de la tête de Poil de Souris. Elle ferma les yeux de douleur lorsque la langue d'Isidore râpa le pelage de sa compagne de tanière. Que ferons-nous sans toi, Poil de Souris ?

    Près d'elle, une chatte grise et blanche ramassait les feuilles coincées dans la fourrure de Feuille de Houx. Aile de Colombe se pressa contre le flanc de sa sœur. « Tout va bien, Feuille de Lis ? »

    La chatte argentée et blanche acquiesça sans lever la tête. « Je suis vivante, non ? Grâce à Feuille de Houx. » Feuille de Lis passa son museau sur le dos de Feuille de Houx. « Plume de Faucon m'aurait tuée. Feuille de Houx a donné sa vie pour moi ! » 

    Aile de Colombe tressaillit en entendant la voix de Feuille de Lis trembler. « Souviens-toi que Feuille de Houx veille sur toi, maintenant, murmura-t-elle. Elle ne regrettera jamais ce qu'elle a fait. »

    De l'autre côté du corps de Feuille de Houx, Chipie acquiesça. Elle démêlait la longue fourrure noire de la défunte avec ses griffes, traitant les nœuds de son pelage avec douceur, comme si Feuille de Houx pouvait encore sentir quelque chose. « Feuille de Houx est morte comme une véritable guerrière, » miaula-t-elle.

    Aile de Colombe regarda autour d'elle en entendant des bruits de pas. Poil de Fougère arpentait la clairière en agitant la queue. « Est-ce que quelqu'un a vu Poil de Châtaigne ? » appela-t-il. 

    Cœur Blanc émergea de ce qui restait de la tanière des anciens, son pelage blanc brillant dans la semi-obscurité. Les sons étouffés de ses trois chatons parvenaient du plus profond des branches écrasées.

    « On peut sortir sans crainte maintenant ?

    -Est-ce que les chats morts sont partis ? Ils étaient méchants !

    -Petite Rosée me marche dessus ! »

    Cœur Blanc jeta un regard par-dessus son épaule. La chatte était tendue, la peau son visage défiguré se teintait de rouge. « Restez où vous êtes ! miaula-t-elle. Vous pourrez bientôt sortir, je vous le promets. » Elle se tourna vers Poil de Fougère. « J'ai vu Poil de Châtaigne entrer dans la pouponnière. Tu devrais commencer tes recherches par là. 

    -Merci. » Poil de Fougère bondit au travers du bouquet de ronces qui protégeait la pouponnière, miraculeusement intact grâce au courage de Fleur de Bruyère.

    Aile de Colombe secoua la tête pour essayer d'enlever le bourdonnement qui résonnait dans ses oreilles. Quelque chose cloche, pensa-t-elle. La fourrure de son échine se hérissa. Je devrais être capable d'entendre Poil de Châtaigne, mais je ne peux pas. 

    « Tu te sens bien ? demanda Feuille de Lis. 

    Aile de Colombe ne détacha pas son regard de la pouponnière tandis que Poil de Fougère se glissait à l'intérieur. 

    -Je vais bien, » murmura-t-elle.

    « Non... »

    Le seul mot de Poil de Fougère retentit comme si une pierre était tombée dans la combe. Aile de Colombe se dirigea vers le gîte presque sans s'en rendre compte. Poil de Fougère se tenait au bord du nid de Poil de Châtaigne et regardait le corps immobile de sa compagne. L'air était épais et la puanteur du sang imprégnait la pouponnière. Aile de Colombe sentit le liquide poisseux et collant sous ses pattes.

    Une petite tête sombre et tigrée tachetée de blanc surgit de derrière Poil de Châtaigne, ses grands yeux bleus grands ouverts, emplis d'inquiétude. « On n'arrive pas à la réveiller ! couina Petit Lilas. On a essayé pleins de fois mais elle reste endormie ! »

    Sa sœur Petite Graine apparut. Sa fourrure roux pâle était hérissée dans tous les sens, on aurait dit un hérisson. « Elle est fatiguée à cause de la bataille, tu penses ?

    -Fatiguée...» murmura Poil de Fougère sans décrocher son regard du doux visage de Poil de Châtaigne. Les yeux de la chatte étaient légèrement fermés comme si elle venait de s'assoupir.

    « Petit Lilas, Petite Graine, venez avec moi, » les pressa Aile de Colombe, sa voix sonnant comme un croassement.

    Les chatons passèrent sur le corps de Poil de Châtaigne. « Désolée, maman, » miaula Petit Lilas lorsque sa patte glissa accidentellement sur l'oreille de Poil de Châtaigne. Aile de Colombe essaya de ne pas vaciller lorsqu'elle vit que la fourrure du ventre des chatons était imprégnée de sang. Elle jeta un coup d'œil à Poil de Fougère mais celui-ci ne le remarqua pas. Ses pattes repliées sous lui, il s'enroula autour de la tête de Poil de Châtaigne et pressa son museau contre elle.

    « Réveille-toi, mon amour, murmura-t-il. Nos chatons ont besoin de toi. Ne nous quitte pas maintenant. »

    Aile de Colombe poussa les chatons vers l'entrée. « Je crois que papa est triste, piailla Petite Graine. Tu crois que je devrais rester pour qu'il se sente mieux ? 

    -Non, laissons-le seul, » miaula Aile de Colombe. Elle suivit les chatons dans la combe. Plusieurs chats attendaient dehors, les yeux étrécis et anxieux. Cœur Blanc laissa échapper un gémissement lorsqu'elle vit la fourrure en sang des chatons. Alors qu'elle bondissait en avant, elle clama par dessus son épaule. « Flocon de Neige ? Dis à nos enfants de rester où ils sont. » Son compagnon se dirigea vers ce qu'il restait de la tanière des anciens pendant que Cœur Blanc enroulait Petit Lilas et Petite Graine avec sa queue. Elle les ramena contre son ventre et commença à nettoyer leur fourrure souillée. Par-dessus leur tête, elle croisa le regard d'Aile de Colombe avec un air interrogatif. Aile de Colombe baissa la tête. Cœur Blanc se pencha sur les chatons de Poil de Châtaigne et les ramena plus près d'elle.

    Poil d'Écureuil accourut. « Que se passe-t-il ? 

    -Poil de Châtaigne est morte, » miaula Aile de Colombe, chaque mot lui faisait l'effet d'une déchirure. Nuage de Cerise vacilla sur ses pattes, Aile Blanche ferma les yeux, le visage crispé par la douleur. Poil d'Écureuil semblait déroutée. « Mais...mais elle allait bien. Elle n'a pas dit qu'elle était blessée. » La femelle roux sombre balaya ses camarades de Clan du regard. « Personne n'a remarqué qu'elle était blessée ? »

    Tempête de Sable s'avança, ses yeux toujours humides de chagrin d'avoir perdu Étoile de Feu. Elle posa la queue sur l'épaule de Poil d'Écureuil. « Si elle était si gravement blessée, nous n'aurions rien pu faire pour l'aider. » 

    Poil d'Écureuil fouetta l'air de sa queue. « Nous aurions pu essayer !  »

    Une plainte retentit de l'intérieur de la pouponnière. « Poil de Châtaigne ! Ne me quitte pas !

    -Je vais le voir, proposa Millie en sortant des ronces. Il a besoin plus que jamais d'être entouré. »

    Plume Grise s'avança. Choquée, Aile de Colombe remarqua à quel point le guerrier gris semblait vieux et fatigué. « La forêt sombre a fait une autre victime, déclara-t-il. Puisse Poil de Châtaigne veiller sur nous depuis le Clan des Étoiles. » Il inclina la tête.

    Poil d'Écureuil arpentait la clairière autour de ses camarades avec anxiété. « Je vous avais dit d'examiner vos blessures. L'avez-vous déjà fait ? Je ne veux pas d'autres chats morts sur la conscience ! »

    Aile de Colombe sentit une pointe de culpabilité lorsqu'elle lécha la cicatrice qu'elle avait au flanc. La blessure devrait être traitée avant qu'elle ne s'infecte. Elle se dirigea vers la tanière du guérisseur. À l'intérieur, Patte d'Araignée aidait Feuille de Lune à recouvrir la morsure béante que Patte de Renard avait au ventre avec des feuilles séchées. Patte de Renard se tenait immobile, seul le battement de ses paupières prouvait qu'il était toujours en vie.

    Feuille de Lune leva les yeux. « Tu es blessée, Aile de Colombe ? Cela peut-il attendre ? » Une lueur d'inquiétude luisait dans ses yeux ambrés.

    « Poil de Châtaigne est morte, » miaula Aile de Colombe.

    Feuille de Lune sursauta, trébuchant presque sur Patte de Renard.  « Quoi ? Elle ne m'a pas dit qu'elle était blessée ! 

    -Elle ne l'a dit à personne, murmura Aile de Colombe. Je pense qu'elle voulait juste être avec ses chatons. » 

    Les épaules de la guérisseuse s'affaissèrent. « Je ne peux plus rien faire pour elle, à présent. Laisse moi finir de soigner Patte de Renard, puis je rapporterai quelques herbes et des toiles d'araignée pour traiter tes blessures et celles de ceux que je n'ai pas encore examinés. »

    Aile de Colombe retourna dans la clairière. Les trois corps sans vie de ses camarades de Clan étaient entourés par leur famille et leurs amis proches. Feuille de Lis était penchée sur Feuille de Houx et léchait la douce fourrure noire de son épaule. Poil de Bourdon se tenait près de son père et veillait la dépouille d'Étoile de Feu. Le mâle gris pâle croisa le regard d'Aile de Colombe et inclina les oreilles comme s'il l'invitait à le rejoindre mais Aile de Colombe secoua la tête. Plume Grise avait besoin de son fils plus que jamais.

    Flocon de Neige et Truffe de Sureau fouillaient les restes de la tanière des guerriers, essayant de traîner des bouts de litière en dehors. Pendant qu'Aile de Colombe les regardait, Poil d'Écureuil se dirigea vers eux et leur demanda d'arrêter.

    « Nous n'arriverons à rien ce soir, » miaula-t-elle. Elle semblait plus calme à présent, comme un vrai lieutenant de Clan. « Nous devrions tous nous reposer avant le retour de Griffe de Ronce. »

    Il deviendra Étoile de Ronce d'ici-làpensa Aile de Colombe. Elle trouva un creux sablonneux propre près de la souche d'arbre où les apprentis aimaient s'entraîner à sauter et s'y installa. Ramenant sa queue sur ses pattes avant, elle leva les yeux vers les pâles étoiles trônant dans le ciel et essaya de repérer les nouveaux guerriers du Clan des Étoiles nés cette nuit. Mais les étoiles n'étaient rien de plus que des reflets de lumière froide dans un ciel dans profondeur, et Aile de Colombe n'y trouva aucun réconfort. Avons-nous vraiment gagné cette guerre ? Cela ne ressemble pas à une victoire. 

    Elle pointa les oreilles en avant, s'efforçant d'entendre comment les autres Clans se débrouillaient avec leurs morts et leurs blessés, mais tout ce qu'elle pouvait percevoir était le murmure du vent à travers les arbres chargés de feuilles. La forêt se dressait autour de la combe, sombre et épaisse, emplie d'ombres menaçantes, et Aile de Colombe se demanda si elle se sentirait un jour à nouveau en sécurité.

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    11 commentaires
  • (Traduction) Chapitre 2 de Dovewing's Silence

    by Sesquipedalian101

    Aile de Colombe se réveilla sous la pâle lumière de l'aube qui filtrait à travers les branches sans feuilles. Il faisait un froid glacial et son souffle formait des nuages qui s'évaporaient aussitôt dans l'air calme. Tout autour de la clairière, ses compagnons remuaient, encore allongés à l'endroit où ils avaient dormi cette nuit, blottis contre les guerriers tombés au combat. Le corps de Poil de Châtaigne avait été sorti de la pouponnière avant le lever du soleil et déposé près de celui de Poil de Souris, tel un éclat de couleurs vives contre la douce fourrure brune de l'ancienne. Poil de Fougère était accroupi près de sa compagne défunte, les yeux fermés, bien qu'Aile de Colombe doute qu'il ait dormi.

    Une forme sombre et tigrée bougea à travers la clairière et réveilla gentiment chaque félin de la combe. C'était Isidore, le museau plus grisonnant que jamais et la fourrure hérissée à cause du manque de sommeil. « Notre veillée est terminée, miaula-t-il calmement à ses camarades. Ces chats doivent reposer sous la terre. » Quand Nuage de Loir lui répondit avec un grognement de protestation, Isidore lui lança : « Je suis le seul ancien restant. Je ne peux pas les enterrer seul. J'ai besoin de votre aide. »

    Abattu, le jeune mâle crème et brun se mit tant bien que mal sur ses pattes et suivit Isidore au travers de la clairière, là où les défunts reposaient. D'autres se joignirent à eux : Plume Grise, Pétale de Rose, Pluie de Pétales et Poil de Bourdon. Aile de Colombe passa derrière eux, ses pattes aussi froides que de la pierre. En passant devant les restes enchevêtrés de la tanière des anciens, elle entendit des couinements étouffés, assez forts pour deviner que Chipie et Cœur Blanc avaient fait de la place pour les chatons de Poil de Châtaigne et les gardaient aussi loin que possible de la clairière.

    Poil de Bourdon se dirigea vers le corps d'Étoile de Feu, et Aile de Colombe regarda sa sœur se traîner vers Feuille de Houx, ses épaules affaissées par le chagrin. Aile de Colombe la suivit et prit doucement la fourrure de Feuille de Houx entre ses dents. Du coin de l'œil, elle vit son père se diriger vers la dépouille de Fleur de Bruyère. Brume de Givre et Patte d'Araignée se tenaient près du petit corps gris, leurs têtes baissées et leurs flancs creusés de fatigue. Lorsque Bois de Frêne approcha, Pelage de Poussière fit un pas en avant, l'empêchant ainsi de regarder Fleur de Bruyère.

    « On s'en occupe, Bois de Frêne, miaula-t-il.

    Le bout de la queue de Bois de Frêne s'agita. « C'est ma mère. Je veux l'emmener jusqu'à sa dernière demeure.

    Pelage de Poussière aplatit les oreilles. « Tu en as perdu le droit lorsque tu as trahi ton Clan, » grogna-t-il, si doucement qu'Aile de Colombe l'avait à peine entendu. Elle lâcha la fourrure de Feuille de Houx et secoua la tête impatiemment, essayant ainsi d'aiguiser ses sens.

    À sa grande surprise, Bois de Frêne ne réagit pas. À la place, il fit volte-face et retourna vers la tanière des guerriers. Aile de Colombe ouvrit la gueule pour l'interpeller mais Feuille de Lis attira son attention.

    « Ne dis rien, la prévint-elle. Terminons ça avant. » Elle se baissa et prit la fourrure du cou de Feuille de Houx entre ses mâchoires. Pavot Gelé et Flocon de Neige agrippèrent la peau de ses hanches. Leurs yeux étaient sombres et emplis de chagrin. Aile de Colombe remarqua que Cœur d'Épines, Patte de Mulot et Pluie de Pétales suivaient son père dans la tanière des guerriers. Leur aide avait-elle été également refusée ? Aile de Colombe sentit un frisson d'alarme sous sa fourrure. Les autres chats les évitent-ils parce qu'ils se sont entraînés dans la Forêt Sombre ? Elle était distraite lorsque les autres soulevèrent Feuille de Houx du sol et elle dû écarter ses pattes pour équilibrer le poids. Feuille de Houx n'était pas lourde, mais son corps froid et raide était difficile à déplacer, oscillant entre les quatre chats qui la portaient et leur faisant perdre l'équilibre. Pelage de Poussière et Patte d'Araignée portaient Fleur de Bruyère comme si elle ne pesait pas plus qu'une épine. Brume de Givre marchait devant, la queue de sa mère posée sur son épaule. Poil de Bourdon, Pelage de Lion, Cœur Cendré et Isidore portaient Poil de Souris, la vieille femelle s'était tue à jamais, ses mâchoires entrouvertes comme si elle avait encore quelque chose à dire. Étoile de Feu était transporté par Tempête de Sable, Plume Grise, Poil d'Écureuil et Millie. Aile de Colombe entendit la guerrière au pelage gris tigré murmurer : « Nous étions nés chats domestiques et regarde ce que nous sommes devenus, mon précieux ami. »

    Au début, Poil de Fougère semblait réticent à laisser quelqu'un toucher Poil de Châtaigne, comme s'ils risquaient de la déranger. Gentiment, Pétale de Rose, Truffe de Sureau et Aile Blanche se pressèrent autour du corps de la reine et la soulevèrent aussi délicatement qu'un nouveau-né. Poil de Fougère se baissa pour soutenir le menton de sa compagne sur sa nuque. Son chagrin s'accrochait à sa fourrure ébouriffée comme du brouillard et Aile de Colombe dû détourner le regard.

    Feuille de Lune conduisit la triste procession hors de la combe vers la partie la plus ancienne de la forêt du Clan du Tonnerre, entre le camp et la rive du lac, là où les chênes se tordaient et se teintaient d'argent avec le temps. Là, le sol était doux et couvert de mousse, rendant la terre facile à creuser. Les chats déposèrent leur précieux fardeau à tour de rôle et s'écartèrent pour laisser Feuille de Lune se tenir devant chaque guerrier tombé au combat et les envoyer vers leur voyage jusqu'au Clan des Étoiles.

    Ils y sont déjà, pensa Aile de Colombe en se remémorant les silhouettes étoilées qu'elle avait vues s'échapper du camp. Elle regarda alentour, cherchant les chats qui étaient retournés à la tanière des guerriers. Œil de Crapaud et Plume de Noisette se joignirent à la cérémonie des défunts mais il n'y avait aucun signe des autres.

    « Bois de Frêne n'est pas là ! chuchota-t-elle à Feuille de Lis. Tu crois qu'on devrait aller le chercher ? »

    Sa sœur lui lança un regard furieux. « Notre père n'est pas là parce qu'il sait qu'il n'aurait pas été le bienvenu. Tout le monde sait que Bois de Frêne s'est battu aux côtés de la Forêt Sombre. Il en est de même pour Cœur d'Épines, Plume de Noisette et Pluie de Pétales. Ce sont des traîtres. Et moi aussi, pour certains de nos camarades de Clan.

    -C'est injuste ! » protesta Aile de Colombe en un souffle. « Tous ces chats ont changé de camp grâce à toi. »

    Feuille de Lis baissa sa tête grise et blanche. « Nos fautes sont difficilement pardonnables, surtout quand la bataille nous a enlevé tant de chats. Feuille de Houx est morte uniquement parce qu'elle m'a sauvé des griffes de Plume de Faucon. » Son corps entier frémit. « Peut-être que j'aurais dû mourir à sa place. »

    Aile de Colombe se rapprocha de sa sœur et fit glisser sa queue sur son flanc. « Ne dis plus jamais ça ! feula-t-elle. Feuille de Houx savait ce qu'elle faisait. Elle est morte en véritable guerrière, ne l'oublie pas. »

    Feuille de Lune prononça les derniers mots de la cérémonie, souhaitant à chacun un voyage rapide et sans crainte jusqu'à leurs ancêtres étoilés et promettant qu'un jour, ils les reverront. Elle marcha lentement le long des corps sans vie, pressant son museau sur chacune des têtes froides et immobiles. Elle s'arrêta plus longuement près de Feuille de Houx, ses lèvres bougeaient comme si elle murmurait un dernier adieu à sa fille. Aile de Colombe se surprit à pointer les oreilles en avant pour écouter puis s'en alla. Peu importe ce que Feuille de Lune disait, c'était uniquement à Feuille de Houx de l'entendre. Aile de Colombe espérait que la femelle noire l'écoutait de là où elle est.

    Poil d'Écureuil rejoignit Feuille de Lune près de Feuille de Houx et se tint là, silencieuse, pendant un moment. Les yeux du lieutenant étaient fermés et son dos courbé de douleur. Puis elle ouvrit ses yeux et leva la tête.

    « Nous connaissons la dette que nous avons envers ces chats. Nous devons nous assurer qu'ils ne sont pas morts en vain. » Elle baissa le regard vers Étoile de Feu et leva la patte pour lui toucher la joue. 

    « Adieu, mon père, » murmura-t-elle.

    Isidore s'avança. « Ne creusez pas les trous trop proches les uns des autres, grinça-t-il. Ils doivent faire au moins une longueur de queue de renard de profondeur. Par sécurité, ajouta-t-il en remuant les pattes. Oh, et si le trou commence à se remplir d'eau, laissez-le et creusez-en un plus haut.

    -Merci de nous partager ta connaissance, Isidore, miaula Poil d'Écureuil. Il y a-t-il autre chose ? »

    Le vieux chat tigré remua les oreilles. « Et bien, Poil de Souris aimait regarder le soleil sombrer derrière le lac. Elle disait que c'était comme si l'eau était en feu. » Sa voix s'estompa et il déglutit. « J'allais donc l'enterrer là où elle aurait toujours une belle vue. P'têtre bien là-bas. » De son museau, il indiqua un monticule d'herbe. De là, on avait une vue dégagée sur le lac. « Je sais qu'elle est pas vraiment là, mais je pense que c'est une bonne place pour elle. »

    Tempête de Sable s'approcha de lui et fit glisser sa queue sur son échine. « C'est une charmante idée, Isidore. Bien sûr que nous allons le faire. »

    Aile de Colombe chassa l'humidité qui se formait dans ses yeux. « Viens, miaula-t-elle à Feuille de Lis. Trouvons un endroit pour Feuille de Houx. »

    Les chats commencèrent à bouger calmement parmi les arbres, choisissant des endroits secs mais doux pour creuser chaque trou. Pavot Gelé s'arrêta à côté d'un jeune houx poussant à côté du monticule qu'Isidore avait choisit pour Poil de Souris. « Que pensez-vous de cet endroit ? » miaula-t-elle par-dessus son épaule.

    Flocon de Neige s'approcha et tâta le sol de sa patte. « Oui, ça devrait aller. » Il commença à gratter l'humus et à pousser les feuilles sous un arbre. Aile de Colombe et Feuille de Lis le rejoignirent et commencèrent à ramasser la terre. Au sommet du monticule, elle entendit Poil de Bourdon, Cœur Cendré et Pelage de Lion marquer un espace pour Poil de Souris.

    « Faites-le plus long, ordonna Isidore. Laissez-lui de la place pour s'étirer. »

    Le silence s'abattit parmi les arbres, à part les sons de creusement et, occasionnellement, un grognement d'effort. Aile de Colombe sentit sa fourrure lui chauffer et lui piquer mais elle continua de plus belle. De la terre humide se coinçait inconfortablement entre ses griffes et ses yeux lui piquaient à cause des saletés envoyées par les pattes de Feuille de Lis. Pavot Gelé et Flocon de Neige travaillaient de l'autre côté du trou, à l'étroit contre le buisson de houx mais sans se plaindre, même quand les feuilles aiguisées leur piquèrent la peau.

    « Oh ! » Une exclamation suivie d'un juron étouffé surgit de quelque part au-dessus de la tête d'Aile de Colombe. Elle leva la tête et vit Pelage de Lion, une patte levée. Du sang s'échappait d'une de ses griffes cassées.

    Cœur Cendré bondit vers lui. « Qu'est-ce qui se passe ? »

    Pelage de Lion secoua les pattes, répandant des gouttes écarlates sur la mousse. « Je l'ai cassée sur une racine, miaula-t-il. Je vais bien. »

    Cœur Cendré pencha la tête sur le côté. « Tu es sûr ? » Sa voix était lourde de sens, et Aile de Colombe comprit. Pelage de Lion n'était pas supposé se blesser comme les autres chats. Son pouvoir le rendait invincible au combat. Si les chats de la Forêt Sombre ne pouvaient pas le blesser, pourquoi une racine d'arbre sans défense le pourrait ? 

    Pelage de Lion retourna vers le trou. « Je te l'ai dit, ce n'est rien, » grogna-t-il, sa voix couverte par la terre projetée.

    Aile de Colombe se remit à creuser. Ça ne veut rien direse dit-elle. Pelage de Lion est épuisé par la bataille. Il ne peut pas se protéger comme il le ferait d'habitude.

    Le bourdonnement dans ses oreilles s'amplifia jusqu'à couvrir le son de ses pattes creusant la terre et, bientôt, elle n'entendit plus que sa propre respiration. 

    Enfin, les cinq défunts avaient été enterrés dans leur dernière demeure. Isidore examina attentivement chacune des tombes pour s'assurer qu'aucun parfum ne collait aux feuilles. « Nous ne voulons pas attirer un quelconque prédateur affamé, » expliqua-t-il. Aile de Colombe ressentit une bouffée d'affection pour le vieux matou. À ce moment, personne n'aurait pu penser qu'il n'était pas né au sein du Clan et qu'il n'avait jamais été un guerrier.

    Les chats retournèrent vers la combe et se coulèrent dans la clairière, trop épuisés pour aller chercher quoi que ce soit sur le tas de gibier. Il était bien rempli ; deux moineaux et un écureuil. Aile de Colombe pensa alors que Bois de Frêne et les autres avaient été chasser. Un geste pour se faire pardonner, peut-être ? Mais elle remarqua qu'aucun des chats qui avaient participé à l'enterrement n'avaient fait d'efforts pour remercier leurs camarades de Clan ou ne leur avaient même pas adressé la parole. Aile de Colombe grimaça lorsque Pelage de Poussière passa devant Bois de Frêne sans même lui lancer un regard. C'est ton fils ! voulût-elle crier. Ce n'est pas ton ennemi !

    La nuit tombait et les félins commençaient tout juste à s'agiter en quête d'un nid provisoire lorsque des bruits de pas leur parvinrent depuis l'entrée de la combe. Étoile de Ronce surgit des ronces aplaties. Œil de Geai le suivit plus prudemment en se frayant un chemin parmi les vrilles. Aile de Colombe regarda le nouveau chef du Clan du Tonnerre. Sa fourrure brun foncé semblait plus brillante qu'avant, comme illuminée par les étoiles, et ses yeux ambrés flamboyaient. Était-ce parce qu'il venait de recevoir neuf vies ? Aile de Colombe s'efforça d'entendre les murmures des guerriers du Clan des Étoiles autour de lui, mais il n'y avait rien que le bruit de ses camarades de Clan bougeant péniblement à travers le camp. Elle se réprimanda pour sa fantaisie.

    Poil d'Écureuil boita à la rencontre d'Étoile de Ronce, au centre de la combe. « Bon retour chez toi, » ronronna-t-elle en inclinant la tête. Elle aussi semblait impressionnée par le nouveau chef.

    Étoile de Ronce regarda alentour. Ses yeux s'étrécirent lorsqu'il vit Bois de Frêne, Cœur d'Épines, Patte de Mulot et Pluie de Pétales assis au bord de la clairière, à l'écart des autres. « Que se passe-t-il ? miaula-t-il. N'étiez-vous pas sensé enterrer les autres tous ensemble ? »

    Poil d'Écureuil se rapprocha plus près d'Étoile de Ronce. Elle lui murmura quelque chose à l'oreille, le bout de sa queue trahissait son inconfort. Aile de Colombe se pencha vers eux, essayant d'écouter ce que le lieutenant disait.

    « Je ne pense pas que cette conversation te concerne, » miaula une voix derrière-elle.

    Aile de Colombe sursauta et regarda autour d'elle. Sa mère la regardait, une lueur d'inquiétude luisant dans ses yeux bleu pâle.

    « Tu...tu disais que tu pouvais entendre des choses, continua Aile Blanche. Même si tu n'es pas assez proche pour écouter. »

    Aile de Colombe acquiesça. À sa grande surprise, Aile Blanche soupira et entoura l'épaule de sa fille avec sa queue. « Cela doit te sembler si étrange, murmura-t-elle. N'es-tu jamais tranquille, avec tous ces bruits ? J'aurais aimé que tu me le dises plus tôt. J'aurais pu t'aider.

    -Cela faisait partie de la prophétie, miaula Aile de Colombe, mal à l'aise. Ce pouvoir m'a été donné pour aider les Clans à vaincre la Forêt Sombre. Tout va bien, je te le promets. »

    Sa mère se redressa, l'air toujours troublé. « Si jamais tu veux m'en parler, je serai toujours là. » Elle inclina la tête vers Étoile de Ronce et Poil d'Écureuil. « Et je pense toujours que même si tu peux entendre quelque chose, cela ne signifie pas que tu dois l'écouter. »

    Aile de Colombe se mit à regarder ses pattes. « Tout va bien, répéta-t-elle. Je n'arrive pas à entendre ce qu'ils disent de toute façon. Mes oreilles n'ont pas cessé de bourdonner depuis la bataille, et j'ai mal à la tête.

    -Pourquoi ne vas-tu pas voir Œil de Geai, il peut peut-être te donner quelque chose ? proposa Aile Blanche. Toutes les blessures doivent être traitées maintenant. Tu n'as pas besoin de souffrir. »

    Aile de Colombe se dirigea vers l'entrée de la tanière du guérisseur et passa la tête à travers le rideau de ronces.

    « Œil de Geai ? Puis-je entrer ? »

    Le museau du guérisseur apparut entre les frondes. Sa fourrure était hérissée et son visage tendu. « C'est urgent ? » lâcha-t-il. « Feuille de Lune dort et je suis en train de changer les pansements de Patte de Renard.

    -Comment va-t-il ? » demanda Aile de Colombe, la gorge serrée.

    Œil de Geai regarda le guerrier par-dessus son épaule qui n'était plus qu'une faible silhouette allongée à l'intérieur de la grotte. Belle Églantine se maintenait sur ses pattes avant et lui léchait les oreilles. « Pas bien, répondit Œil de Geai. Qu'est-ce que tu veux, maintenant ? 

    -Tout va bien, ça peut attendre, miaula Aile de Colombe en faisant déjà mine de s'en aller. Je reviendrai demain si j'en ai besoin. »

    Œil de Geai disparut à nouveau à l'intérieur de la grotte, laissant Aile de Colombe plantée devant les ronces frémissantes. Elle était habituée au caractère bien trempé et aux manières brusques d'Œil de Geai, mais là, c'était différent. Il semblait...effrayé. Que pouvait-il y avoir de plus terrifiant que l'attaque de la Forêt Sombre ? La bataille avait été remportée. Il n'y avait donc plus rien à craindre, si ?

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 3 de Dovewing's Silence

    by Jih-pun

    « Aïe ! Mes yeux ! 

    -Désolée ! » Aile de Colombe laissa tomber le bout de ronce et recula pour laisser Poil de Bourdon se dégager. Ils travaillaient pour réparer le mur effondré qui protégeait la tanière des guerriers. Pelage de Poussière était supposé superviser les travaux mais le chat brun tigré avait disparu ; Aile de Colombe supposait qu'il s'était recueilli sur la tombe de Fleur de Bruyère. Seulement deux levers de soleil avaient eu lieu depuis l'enterrement les guerriers tombés au combat, et ni Pelage de Poussière ni Poil de Fougère ne semblaient déterminés à laisser leurs compagnes reposer dans leurs nids de terre. Aucun de leurs camarades ne leur en tenait compte ; ils éprouvaient seulement de la compassion envers leur indescriptible chagrin. 

    Les chats qui s'étaient battus brièvement au côté de la Forêt Sombre, par contre, étaient toujours traités comme s'ils avaient attrapé le mal vert. Ils dormaient à l'écart des autres, derrière la tanière des anciens. La nuit dernière, Feuille de Lis les avait rejoint et Aile de Colombe s'était demandée si sa sœur se sentait coupable car elle, au moins, était traitée favorablement par les chats qui l'avaient vue s'attaquer à Plume de Faucon. Aile de Colombe ressentit une bouffée d'injustice par rapport à cette situation et attendait d'Étoile de Ronce qu'il agisse mais le chef était trop occupé avec Poil d'Écureuil à organiser les patrouilles de chasse et de réparation des tanières.

    Poil de Bourdon donna un petit coup de museau amical à Aile de Colombe. « Tout va bien, j'ai gardé mes deux yeux, plaisanta-t-il. Viens, aide-moi à démêler ce lierre. » Ils commencèrent à arranger le nœud de feuilles vertes. Tout le monde essayait de sauver les tanières autant que possible pour éviter d'avoir à récolter de nouvelles branches feuillues, trop tard pour la saison.

    Soudain, Cœur Cendré, qui travaillait sur le mur opposé, laissa un échapper un doux miaulement. « Étoile de Jais est là ! » 

    Aile de Colombe jeta un coup d'œil autour de la tanière et vit le chef du Clan de l'Ombre entrer dans la clairière, son lieutenant Pelage Fauve collé à lui - si proche que leurs épaules se touchaient, comme si Pelage Fauve aidait son chef à se tenir debout.

    Poil de Bourdon laissa tomber le lierre et s'avança à hauteur d'Aile de Colombe. « Je me demande ce qu'il veut. » Il n'y avait aucune trace de suspicion dans sa voix. À vrai dire, aucun des chats du Clan du Tonnerre qui avaient arrêté leur travail pour regarder les nouveaux arrivants ne montraient une quelconque hostilité. La Forêt Sombre a tout changésongea Aile de Colombe, se souvenant d'un temps pas si lointain où ces visiteurs auraient été accueillis avec méfiance. Ils n'avaient même pas été défiés alors qu'ils pénétraient lentement dans la combe.

    « Étoile de Jais ! Viens, installe-toi. » Étoile de Ronce bondit du haut de la Corniche et indiqua un coin d'herbe aux visiteurs pour que le chef du Clan de l'Ombre repose ses pattes tremblantes.

    « Par le Clan des Étoiles ! Étoile de Jais à l'air plus vieux que jamais ! » souffla Cœur Cendré derrière Aile de Colombe.

    Poil d'Écureuil les rejoignit depuis la pouponnière, où elle aidait Chipie à occuper tous les chatons pendant que Cœur Blanc était partie en patrouille de chasse. « Tout va bien pour le Clan de l'Ombre ? demanda la chatte rousse en échangeant un signe de tête avec Pelage Fauve.

    -Nous nous portons bien, » miaula Étoile de Jais d'une voix rauque, si faible qu'Aile de Colombe pouvait à peine l'entendre. Cela fait deux jours que la bataille s'est terminée, pourquoi je ne peux toujours rien entendre ? pensa-t-elle avec frustration.

    Étoile de Jais semblait avoir des difficultés à parler, sa respiration était sifflante. Pelage Fauve prit le relais : « Nous venons vous parler des chats de la Forêt Sombre qui sont toujours parmi nous, » annonça-t-il.

    Aile de Colombe cilla. Quels chats de la Forêt Sombre ? Elle regarda autour d'elle et vit ses camarades se hérisser.

    « Comme vous le savez, continua Pelage Fauve, la Forêt Sombre a été aidée par des guerriers vivant dans nos Clans. » Il marqua une pause et balaya la clairière du regard, comme s'il cherchait à mettre un nom sur ces chats dans l'immédiat. « Certains d'entre eux ont survécu à la bataille. Nous devons décider de ce que nous allons faire d'eux. »

    Étoile de Ronce remua ses pattes. « Je suis d'accord, c'est une chose à laquelle nous devons penser, mais j'estimais que c'est aux chefs de chaque Clan d'en décider seul. Cela concerne nos camarades de Clan, après tout. »

    Étoile de Jais se mit péniblement sur ses pattes et fouetta l'air de sa queue. « Nous sommes toujours liés par notre alliance de la Grande Bataille ! feula-t-il. C'est un problème rencontré par tous les Clans, par conséquent nous devons en décider tous ensemble. Il ne peut pas y avoir d'inégalités entre nous. »

    « Whoa ! souffla Poil de Bourdon dans l'oreille d'Aile de Colombe. Il sait que la bataille est finie, pas vrai ? Nous ne sommes plus alliés au Clan de l'Ombre ! »

    Étoile de Ronce laissa son regard parcourir l'assemblée et s'arrêta sur les quatre chats à l'écart des autres, en train de nettoyer les ronces piétinées de l'entrée du camp. « Bien, Étoile de Jais, miaula-t-il. Peut-être est-il juste de vouloir en décider ensemble. Devrions-nous nous retrouver sur l'île, demain soir ? »

    Étoile de Jais acquiesça. « J'enverrai une patrouille prévenir les Clans de la Rivière et du Vent, si tu permets à mes guerriers de voyager le long de votre territoire.

    -Bien sûr, » miaula Étoile de Ronce. Il se leva et laissa le vieux chat blanc se préparer à partir. « Merci d'être venu, Étoile de Jais. Repose-toi avant notre réunion sur l'île. »

    Le chef du Clan de l'Ombre lui répondit par un grognement. Pelage Fauve s'inclina devant Étoile de Ronce et guida son meneur à travers les restes de la barrière, puis l'emmena vers le couvert des arbres.

    La fourrure d'Aile de Colombe se dressa sur son échine, et Poil de Bourdon entreprit de l'aplatir doucement avec son museau. « Calme-toi, miaula-t-il. Tu n'es pas en danger ! 

    -Mais Feuille de Lis pourrait l'être ! lâcha-t-elle. Et mon père ! Ces chats ne peuvent pas être punis parce qu'ils ont cru les mensonges des guerriers de la Forêt Sombre ! »

    Poil de Bourdon tenta de démêler le nœud de lierre une fois encore. « Nous ne pouvons pas oublier ce qu'il s'est passé, Aile de Colombe. Peut-être ont-ils besoin d'une sorte de punition, juste pour leur faire comprendre que ce qu'ils ont fait était mal.

    -Pluie de Pétales est ta sœur, miaula doucement Aile de Colombe. Tu penses vraiment qu'elle aurait fait quoi que ce soit pour trahir son Clan ? »

    Le guerrier gris ne leva pas les yeux du bouquet de lierre. « S'entraîner dans la Forêt Sombre n'a jamais fait partie du code du guerrier, marmonna-t-il.

    -Pas plus que des chats morts revenant à la vie pour nous attaquer ! » Aile de Colombe leva une patte et la posa sur l'épaule de Poil de Bourdon. « Nos camarades de Clan ont fait une terrible erreur mais, lorsqu'il le fallait, ils ont été loyaux envers nous et nous seuls. »

    Poil de Bourdon la regarda enfin, une expression troublée dans les yeux. « Tu le crois vraiment ? »

    Aile de Colombe acquiesça. « Feuille de Lis est de ma famille, tout comme Pluie de Pétales est de la tienne. Je ferai confiance à ma sœur jusqu'à la fin de ma vie. Pas toi ? »

    Il y eut un silence, puis Poil de Bourdon acquiesça.

    « Merci, Aile de Colombe, » murmura-t-il.

    Avant que la chatte grise ait pu dire quoi que ce soit, Étoile de Ronce l'interpella.

    « Aile de Colombe, puis-je te parler ? »

    La guerrière en bondit presque. Comment avait-elle pu ne pas l'entendre arriver ?

    « J'aimerais que tu m'accompagnes pour rencontrer les autres chefs, miaula le meneur. Œil de Geai sera avec moi, bien sûr, ainsi que les chats qui ont été entraînés par la Forêt Sombre, mais je pense que toi et Pelage de Lion devez être présents. Vous en savez plus sur la Forêt Sombre que la plupart d'entre nous. » Il cligna des yeux. « À cause de la prophétie. C'est d'accord ? »

    Aile de Colombe acquiesça silencieusement.

    « Bien. » Étoile de Ronce s'en alla. « Nous partirons au crépuscule, demain. Assure-toi de te reposer pendant la journée. »

    Aile de Colombe ne retourna pas aider Poil de Bourdon immédiatement. À la place, elle resta immobile, écoutant les murmures autour d'elle. Le reste du Clan du Tonnerre semblait excité à l'idée de choisir une punition pour les traîtres qui vivaient parmi eux. Aile de Colombe ressentit une bouffée d'impatience face à leur stupidité. Ne voyez-vous pas que ce sont des guerriers loyaux qui ont eu le malheur de faire une erreur ? Vous êtes parfaits, vous, peut-être Puis elle inclina la tête et tenta d'écouter ce qui se disait au Clan de l'Ombre. Étaient-ils également enthousiastes ? Mais tout ce qu'elle put entendre fut le murmure des branches que Poil de Bourdon et Cœur Cendré remettaient en place, et un couinement provenant de la tanière des anciens lorsqu'un chaton marcha sur une épine. Lorsqu'elle essaya de s'imaginer le camp voisin, son esprit resta brouillé et confus, comme embrumé. Aile de Colombe sentit un frisson de peur s'infiltrer dans sa fourrure. Pourquoi je ne peux pas entendre et voir comme avant ? Qu'est-ce qui m'est arrivée ?

    Elle posa son regard sur Feuille de Lis, qui récupérait de la mousse propre hors de la pouponnière. Sa sœur avait déjà bien assez de problèmes, mieux valait ne pas en rajouter en lui parlant de ses sens disparus. Œil de Geai était trop occupé avec Patte de Renard et les autres blessés, et Pelage de Lion était constamment sorti en patrouille. Aile de Colombe se remémora la griffe que le guerrier doré s'était cassée durant l'enterrement et grimaça. Elle ne pouvait plus entendre, et Pelage de Lion pouvait se blesser.

    Quelque chose est-il arrivé à tous nos pouvoirs ? 

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 4 de Dovewing's Silence

    by Felix-Fox

    Une faible lune presque pleine s'élevait au-dessus des pins pendant que les chats se faufilaient sur l'arbre-pont menant jusqu'à l'île. Aile de Colombe restait proche de Feuille de Lis pour essayer de la réconforter sans dire un mot. Feuille de Lis marchait avec elle, la tête haute et la queue relevée avec confiance sur son dos, mais Aile de Colombe savait qu'elle avait peur de ce qui pouvait se dire lors de cette assemblée. Étoile de Ronce et Œil de Geai menaient la patrouille du Clan du Tonnerre, et Bois de Frêne, Cœur d'Épines, Patte de Mulot et Pluie de Pétales restaient en arrière. Les quatre chats rayonnaient de tension et leur fourrure se hérissait sur leurs échines ; Aile de Colombe souhaitait qu'ils puissent se relaxer et ne pas agir comme s'ils devaient avoir honte de quelque chose.

    Étoile de Jais était déjà assis au pied du chêne, flanqué de son guérisseur Petit Orage. Les deux chats semblaient frêles et maigres par rapport au tronc robuste. Cœur de Tigre et Dos Balafré étaient assis à une longueur de queue d'eux, les oreilles tremblantes. Étoile de Ronce se stoppa au milieu de la clairière et fit un geste de la queue à l'intention de ses camarades de Clan, les invitant à s'asseoir. « Nous resterons ici, » miaula-t-il calmement. Aile de Colombe ressentit une pointe de chagrin lorsqu'il resta avec eux à la place d'aller s'installer avec Étoile de Jais.

    Étoile Solitaire arriva avant que les chats du Clan du Tonnerre n'aient pu finir de s'installer. Il était accompagné de son guérisseur, Plume de Crécerelle, et de Pelage de Brume. Les yeux du guerrier noir brillèrent avec défi. De toute évidence, il pense n'avoir rien fait de mal, pensa Aile de Colombe.

    Les trois Clans attendirent en silence, écoutant le bruissement des fougères lorsque les derniers chats approchèrent. Étoile de Brume émergea la première des fourrés, Papillon et Plume de Givre sur les talons. Aile de Colombe vacilla. Le Clan du Tonnerre avait de loin amené le plus de chats ! Que pourrait-on penser de leur loyauté envers le code du guerrier ?

    Étoile de Ronce sembla deviner ce que pensent ses camarades de Clan. « Les autres Clans ont perdu des chats qui se battaient pour la Forêt Sombre, murmura-t-il. Vous avez tous survécu, c'est pour ça que nous sommes les plus nombreux. »

    Cela ne rassura pas plus Aile de Colombe. Elle sentit sa fourrure lui chauffer, se tourna et vit Cœur de Tigre la fixer. Elle détourna le regard rapidement. Elle n'avait pas besoin d'une complication de plus.  

    Étoile Solitaire prit la parole le premier. « Pourquoi Pelage de Lion et Aile de Colombe sont-ils là ? demanda-t-il. Ils ne faisaient pas partie de la Forêt Sombre, si ? 

    -Non, répondit Étoile de Ronce. Mais ils en savent plus sur l'implication de nos camarades de Clan dans la Forêt Sombre que moi. » Il s'avança sur l'espace vide formé entre les quatre Clans et balaya les autres chefs du regard. « Nous devons faire attention à la vérité sur ce qui s'est passé et pourquoi ces chats ont agi comme ils l'ont fait. La bataille est terminée ; ils ne sont plus nos ennemis. »

    Sa fourrure était hérissée et Aile de Colombe savait que, malgré ce qu'il avait dit, il était troublé par la présence de tant de chats du Clan du Tonnerre. Peu importe la décision prise, c'est le Clan du Tonnerre qui serait le plus affecté. L'atmosphère dans la clairière était tendue. Il était étrange de voir les chefs installés parmi les autres chats, et les félins qui s'étaient associés à la Forêt Sombre se hérissèrent comme s'ils étaient prêts à se défendre eux-même, crocs et griffes aiguisés.

    Étoile de Brume leva la tête. « Comme vous le savez, Patte de Scarabée et Branche Creuse ont été tués dans la bataille, ils ne peuvent donc pas nous parler de ce qu'ils ont fait. Plume de Givre savait que sa loyauté était testée par la Forêt Sombre, et elle a échoué. Mais elle a appris de son erreur et je ne doute aucunement d'elle, à présent. Elle a toujours été une bonne guerrière. Je voudrais lui laisser la chance d'en redevenir une.

    -De même pour Pelage de Brume, déclara Étoile Solitaire. Nous avons subi de lourdes pertes durant la bataille. Pourquoi voudrais-je punir le peu de guerriers qu'il me reste ? Nous avons besoin de Pelage de Brume en patrouille, ce serait du gâchis de le punir pour quelque chose qui s'est terminé.

    -Mais ils ont enfreint le code du guerrier ! » protesta Étoile de Jais. Il jeta un coup d'œil à Cœur de Tigre et Dos Balafré, et ses yeux s'emplirent de chagrin. « Ils ont trahi leur Clan, leur chef, et se sont trahis eux-mêmes. Comment cela peut-il rester impuni ? »

    Étoile Solitaire arrêta son regard sur les chats du Clan du Tonnerre. « Je suppose que nous devons faire face au fait que certains de nos camarades de Clan ont été recrutés par la Forêt Sombre, pour une quelconque raison. Certains Clans plus que d'autres, » ajouta-t-il de manière significative.

    Aile de Colombe sentit sa fourrure lui brûler d'indignation. Étoile de Ronce ouvrit la gueule pour parler mais Étoile de Brume l'interrompit. « Il doit y avoir un moyen d'aller de l'avant sans pour autant affaiblir nos Clans, miaula-t-elle. Aucun de nous ne peut perdre d'autres guerriers, l'exil n'est donc pas la solution. »

    Aile de Colombe vacilla. L'exil ! Elle n'avait même pas envisagé cela comme une possibilité. Elle se décala plus près de Feuille de Lis. « Tu dois leur dire ce qu'il s'est passé, chuchota-t-elle dans l'oreille de sa sœur. Comment Plume de Faucon t'a recrutée. Tu n'as jamais été déloyale envers ton Clan ! Ils doivent le comprendre ! »

    Étoile de Ronce la surprit et acquiesça. « Vas-y, Feuille de Lis. S'il te plaît. »

    La guerrière grise et blanche semblait découragée lorsqu'elle s'avança au centre de la clairière, mais lorsqu'elle prit la parole, sa voix était ferme. « Je pense que cela vous aiderait de comprendre pourquoi certains d'entre nous ont rejoint la Forêt Sombre, » commença-t-elle. Étoile Solitaire et Étoile de Jais se hérissèrent mais Feuille de Lis continua de parler. « Ce n'est pas parce que nous détestions nos camarades de Clan, ou que nous ne respections plus le code du guerrier. Nous pensions apprendre plus de techniques de combat qui aideraient les Clans. Les chats de la Forêt Sombre sont venus nous chercher dans nos rêves et... et ont utilisé nos raisons les plus personnelles pour nous offrir une manière différente de nous former. »

    Elle jeta un coup d'œil à Aile de Colombe, qui cilla. Étais-je l'une de ces raisons ? se demanda-t-elle, alarmée. Autour d'elle, Bois de Frêne et les autres acquiesçaient. 

    « Plume de Faucon m'a approchée, continua Feuille de Lis. Il m'a fait croire que la meilleure chose que je pouvais faire pour le Clan du Tonnerre était de m'entraîner avec les guerriers de la Forêt Sombre. Que je serais plus brave, meilleure au combat, plus loyale envers mes camarades de Clan. Il me faisait sentir...importante. » Elle marqua une pause, puis continua. « Puis j'ai surpris Plume de Faucon et Étoile du Tigre planifier une attaque contre les Clans. J'en ai parlé à mes camarades et je suis devenue une espionne, reportant chaque chose que je pouvais apprendre sur la Forêt Sombre. Je savais que d'autres chats des Clans étaient entraînés, mais pour éviter les soupçons, je ne leur ai rien dit. » Elle regarda son père par-dessus son épaule. « C'est lorsque la bataille a commencé que je leur ai révélé la vérité, et ils m'ont instantanément suivie et se sont battus au côté de leur Clan. Ils n'avaient jamais eu l'intention d'être déloyaux. Comme moi, ils pensaient juste avoir une chance de devenir de meilleurs guerriers. »

    Pelage de Brume avait l'air fier de lui, et Aile de Colombe ressentit le besoin urgent de se gratter les oreilles. Elle était sûre que le guerrier noir n'avait jamais voulu devenir un meilleur guerrier du Clan du Vent. Il avait voulu du pouvoir et de la force, c'est tout. Bois de Frêne s'avança vers Aile de Colombe comme s'il pouvait entendre ses pensées. « Si l'un de nous peut être pardonné, tous doivent l'être, » miaula-t-il. 

    Étoile de Jais se remit sur ses pattes. « Tu as bien parlé, grinça-t-il. Feuille de Lis, c'est ça ? » Il la regarda attentivement, les yeux embrumés. « Mais j'ai vu mes propres guerriers s'attaquer les uns les autres. Comment peux-tu appeler ça de la loyauté, ou les qualifier de meilleurs guerriers ?

    -On nous avait promis différentes manières de servir notre Clan, insista Feuille de Lis.

    -Je te crois, miaula Étoile de Brume. Merci, Feuille de Lis. »

    Étoile Solitaire frotta sa patte avant dans la poussière. « Je n'ai pas besoin de savoir pourquoi Pelage de Brume a fait ces choix. J'ai seulement besoin de pouvoir lui faire confiance, ici et maintenant. Ce qui est le cas. »

    Étoile de Jais secoua sa large tête blanche. « Je ne sais pas si je peux consentir à cela. » Il évitait de regarder Cœur de Tigre et Dos Balafré, qui le fixaient avec consternation. Aile de Colombe ressentit un pincement au cœur. Qu'arriverait-il à Cœur de Tigre ? Elle savait qu'il avait toujours été loyal au Clan de l'Ombre.

    -Il semble que nous réagissons tous différemment envers ces chats, » continua Étoile de Jais. Il semblait confus, comme s'il ne pouvait pas comprendre pourquoi l'alliance entre les Clans avait disparu.

    « Avec raison, » miaula Étoile de Ronce. Il regarda Pelage de Brume. « Il y a un guerrier ici qui a attaqué les chats du Clan du Tonnerre au côté de la Forêt Sombre. Je ne vois là qu'une trahison envers le code du guerrier. 

    -Pelage de Brume ne s'est jamais retourné contre ses camarades de Clan, rétorqua Étoile Solitaire. C'est l'essence même du code du guerrier. Et il fait partie de mes guerriers, c'est donc à moi de décider ce qui lui arrivera. »

    Étoile de Brume acquiesça. « Je suis d'accord sur le fait que chacun devrait être responsable de ses propres camarades de Clan. C'est nous qui connaissons le mieux nos guerriers, après tout. »

    Étoile de Jais aplatit les oreilles. 

    « Mais nous devons décider d'un seul plan d'action ! Autrement, comment cela pourrait-il être équitable ? 

    -Le Clan de l'Ombre ne peut rien décider au nom du Clan du Vent ! » cracha Étoile Solitaire.

    « Les Clans s'entendaient mieux lorsque nous étions unis contre la Forêt Sombre, murmura Cœur d'Épines. La paix a fait ressortir les vieilles querelles. »

    Papillon sortit de derrière Étoile de Brume et se tint au centre de l'assemblée, sa fourrure brillant sous l'éclat des étoiles. « Je suggère que chacun de ces chats prêtent une nouvelle fois serment au code du guerrier, miaula-t-elle. Ils ont pris un chemin différent pendant un moment, mais doivent à présent retourner à leurs valeurs d'origine. Ils n'ont pas besoin d'être punis - aucun de nos Clans ne devrait souffrir plus - mais nous devons pouvoir être sûrs de leur faire à nouveau confiance. »

    Aile de Colombe soupira de chagrin. C'était l'option la plus évidente, et d'après les hochements de tête des chefs de Clans, ils étaient d'accord avec cette idée. Dos Balafré remua sa queue brune tachetée. « Ce serment...Devons-nous le prêter maintenant ? Devant des chats qui n'ont rien à voir avec nous ?

    -Non, miaula Étoile de Ronce. Je pense que c'est à chaque Clan de s'occuper des siens. Qu'en penses-tu, Étoile de Jais ? » ajouta-t-il.

    Le vieux chat attendit un moment avant de répondre.

    « Je m'assurerai que cela soit chose faite dès notre retour au camp, » lâcha-t-il. 

    Étoile Solitaire baissa la tête. « Moi aussi. »

    Aile de Colombe ressentit une autre pointe de colère envers Pelage de Brume. Elle l'avait vu attaquer ses camarades de Clan. Il n'y avait rien de noble en lui ! Il ne méritait le pardon de personne. Au moins, mon père et Feuille de Lis seront de nouveau acceptés au sein du Clan du Tonnerre. Nous avons beaucoup trop à faire pour réparer le camp et recouvrer nos forces avant la mauvaise saison pour s'inquiéter de ce qu'il s'est passé avant la Grande Bataille.

    Les chats commencèrent à filer hors de la clairière. Cœur de Tigre se rapprocha d'Aile de Colombe et attira son attention, son regard fourmillant d'interrogation. Aile de Colombe détourna la tête. Il faisait partie du passé, tout comme la bataille de la Forêt Sombre.

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 5 de Dovewing's Silence

    by Graypaw99

    « Que tous les chats en âge de chasser s'approchent de la Corniche pour une assemblée du Clan ! »

    Les paroles d'Étoile de Ronce résonnaient encore dans la combe lorsque les chats émergèrent des fourrés de ronces et de leurs tanières à moitié reconstruites. Il était trop tôt pour que la patrouille de l'aube ne parte ; la lune était encore visible contre le soleil gris pâle. Aile de Colombe leva la tête vers le mâle sombre et tigré qui se tenait sur la Corniche et se demanda ce que cela faisait de rassembler son Clan en tant que chef. Si Étoile de Ronce était découragé par ses nouvelles responsabilités, il n'en montrait rien.

    Alors que tous les chats étaient rassemblés dans la clairière, baillant et hérissés de fatigue, Étoile de Ronce s'avança à mi-chemin sur la pente rocheuse. « Il a été décidé par les chefs des quatre Clans que tous les chats ayant combattu au côté de la Forêt Sombre durant la Grande Bataille devront à nouveau jurer leur loyauté envers le code du guerrier. » Une vague de murmures parcourut le Clan. Étoile de Ronce leva la queue pour intimer le silence. « Après cela, le passé sera oublié en faveur du futur. Ce Clan doit être uni pour surmonter ses pertes et la mauvaise saison à venir. C'est compris ? » Il fixa les chats en contrebas, et Aile de Colombe remarqua que certains d'entre eux avaient aplati les oreilles, dont Pelage de Poussière et Truffe de Sureau.

    « Tu nous demandes de pardonner beaucoup, miaula Pelage de Poussière, quelques-uns acquiescèrent autour de lui.

    -Aucun chat du Clan du Tonnerre n'a fini la bataille en se battant pour la Forêt Sombre, souligna Étoile de Ronce. Lorsqu'ils ont appris la vérité sur leurs nouveaux alliés, ils n'ont montré que de la loyauté envers les Clans. Il y a peu à pardonner, selon moi. »

    Pelage de Poussière ne parut pas satisfait, et Truffe de Sureau feula quelque chose à l'oreille de Pavot Gelé. Aile de Colombe regarda son père. Bois de Frêne, Cœur d'Épines, Patte de Mulot, Pluie de Pétales et Feuille de Lis se tenaient tous d'un côté de l'assemblée, la queue dressée de tension.

    « J'espère que cela va marcher, » marmonna Poil de Bourdon. Aile de Colombe lui caressa l'épaule du bout de la queue. Je l'espère aussi. 

    Étoile de Ronce fit un signe de tête aux cinq chats. « Venez, » les invita-t-il en descendant la pente rocheuse pour venir s'installer dans la clairière. Les guerriers s'alignèrent devant eux. Étoile de Ronce sembla nerveux pour la première fois, et Aile de Colombe réalisa que rien n'avait été décidé concernant la tournure de la cérémonie. Comment Étoile de Ronce saurait-il quoi dire ?

    « Guerriers du Clan du Tonnerre, commença-t-il, vous seuls connaissez la raison pour laquelle vous avez rejoint la Forêt Sombre. Cette raison, quelle qu'elle soit, n'importe plus. La seule chose qui importe est votre loyauté envers le Clan du Tonnerre et au code du guerrier, et rien d'autre. Peu importe ce qui vous a été promis, » ajouta-t-il d'un ton rocailleux.

    Les cinq chats acquiescèrent. Étoile de Ronce s'interrompit un moment, puis continua. « Répétez après moi : Je suis un vrai guerrier du Clan du Tonnerre, loyal à mes camarades et au code, à partir de maintenant et ce jusqu'à ce qu'il soit temps pour moi de rejoindre le Clan des Étoiles. »

    Bois de Frêne commença à parler le premier, puis les autres se joignirent à lui, maladroits et mal à l'aise. Aile de Colombe ressentit une pointe d'indignation devant le fait que Feuille de Lis doive prêter serment avec les autres. Elle a risqué sa vie en espionnant la Forêt Sombre ! Quelle plus grande preuve de sa loyauté Étoile de Ronce attendait-il ?

    Lorsque les chats eurent fini de prêter leur serment, Étoile de Ronce remua la queue. « Que ceci mette fin aux divisions qui règnent dans ce Clan, déclara-t-il. Vous savez tous ce que vous avez à faire pour rendre le Clan du Tonnerre fort à nouveau. Continuez ainsi, et puisse le Clan des Étoiles illuminer votre chemin. »

    Il pivota les oreilles et ce signe mit fin à l'assemblée. La plupart des chats retournèrent à leur nid pour faire leur toilette et organiser les patrouilles, mais quelques-uns restèrent groupés, Pelage de Poussière et Truffe de Sureau parmi eux.

    « Sommes-nous vraiment supposés leur pardonner et tout oublier ? protesta Truffe de Sureau. S'ils n'avaient pas révélé nos secrets, la Forêt Sombre n'aurait peut-être jamais attaqué ! »

    Aile de Colombe ne pouvait croire qu'un seul de ses camarades puisse penser pareil, mais Pavot Gelé acquiesça. « Ces chats doivent prouver qu'ils sont dignes de confiance, » grogna-t-elle. Elle regarda autour d'elle, apeurée, comme si elle pensait que Bois de Frêne avait invité des chats de la Forêt Sombre dans le camp.

    Pelage de Poussière s'avança et marmonna quelque chose qu'Aile de Colombe ne pouvait pas entendre. Mes oreilles ! Elle ressentit une douleur physique lui marteler la tête. Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Elle devait parler à Pelage de Lion et Œil de Geai et ainsi découvrir s'ils avaient perdu leur pouvoir, eux aussi. Elle repéra Pelage de Lion qui marchait vers elle et ouvrit la gueule pour lui demander s'ils pouvaient parler seule à seul. Puis Cœur Cendré déboula dans la clairière.

    « Pelage de Lion ! Je t'ai dit de te reposer aujourd'hui ! Tu ne peux pas sortir en patrouille jusqu'à ce que ta griffe guérisse. »

    Aile de Colombe réalisa que Pelage de Lion boitait de sa patte blessée lors de l'enterrement. « Je vais bien, grogna-t-il. Arrête de me déranger avec ça. »

    Cœur Cendré plissa les yeux. « Ne t'en prends pas à moi, le prévint-elle en fouettant l'air de sa queue. Tu devrais aller voir Œil de Geai, si c'est infecté.

    -Je n'ai pas le temps, grogna-t-il. Nous devons chasser tant que le temps nous le permet. » Il leva la tête vers le ciel, qui se couvrait de nuages gris sombre, si bas qu'ils touchaient presque la cime des arbres.

    « Je t'accompagne, » proposa Aile de Colombe. Peut-être que cela leur donnerait une chance de se parler.

    « Et bien tu n'iras pas sans moi, miaula Cœur Cendré. Viens, allons prévenir Poil d'Écureuil. »

    Elle bondit à travers la clairière, la où se tenait le lieutenant. Pelage de Lion se tourna vers Aile de Colombe. 

    « Tu vas bien ? 

    -Non, je...»

    Aile de Colombe se stoppa lorsque Feuille de Lis émergea de la tanière des guerriers. « Hey ! Vous partez en patrouille ? Je peux venir ? » Elle trottina vers eux, la fourrure hérissée. « Ça me réchauffera ! Ce vent est glacial. 

    -Bien sûr, » miaula Pelage de Lion. Cœur Cendré revint et ils sortirent du camp, menés par Pelage de Lion. Aile de Colombe le vit trébucher sur une ronce puis grimacer. Elle ne l'avait jamais vu blessé de cette façon.

    Ils atteignirent un bouquet de fougères au sommet de la combe et se séparèrent pour chasser. Aile de Colombe perçut l'odeur éventée d'une souris et se mit à ramper le long du chemin, la truffe au sol, laissant les fougères lui caresser l'échine. Elle contourna un frêne, en quête d'une odeur de proie fraîche lorsque des pattes agitées attirèrent son attention. Feuille de Lis fit un bond en avant et atterrit droit sur un écureuil. La chatte grise et blanche lui donna le coup de grâce, s'assit et essuya le sang de ses moustaches. 

    « Belle prise ! » miaula Aile de Colombe.

    Feuille de Lis pencha la tête d'un côté. « Je peux pas croire que tu n'ais pas entendu cet écureuil descendre de l'arbre, ronronna-t-elle. Il a presque atterri sur ta tête ! T'as de la mousse dans les oreilles ? »

    Aile de Colombe s'embrasa de honte. « Je...Je suivais la trace d'une souris. » Sa sœur se leva et entreprit de recouvrir sa proie de feuilles. « Tu ferais mieux d'aller l'attraper alors ! » miaula-t-elle, une note de tension dans la voix qui n'échappa pas à Aile de Colombe. Feuille de Lis sait-elle que j'ai perdu mes pouvoirs ?

    Elle s'engouffra dans les fougères, ressentant un sentiment de soulagement lorsque les frondes se refermèrent sur elle. Elle repéra bien vite le fumet d'une souris et attrapa la petite créature qui grignotait une graine. « Merci, Clan des Étoiles, de nous apporter de la nourriture, » murmura-t-elle en direction du petit corps brun.

    La guerrière grise se remit en chasse mais elle ne trouva rien d'autre jusqu'à ce que Pelage de Lion rappelle la patrouille. Un pigeon gisait à ses pattes et Cœur Cendré se tenait derrière lui, une paire de petits campagnols dans la gueule. Aile de Colombe se sentit embarrassée par sa maigre contribution, surtout quand Feuille de Lis surgit des fougères en traînant son écureuil.

    Pelage de Lion acquiesça de la tête. « Si le temps se refroidit, nous aurons besoin de tout le gibier possible, miaula-t-il. Bon travail, vous tous. »

    Ils rebroussèrent chemin vers le camp. Pelage de Lion trébucha à l'arrière, les muscles de ses épaules tendus alors qu'il essayait de ne pas boiter. Quand Cœur Cendré et Feuille de Lis disparurent derrière un coin, Aile de Colombe lâcha sa souris et se tourna vers le mâle doré.

    « Pelage de Lion, je dois te parler. »

    À contrecœur, il déposa son pigeon et attendit.

    Aile de Colombe prit une profonde inspiration. « Crois-tu que nous avons perdu nos pouvoirs ? » Ignorant la colère luisant dans ses yeux, elle continua. « Je ne peux ni entendre ni voir comme avant. Tu as été blessé par une racine, pour l'amour du Clan des Étoiles ! Et Œil de Geai semble être effrayé par quelque chose. Est-il possible qu'il ait perdu le pouvoir de voyager dans les rêves des autres chats ? » 

    Pelage de Lion fit glisser sa patte sur le poitrail pâle et emplumé du pigeon. « La Grande Bataille nous a enlevé beaucoup de choses à tous, miaula-t-il. Aucun de nous ne sait combien de temps cela va nous prendre pour guérir.

    -Il ne s'agit pas d'une blessure de guerre ! protesta Aile de Colombe. Quelque chose a changé en moi ! Je ne peux pas exactement le décrire, mais je sais que je suis différente. »

    Pelage de Lion continuait de fixer le pigeon à ses pattes. « Parle-en à Œil de Geai si cela t'inquiète. Il en sait plus que nous. Nous faisons partie d'une prophétie, tu te rappelles ? Je ne vois pas comment cela pourrait changer. »

    Aile de Colombe voulut protester mais le guerrier reprit le pigeon, mettant clairement fin à leur conversation. En marchant maladroitement à cause de sa patte infectée, il se dirigea vers le chemin et s'évanouit dans les fougères. Aile de Colombe prit sa souris et le suivit, laissant sa queue traîner misérablement dans la terre.

     

    « Œil de Geai ! » Aile de Colombe frissonna lorsqu'une rafale de vent lui fouetta la fourrure au pied de la falaise. Elle se rapprocha du rideau de ronces, comme s'il lui offrait un quelconque abri. « Œil de Geai, je dois te parler ! 

    -Sérieux ? Tout de suite ? » répondit-il impatiemment. 

    Aile de Colombe se renfrogna. « Oui, tout de suite.

    -Tu ferais mieux d'entrer, dans ce cas. Mais ne touche à rien ! »

    Elle passa à travers les ronces et s'arrêta pour laisser ses yeux s'habituer à la faible lumière de la grotte. Le sol sablonneux était couvert d'herbes empilées, certaines bien vertes et fraîches, d'autres brunes et desséchées. Œil de Geai se tenait au-dessus de Patte de Renard, qui était allongé sur le côté dans un nid de mousse, les yeux fermés. Le guérisseur enlevait un pansement de feuilles du ventre du guerrier. 

    Aile de Colombe recula d'un pas. La puanteur qui provenait de la blessure était accablante. « Par le Clan des Étoiles ! chuchota-t-elle.

    -Exactement, » rétorqua sèchement Œil de Geai. Sans bouger sa tête, il tendit une patte et ramassa habilement un bouquet de feuilles récemment mâchées.

    « Qu'est-ce que tu veux ? » marmonna-t-il en commençant à presser les feuilles sur la blessure ouverte et pleine de pus. Aile de Colombe se retenait de vomir. « Patte de Renard sent-il quelque chose ? demanda-t-elle.

    -Que le Clan des Étoiles soit loué, non, répondit Œil de Geai. Je lui ai donné des graines de pavot pour le faire dormir, et il remue rarement. Je veux qu'il reste comme ça jusqu'à ce que la blessure commence à guérir. Quelque chose ne va pas, Aile de Colombe ? Comme tu peux le voir, je suis assez occupé. Feuille de Lune est dehors en train de récolter des herbes, depuis que Cœur Blanc s'occupe des chatons de Poil de Châtaigne dans la pouponnière, et Belle Églantine est partie dans la forêt avec Chipie pour se dégourdir les pattes. »

    Aile de Colombe se rapprocha. « Je crois que quelque chose m'est arrivée depuis la Grande Bataille, commença-t-elle. Mes sens ont changé. Je veux dire, ils ne sont plus là. Je peux voir et entendre comme les autres chats, mais c'est tout. Et Pelage de Lion s'est blessé à la patte, ce qui ne lui est jamais arrivé. Je voulais donc savoir si tu avais remarqué quelque chose de différent à propos de tes pouvoirs. »

    Œil de Geai se figea sur place, ses pattes immobiles sur la blessure de Patte de Renard. Puis ses oreilles remuèrent. « Aile de Colombe, ça peut attendre. Laisse moi faire mon devoir en soignant Patte de Renard ainsi que les autres qui en ont besoin. Tu ne souffres pas, si ? »

    Aile de Colombe secoua la tête puis se remémora qu'Œil de Geai ne pouvait la voir. « Non, miaula-t-elle.

    -Alors je ne vois pas en quoi je pourrais t'aider. Je dois me concentrer sur mes responsabilités au sein du Clan. » Sa voix monta d'un ton et l'une de ses pattes trembla de colère. « Patte de Renard ne peut pas mourir ! Nous avons déjà perdu trop de chats ! Pourquoi le Clan des Étoiles continue-t-il à nous punir de la sorte ? »

    Sous le choc, Aile de Colombe le foudroya du regard.

    « Tu ne peux pas dire une chose pareille ! Nous avons vaincu la Forêt Sombre ! Nous avons remporté la bataille ! 

    -Vraiment ? gronda Œil de Geai. Cela ne ressemble pas à une victoire pour moi. Tout ce que j'ai fait, c'est regarder mes camarades de Clan mourir parce que je ne pouvais rien faire pour les aider.

    -Tu ne peux pas ramener des chats à la vie, soupira Aile de Colombe.

    -Alors à quoi cela sert d'avoir des pouvoirs ? » feula Œil de Geai. Il se pencha plus près du ventre de Patte de Renard et passa sa patte sur le pansement. « Va-t-en, Aile de Colombe. Reviens me parler lorsque je ne serai pas en train d'essayer de sauver la vie d'un guerrier. Pour le moment, il n'y a rien de plus important. »

    Aile de Colombe sortit de la caverne et tituba jusqu'au bord de la clairière, laissant le vent rafraîchir son pelage brûlant. Quelque chose de terrible arrivait à Œil de Geai, elle en était sûre. Était-ce simplement à cause de la perte de tant de chats au sein du Clan ? Où savait-il quelque chose à propos de leurs pouvoirs ?

    « Aile de Colombe ? » appela une voix venant des fourrés des anciens. C'était Isidore qui la regardait de ses yeux humides. Maintenant que la pouponnière était réparée, Chipie et Cœur Blanc avaient emmené les chatons en dehors de la tanière des anciens. « Je crois que j'ai une tique sur le dos et je ne peux point l'atteindre, grommela le vieux matou.

    -Je vais y jeter un œil, » miaula Aile de Colombe. Avec si peu d'apprentis dans le camp, les guerriers se partageaient les tâches des novices entre eux. Aile de Colombe savait que c'était le tour de Truffe de Sureau de s'occuper d'Isidore mais il était sorti en patrouille et, maintenant qu'elle était là, elle n'allait pas refuser de l'aider. Elle suivit le mâle dans la tanière et attendit qu'il s'installe, les membres raides, dans son nid.

    « Oh, ce froid me glace les os, grincha-t-il en repliant ses pattes sous lui.

    -Veux-tu que j'aille trouver quelques plumes pour ton nid ? » proposa Aile de Colombe.

    Isidore cilla. « Seulement si tu en as le temps. Je sais que vous êtes tous occupés, avec tant de chats qui se remettent toujours de leurs blessures. »

    Aile de Colombe fit glisser sa patte sur son échine osseuse, cherchant la tique. « La plupart d'entre nous se portent bien à présent. Seul Patte de Renard est toujours entre la vie et la mort. » Isidore grogna lorsqu'elle atteignit la tique. « Je l'ai ! déclara-t-elle. Je mettrai un peu de bile de souris dessus et elle sera partie en un instant. » Elle fit mine de partir mais Isidore lui fit signe de revenir.

    « Ça peut attendre, grinça-t-il. Parle-moi d'abord. C'est si vide ici, sans Poil de Souris. » Il fixa le nid abandonné, froid et poussiéreux, mais toujours empreint de la forme du corps de Poil de Souris. « Elle me manque terriblement tu sais, murmura-t-il. Elle pouvait être aussi grincheuse qu'un vieux renard parfois, mais elle avait si bon cœur. Au moins, elle est morte en protégeant son Clan. C'est ce qu'elle aurait voulu.

    -Oui, acquiesça Aile de Colombe.

    -Alors pourquoi tout le monde semble aussi malheureux ? » Isidore renifla et s'appuya sur ses pattes avant. « Je sors de la tanière, et c'est comme si nous étions toujours en train d'enterrer nos camarades. Ont-ils oublié que nous avons chassé ces enflures ? Il n'y a plus aucun chat de la Forêt Sombre, n'est-ce pas ? »

    Aile de Colombe ne savait pas trop quoi répondre. « Je...pense que nous sommes tous conscients de ce que nous avons perdu, balbutia-t-elle.

    -Et à propos de ce que nous avons gagné ? demanda le vieux chat. Poil de Souris, les autres, sont-ils morts pour rien ? C'est une insulte à leur mémoire, voilà c'que c'est, d'agir comme si nous avions tout perdu. » Il s'affala dans son nid en toussotant. « Désolé, jeunette. Je me suis emporté.

    -Non, Isidore, tout va bien, » miaula Aile de Colombe. Elle tendit la patte et lissa le pelage noir emmêlé de l'ancien. « Tu as raison. Nous avons gagné, et nous devrions honorer nos camarades tombés au combat en nous rappelant qu'ils ne sont pas morts en vain. Maintenant, laisse-moi aller chercher cette bile de souris pour toi. » Elle se leva et sortit de la tanière. De grosses gouttes de pluie lui éclaboussèrent la fourrure et elle baissa la tête en se dirigeant vers le repaire d'Œil de Geai. Elle espérait que cela ne le dérangerait pas si elle aidait en apportant un peu de bile. Alors qu'elle approchait de l'entrée, une plainte terrible la stoppa net.

    « Patte de Renard, non ! Pas maintenant ! J'ai fait tout ce que j'ai pu ! Oh Clan des Étoiles, pourquoi ne pouvez-vous pas me laisser les aider ? »

    Aile de Colombe faillit reculer devant le chagrin brutal qui sévissait dans la voix d'Œil de Geai. Patte de Renard devait être mort - et Œil de Geai laissé à l'agonie. Et Pelage de Poussière ? D'abord sa compagne, puis son fils, laissé à la Forêt Sombre. Comment pourrait-il s'en remettre ? Aile de Colombe se dandina sur ses pattes lorsque Feuille de Lune la frôla, des feuilles pendant entre ses mâchoires.

    « Œil de Geai ! Qu'est-ce qui se passe ? » La femelle traversa les ronces et Aile de Colombe entendit une lamentation retentir de l'intérieur. « Oh non ! Patte de Renard ! 

    -Le Clan des Étoiles ne voulait pas le laisser parmi nous, » grommela Œil de Geai. Feuille de Lune commença à lui murmurer des mots réconfortants et Aile de Colombe se détourna, vacillante de désespoir. Elle en bouscula presque Plume Grise, qui se tenait près de la réserve de gibier, la fourrure malmenée par le vent.

    Lorsque le grand guerrier baissa le regard vers elle avec surprise, Aile de Colombe cracha. « La Forêt Sombre n'en a pas fini avec nous. Patte de Renard est mort ! »

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.

    (Traduction) Chapitre 5 de Dovewing's Silence

    by Graypaw99


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 6 de Dovewing's Silence

    by Graypaw99

    « Argh! Hargh-argh! Désolée, » bafouilla Tempête de Sable avant qu'une autre quinte de toux ne secoue son corps. « Hargh-argh-argh ! »

    Poil de Bourdon remua derrière Aile de Colombe. « Je me sens mal pour elle, mais personne n'arrive à dormir, » murmura-t-il. Elle sentait son haleine chaude dans sa nuque. « Elle devrait peut-être aller voir Œil de Geai. 

    -Je suis sûre qu'elle y a déjà pensé, » chuchota Aile de Colombe. Ses yeux étaient lourds à cause du manque de sommeil et elle espérait aussi que Tempête de Sable se calme. Pourtant, elle ne ressentait que de la compassion pour la femelle, qui les avait gardés éveillés trois nuits de suite à présent. 

    Une forme sombre passa sous le museau d'Aile de Colombe. « Prends un peu de mousse imbibée d'eau, Tempête de Sable, » la pressa Pavot Gelé. Un doux bruit retentit lorsqu'elle déposa la boule de mousse derrière le nid de la reine. « Ça pourrait t'aider.

    -Merci, croassa Tempête de Sable. Je suis tellement désolée, tout le monde. » Aile de Colombe l'écouta presser la mousse, puis un silence miséricordieux s'engouffra dans la tanière. Puis elle tomba endormie.

    Aile de Colombe avait l'impression de n'avoir fermé les yeux qu'un moment avant que Poil d'Écureuil ne se tienne devant elle et ne la pousse doucement de la patte. « Allez, espèce d'hérisson paresseux ! Je veux que tu mènes la patrouille frontalière de l'aube. » Aile de Colombe se mit maladroitement sur ses pattes et suivit le lieutenant dans le froid matinal. Presque une lune entière s'était écoulée depuis la Grande Bataille et la mauvaise saison était tombée sur la forêt comme une fourrure de glace. Aile de Colombe frissonna, son souffle formait des nuages dans l'air. Œil de Crapaud la rejoignit, plissant les yeux face à la lumière de l'aube.

    « Je ne me souviens pas de la dernière fois ou j'ai dormi une nuit complète, murmura-t-il. Je vais emmener Tempête de Sable moi-même voir Œil de Geai si elle ne le fait pas aujourd'hui. » Aile de Colombe n'avait pas l'énergie de répliquer. Après avoir écouté les instructions de Poil d'Écureuil, elle mena Œil de Crapaud, Plume de Noisette et Pétale de Rose en dehors de l'entrée nouvellement reconstruite vers le bord du lac qui longeait la frontière du Clan du Vent. La lande était vide et calme, drapée de brume, et la patrouille retourna au camp sans remarquer aucune trace de guerriers rivaux.

    La clairière était pleine de chats se partageant leur repas, étirant leurs membres froids, et parlant calmement. Tempête de Sable se tenait dans un coin, son dos voûté à cause d'une autre quinte de toux.

    « Étoile de Ronce ! appela Truffe de Sureau. Peux-tu demander à Tempête de Sable de dormir dans la tanière des anciens cette nuit ? Elle ne peut pas nous maintenir éveillés chaque nuit, où nous ne tiendrons pas le coup avec les patrouilles ! » Aile de Colombe remarqua que les oreilles d'Isidore se dressaient. Étoile de Ronce regarda Tempête de Sable avec interrogation. « Qu'en penses-tu ? Cela te donnerait peut-être plus de chance de guérir, si tu n'as plus à t'inquiéter de réveiller les autres guerriers ? Je sais que nous prévoyons de construire une seconde tanière des guerriers pour vous donner à tous plus de place, mais cela ne sera pas terminé avant un quart de lune. »

    Un éclair de défi luisait dans les yeux verts de Tempête de Sable. « C'est juste un semblant de mal blanc ! croassa-t-elle. Es-tu en train de dire que je suis juste assez en forme pour rejoindre les anciens maintenant ? J'ai encore des lunes devant moi pour servir mes camarades de Clan ! »

    Il y avait une note brutale de peur derrière ses mots et Aile de Colombe ressentit un sentiment d'empathie. Je sais ce qu'elle ressent. Qu'importe ce qui est arrivé à mes sens, je me sens tellement inutile ! Elle n'avait rien attrapé de décent pour remplir la réserve de gibier depuis des jours, et ses oreilles la faisaient souffrir à force de les étirer lorsqu'elle était en patrouille frontalière. Une petite voix chuchota dans son esprit. Et si tes pouvoirs ne revenaient jamais ? mais Aile de Colombe repoussa cette idée. Comment puis-je servir mon Clan si je me sens sourde et aveugle ?

    Étoile de Ronce s'avança vers la femelle roux pâle et pressa son museau contre son épaule. « Personne ne te demande de te retirer de tes foncions, la rassura-t-il. Je veux juste que tu sois en meilleure forme possible pour la mauvaise saison. Et si tu maintiens les autres chats éveillés, tu dois penser à eux également. »

    Tempête de Sable leva la tête. « Je demanderai un peu de miel aux guérisseurs. » Elle renifla. « Tout ira bien. Et pourquoi ne puis-je pas dormir dans la tanière des apprentis, puisqu'elle est vide ? Comme ça, je ne dérangerai personne. » Les épaules d'Isidore s'affaissèrent. Aile de Colombe se demanda si elle devrait proposer à Tempête de Sable de dormir dans le nid de Poil de Souris à côté du vieux matou. Il devait avoir froid, tout seul, maintenant que le gel avait pris racine dans la forêt. Avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, Truffe de Sureau s'avança.

    « Nous sommes un peu à l'étroit dans la tanière des guerriers, miaula-t-il à Étoile de Ronce. Pavot Gelé et moi serions heureux de dormir avec Isidore, s'il le souhaite. »

    Les yeux du vieux chat tigré s'illuminèrent. « Content de vous offrir un peu d'espace, miaula-t-il. J'ferai mieux d'aller arranger quelques nids. » Il se leva, la queue bien droite.

    « C'est gentil de la part de Truffe de Sureau et Pavot Gelé, » murmura Aile de Colombe à Feuille de Lis, qui se tenait derrière elle. Sa sœur roula des yeux. « Tu penses vraiment ? Ou alors sont-ils juste désespérés au point de s'éloigner de ces chats féroces de la Forêt Sombre qui dorment juste à côté d'eux ? »

    Aile de Colombe la fixa, sous le choc. « Mais il y a presque une lune que vous avez prononcé votre serment ! Ils t'ont sûrement pardonnée depuis ?

    -Pas tous, grogna Feuille de Lis. Tu n'as pas vu comment Pelage de Poussière préférait attendre que le tas de gibier soit dépourvu des meilleures proies plutôt que d'aller se servir en même temps que nous ? » Elle s'éloigna, sa queue traçant une ligne dans l'herbe couverte de givre.

    « On dormira dans la tanière des anciens aussi ! » lança Nuage de Cerise en faisant un signe de tête à son frère, Nuage de Loir.

    C'est logique, Pavot Gelé et Truffe de Sureau sont leurs parents, pensa Aile de Colombe. Puis elle vit Nuage de Loir foudroyer Bois de Frêne du regard et son ventre se noua. Ces chats n'ont fait que servir leur Clan loyalement depuis la Grande Bataille. Comment pourraient-ils encore avoir quelque chose à se reprocher ?

    « Ça va, miaula Poil d'Écureuil aux jeunes chats. Je rejoindrai Tempête de Sable dans la tanière des apprentis, et comme ça il y aura plus de place pour les autres guerriers jusqu'à ce que la nouvelle tanière soit construite. » Lorsque Tempête de Sable commença à protester, Poil d'Écureuil lança un regard affectueux à sa mère. « Je serai avec toi, que tu le veuilles ou non, ronronna-t-elle. Il fait trop froid pour que tu dormes seule. »

    Du mouvement résonna dans le camp alors que les chats s'activaient à préparer les nouveaux nids. Aile de Combe resta où elle est, comme si ses pattes étaient prises dans l'herbe givrée. Ses oreilles bourdonnaient encore et des ombres lui brouillaient l'esprit. Son cœur s'accéléra. Diviser les guerriers dans des tanières séparées sonnait comme un terrible présage ; le Clan se séparait malgré tout ce qu'ils avaient enduré ensemble. La Grande Bataille avait-elle déjà été oubliée ? Ou ses camarades de Clan étaient-ils déterminés à se rappeler seulement de ceux dont la loyauté avait été questionnée, sans mentionner le courage que chacun avait montré pour chasser les attaquants de la Forêt Sombre ?

    « Aile de Colombe ? Tu vas bien ? » Aile Blanche la regardait, une lueur inquiète dans les yeux. Aile de Colombe se secoua, sentant des gouttes s'envoler de son pelage. « Je vais bien 

    -Pourquoi ne m'aiderais-tu pas à récolter de la mousse ? suggéra Aile Blanche. Ça fait des lunes que je n'ai pas passé du temps avec toi ! »

    Elle se pressèrent à travers la nouvelle barrière d'épines, qui semblait plus dense et piquante qu'autrefois, et trottinèrent sur la pente qui descendait vers le bord du lac. Le chemin qui menait à la meilleure mousse les conduisit à l'endroit où les combattants morts avaient été enterrés. Aile de Colombe ralentit pour regarder les monticules de terre paisibles, chacun couvert d'une fine couche de givre. « Voyez-vous ce qui nous arrive ? murmura-t-elle. Pensez-vous que vous êtes morts en vain ? 

    -Oh ma chérie, tu ne le penses pas vraiment, si ? » miaula Aile Blanche. 

    Aile de Colombe bondit ; elle n'avait pas entendu sa mère arriver. Évidemment que je ne l'ai pas entendue ! Je ne peux rien entendre ! Elle prit une profonde inspiration. « C'est comme si tout s'était empiré depuis la Grande Bataille, confessa-t-elle. Les guerriers qui étaient impliqués dans la Forêt Sombre sont traités pire que des chats errants, et personne ne semble se rappeler que les chats tombés au combat ont donné leur vie pour que nous gagnions la bataille. »

    Elle ne put se résoudre à parler de ses sens ; il s'agissait d'un problème dont elle devait s'occuper seule. Aile Blanche reposa sa queue sur l'échine d'Aile de Colombe. « Toutes les batailles laissent de profondes blessures, visibles ou non. Et les blessures prennent du temps à guérir. Tu le sais, Aile de Colombe. Ne perds pas espoir. » Elle se tourna et se dirigea vers le lac, qui brillait d'une lumière grise et immobile à travers les troncs. Aile de Colombe la regarda s'éloigner. Elle pensa à Patte de Renard, mort d'une infection dans la tanière du guérisseur. Mais certaines blessures ne guérissent jamais, peu importe ce que l'on fait. 

     

    C'était la nuit de l'Assemblée. Une énorme lune blanche trônait au-dessus de la combe, donnant une teinte argentée aux félins, et projetant des ombres nettes sur le sol. Ce serait la première Assemblée depuis la Grande Bataille, la première chance de voir comment les Clans qui avaient combattus côte à côte se débrouillaient. Et pourtant, l'atmosphère parmi les chats du Clan du Tonnerre était sombre, même réticente. Truffe de Sureau chuchotait quelque chose à Œil de Crapaud, assez près pour qu'Aile de Colombe l'entende.

    « Je peux pas croire qu'Étoile de Ronce veuille emmener Pluie de Pétales et Cœur d'Épines avec nous. Veut-il attirer l'attention sur les traîtres de notre Clan ? » Œil de Crapaud remua sa queue touffue noire et blanche. « Les autres Clans ont réussi à tuer la plupart de leurs traîtres, feula-t-il en retour. Peut-être qu'on aurait dû faire de même ! »

    Aile de Colombe bondit en avant. « Et peut-être que tu devrais réaliser que tes camarades de Clan n'ont rien fait de mal et qu'ils ont combattu nos ennemis ! cracha-t-elle.

    -Aile de Colombe ! Arrête ! Qu'est-ce qui se passe ? » Poil d'Écureuil trottait vers eux, sa fourrure hérissée d'inquiétude. Aile de Colombe remua les oreilles, réticente à laisser Œil de Crapaud et Truffe de Sureau penser qu'elle allait se plaindre à leur lieutenant.

    « Juste une divergence d'opinion, » miaula Truffe de Sureau. Il foudroya Aile de Colombe du regard. « Certains semblent croire qu'on ne peut pas penser par nous-mêmes. »

    Poil d'Écureuil plissa les yeux. « Vous voyez cette pleine lune ? C'est la nuit de la trêve - et cela vaut pour tous les membres d'un Clan aussi bien que pour les autres Clans. Venez, où nous allons être en retard. » Elle trotta vers l'entrée où Étoile de Ronce attendait avec le reste de la patrouille qui se rendait à l'Assemblée.

    Aile de Colombe lança un regard noir à Œil de Crapaud et Truffe de Sureau, puis suivit le lieutenant. Pluie de Pétales l'attendait. Elle semblait troublée. « J'ai vu ce qu'il s'est passé, miaula la guerrière au pelage écaille-de-tortue et blanc. N'essaye pas te battre pour nous. Cela prendra du temps de prouver notre loyauté, c'est tout.

    -Cette bataille ne devrait même pas exister ! grogna Aile de Colombe. Vous avez prêté serment, et vous n'avez rien fait pour nous nuire durant la Grande Bataille ! 

    -Le code du guerrier est au-dessus de tout, lui rappela Pluie de Pétales. C'est comme ça que cela doit se passer. »

    Elles rejoignirent les autres chats qui traversèrent la nouvelle barrière de ronces, laissant au passage des touffes de poils sur les épines. « Si cette barrière ne s'adoucit pas bientôt, on n'aura bientôt plus de fourrure ! » murmura Plume Grise. Alors que les chats se déplaçaient au travers des arbres près de la rive, Aile de Colombe accéléra pour rattraper Poil de Bourdon. Ils s'étaient reposés au soleil ensemble plus tôt dans la journée et elle ressentait de la chaleur et de l'affection envers lui.

    « Attends-moi ! » souffla-t-elle.

    Le grand chat gris et noir marqua une pause et la regarda par-dessus son épaule. « Allez, petites pattes ! » la taquina-t-il.

    Ils atteignirent la rive près des autres et contournèrent la plage rocheuse. Les galets brillaient au clair de lune, et de petites vagues clapotaient derrière eux. Aile de Colombe projeta ses sens comme elle était habitué à le faire ces nuits-là, à l'écoute de chaque Clan se préparant à la réunion. Étaient-ils inquiets à propos de cette Assemblée, eux aussi ? Mais ses oreilles n'entendaient que des bruits de pattes martelant la pierre et l'eau s'écraser sur la rive. Aile de Colombe fronça les sourcils et se concentra d'autant plus. Je dois être capable d'entendre quelque chose ! Mes sens ont eu le temps de se rétablir de la bataille ! Je dois en parler avec Pelage de Lion et Œil de Geai. Et si nous les avions perdus tous les trois ? Soudain, ses pattes se prirent dans une branche et elle trébucha en avant. Elle serait tombée droit sur son museau si Poil de Bourdon ne l'avait pas rattrapée avec son épaule et remise sur ses pattes.

    « Tu vas bien ? demanda-t-il.

    -Oui, lâcha Aile de Colombe. Je n'ai pas vu cette branche à cause de l'obscurité, c'est tout. »

    Elle remarqua ses oreilles aplaties de douleur et ressentit une pointe de culpabilité. Même si elle ne pouvait pas lui avouer ce qui lui arrivait, il ne méritait pas d'être traité de la sorte. « Merci de m'avoir rattrapée ! ronronna-t-elle. J'aurais semblé plus bête qu'un mouton si j'avais atterri sur le museau ! 

    -Je serai toujours là pour te rattraper, » murmura Poil de Bourdon. Il se blottit un instant dans la fourrure de sa tête avant de s'éloigner. Ils marchèrent en silence, assez proches pour que leurs fourrures s'emmêlent.

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 7 de Dovewing's Silence

    Poil de Bourdon by Lauriane

    La première chose qu'Aile de Colombe remarqua quand elle pénétra dans la clairière de l'île c'est que presque tous les anciens chats de la Forêt Sombre étaient là. Elle se demanda si c'était parce que les chefs voulaient prouver que leur Clan était uni et loyal, une fois de plus. Elle remarqua également que les autres Clans semblaient moins hostiles envers les traîtres de leur Clan, mais c'était le Clan du Tonnerre qui en possédait le plus. Peut-être était-il plus facile de pardonner un chat plutôt que plusieurs. 

    Après avoir repéré Pelage de Brume et Dos Balafré, Aile de Colombe se surprit à chercher un pelage familier sombre et tigré parmi les chats du Clan de l'Ombre. Alors qu'elle regardait, les guerriers s'écartèrent pour faire de la place à Étoile de Jais, qui se dirigeait vers l'arbre des chefs, révélant Cœur de Tigre en pleine conversation avec Patte de Musaraigne. La jolie chatte grise le regardait comme si il lui révélait son plus grand secret. Aile de Colombe repoussa la bouffée de jalousie qui lui tordait l'estomac. Il était bon que Cœur de Tigre ait été pardonné par ses camarades de Clan. Toute connexion qu'ils avaient partagée autrefois était terminée pour toujours. Elle avait Poil de Bourdon maintenant.

    Comme s'il avait lu dans ses pensées, le mâle gris et noir la rejoignit. « Ça te dérange si nous nous asseyons près de Pluie de Pétales ? miaula-t-il. Je ne veux pas la laisser seule.

    -Bien sûr, » répondit Aile de Colombe, en ressentant un élan de tendresse envers lui. Ils bougèrent pour remplir l'espace qui avait été laissé derrière Pluie de Pétales et Cœur d'Épines. Aile de Colombe s'arrêta près d'Œil de Crapaud et essaya de ne pas lui feuler dessus lorsqu'il retroussa les babines à son approche.

    Étoile de Brume parla la première, sa fourrure grise nimbée d'argent au clair de lune. « Le Clan de la Rivière se porte bien et reste fort après une lune de travail acharné. Tous mes guerriers sont unis pour rendre le Clan sauf et bien nourri pour la mauvaise saison et toutes les saisons à venir. Je suis heureuse de vous rapporter que Bouton de Rose attend les chatons de Poil d'Hibiscus. » Elle s'arrêta pour jeter un coup d'œil affectueux à la reine grise et blanche, qui lissa son poitrail à gros coups de langue. « Un gros brochet s'attaquait aux plus petits poissons de notre côté du lac, mais Cœur de Lac a eu la brillante idée de placer des pierres dans les eaux profondes pour créer une zone où le brochet ne pourrait pas passer. Grâce à cela, nous avons protégé nombre de nos poissons qui remplissent notre réserve de gibier. » Elle inclina la tête. « Puisse le Clan des Étoiles guider votre chemin, à tous. »

    Alors qu'elle se rasseyait sur la branche, Étoile de Jais se leva maladroitement sur ses pattes. Sa fourrure blanche était si pâle, il semblait déjà faire partie du Clan des Étoiles. « Le Clan de l'Ombre est aussi fort qu'il l'a toujours été, siffla-t-il, si doucement que les chats se rapprochèrent pour l'entendre. Nous avons reconstruit nos tanières et sécurisé nos frontières. Notre réserve de gibier est pleine et nous ne craignons pas la mauvaise saison à venir. » Ses yeux écarquillés suggéraient le contraire, et Aile de Colombe grimaça alors qu'il se battait pour reprendre son souffle. « Nous avons eu quelques ennuis avec un renard sur notre frontière la plus haute, mais mes brave guerriers l'ont chassé. » Il se rassit brusquement, ses flancs se soulevant de façon irrégulière. 

    Étoile de Ronce prit ensuite la parole, puis Étoile Solitaire. Leurs discours étaient semblables, courts et vagues, avec des petites nouvelles concernant la restauration des tanières et des frontières, et du tas de gibier. Aucun chef n'avait mentionné la Grande Bataille ou la récente alliance entre les quatre Clans, comme si cette histoire ne s'était jamais produite. Aile de Colombe plissa les yeux. Tout sera-t-il bientôt oublié ? Et les chats que nous avons perdu ? Ne devrions-nous pas honorer leur mémoire, tous ensemble ?

    Mais les chefs descendaient déjà de l'arbre - ou dans le cas d'Étoile de Jais, se laissaient glisser doucement au sol - et les chats dans la clairière se levaient déjà, pressés de partir. Il n'y aurait pas de retard ce soir, pas de cérémonie du partage, et pas de ragots échangés après la réunion. Étoile Solitaire partit avec ses guerriers le premier, rapidement suivi par Étoile de Brume. Étoile de Ronce rassembla le Clan du Tonnerre d'un signe de la queue et Aile de Colombe se retrouva pressée contre ses camarades de Clan alors qu'ils trottaient sur l'arbre-pont et bondissaient sur la rive marécageuse.

    « C'était bizarre, commenta Pelage de Lion alors qu'ils voyageaient sur les galets en bas de la lande. Il n'y a rien eu de plus excitant cette dernière lune que le Clan de la Rivière et leur brochet ! »

    Derrière lui, Cœur Cendré semblait pensive. « Peut-être que c'est la meilleure manière de se rétablir, de retourner aussi vite que possible aux choses telles qu'elles étaient avant. Nous avons gagné la Grande Bataille, donc rien n'a besoin de changer. »

    Poil de Bourdon remua les oreilles. « Vraiment ? Tu penses honnêtement que la Grande Bataille n'a rien changé ? Parfois j'ai l'impression que ça a tout changé. »

    Aile de Colombe était d'accord avec lui. Elle le vit regarder tristement sa sœur, qui marchait devant avec Cœur d'Épines. Le Clan du Tonnerre allait-il être divisé pour toujours à cause de la Forêt Sombre ?

     

    Des toussotements résonnèrent à travers les arbres alors qu'ils grimpaient la pente vers la combe. Œil de Geai trottinait devant, aussi habilement que si il pouvait voir. « Plume de Noisette, pourquoi es-tu toujours plantée là dehors ? Tu aurais dû demander à quelqu'un d'autre de monter la garde. » Il la renifla de près et plaça sa patte sur son flanc pour vérifier son rythme cardiaque.

    La femelle grise semblait épuisée et avait le dos voûté. « Je vais bien, siffla-t-elle. C'est juste une toux. 

    -Et elle ne s'améliorera pas avec cet air glacial, grogna Œil de Geai. Viens, tu passeras la nuit dans ma tanière. » Il commença à la hisser au travers des ronces. « Étoile de Ronce, tu devras trouver quelqu'un d'autre pour monter la garde, » lança-t-il par-dessus son épaule.

    Millie s'avança. « Je vais le faire, proposa-t-elle. Je ne suis pas fatiguée, et cela ne sert à rien de réveiller un autre guerrier pour le peu de nuit qu'il reste. 

    -Merci, Millie. » Étoile de Ronce inclina la tête vers elle. Il balaya attentivement le reste des chats du regard. « Quelqu'un d'autre se sent-il malade ? Il vaut mieux commencer à traiter cela maintenant au lieu d'attendre que vous soyez vraiment atteints. 

    -Œil de Crapaud n'a pas beaucoup mangé aujourd'hui, miaula Pavot Gelé en lançant un regard inquiet au mâle noir et blanc.

    -Je n'avais pas faim, c'est tout, » murmura-t-il.

    Étoile de Ronce plissa les yeux. « Si tu n'as toujours pas faim demain, va voir Œil de Geai je t'en prie. Maintenant, revenons à nos affaires. En commençant par les patrouilles. »

    Aile de Colombe attendit son tour pour se faufiler à travers la barrière. Elle entendit Cœur Blanc feuler sur Flocon de Neige. « Pourquoi n'as-tu pas dit à Étoile de Ronce que tu avais la gorge irritée ? 

    -J'irai voir Œil de Geai si ça empire, je te le promets, miaula Flocon de Neige en se glissant dans la brèche. Aile de Colombe trembla d'inquiétude. D'abord, la Forêt Sombre semblait avoir laissé des divisions qui ne se remettraient jamais, et maintenant tout le Clan était en train de tomber malade ! Oh, Clan des Étoiles, aidez-nous !

     

    Clignant des yeux pour chasser sa fatigue, Aile de Colombe sortit de la tanière des guerriers au lever du soleil et vit Œil de Geai sauter avec confiance du haut des rochers qui menaient à la Corniche. Son cœur vacilla. 

    « Étoile de Ronce est-il malade ? » lança-t-elle.

    Œil de Geai s'arrêta à côté d'elle et secoua la tête. « Non, il va bien. Je lui faisais juste savoir que Plume de Noisette ne pourra pas accomplir ses tâches de guerrière pendant un moment. » Alors qu'il parlait, Étoile de Ronce émergea de sa tanière et trottina à travers la clairière où il s'étira, le dos rond.

    Un bruit de toux parvint de la grotte au pied des falaises. La mine d'Œil de Geai était sombre. « Je pense que Plume de Noisette a le mal vert. Elle a de la fièvre, et je n'aime pas la manière dont son cœur s'accélère. »

    Un halètement retentit de derrière Aile de Colombe. Elle se tourna et vit Millie accourir depuis l'entrée, finissant son tour de garde. « Et Belle Églantine ? Elle ne peut pas rester dans ta tanière si un chat atteint du mal vert y est ! » Elle courut vers la grotte. « Belle Églantine ! Sors de là ! »

    Il y eut un silence, puis le museau brun foncé de Belle Églantine surgit des ronces. « Que se passe-t-il ? demanda-t-elle, encore ensommeillée.

    -Je ne veux pas que tu restes là-dedans si Plume de Noisette a le mal vert ! ordonna Millie. Nous devrons te trouver un autre endroit où dormir. »

    Belle Églantine se traîna hors de la tanière à l'aide de ses pattes avant. Comment toujours, Aile de Colombe se sentit triste en voyant les hanches de la femelle traîner inutilement derrière elle. « Je ne dis pas non à un endroit plus calme, admit Belle Églantine en se hissant dans la clairière. La pauvre Plume de Noisette n'a pas arrêté de tousser depuis qu'elle est arrivée ! » Elle s'arrêta et se tordit pour se gratter l'échine. « De plus, je n'ai pas besoin de rester dans la tanière du guérisseur, si ? Je ne suis pas malade ! »

    Feuille de Lune émergea de la caverne, une boule de mousse trempée dans ses mâchoires. Elle la posa à terre et regarda Œil de Geai. « Belle Églantine a raison, tu sais, miaula-t-elle. Nous n'avons plus besoin de la surveiller la nuit. »

    La guerrière brun foncé se tourna pour regarder Étoile de Ronce, qui avait fini de s'étirer et nettoyait à présent la fourrure de son poitrail. « Puis-je dormir dans la tanière des guerriers, Étoile de Ronce ? S'il te plaît ? »

    Le meneur fronça les sourcils. « Je ne pense pas qu'il y ait encore de la place, admit-il. C'est toujours aussi bondé, là-dedans. »

    À présent, les autres chats s'étaient réveillés et sortaient dans la clairière, où ils s'étirèrent le dos rond, prêts pour la première patrouille. Isidore avait émergé de sa tanière et écoutait la conversation tout en nettoyant sa fourrure ébouriffée. « Elle est la bienvenue dans la tanière des anciens, » miaula-t-il en indiquant les nids d'où l'on pouvait entendre Truffe de Sureau et sa famille remuer.

    Belle Églantine baissa la tête. Il était évident qu'elle voulait rejoindre les guerriers dans leur tanière. « Je pourrais vous rejoindre, Isidore, comme ça Belle Églantine pourra prendre mon nid ? » proposa Aile de Colombe.

    Poil de Bourdon s'approcha d'elle, l'air surpris. « Mais ça me manquerait de ne plus dormir près de toi !

    -Ce n'est que pour un moment, lui dit Aile de Colombe. Poil d'Écureuil prévoit de construire une seconde tanière pour les guerriers, tu te souviens ?

    -Merci, Aile de Colombe ! ronronna Belle Églantine. Je peux aller voir mon nouveau nid tout de suite ? » Lorsque Aile de Colombe acquiesça, Belle Églantine se hissa jusqu'au repaire des chasseurs et disparut à l'intérieur, laissant une traînée sur le sol derrière elle. Elle réapparut un moment plus tard, l'air sérieux. « C'est la taille parfaite pour moi, mais ce nid a besoin d'une litière fraîche, commenta-t-elle. Puis-je avoir quelques plumes de pigeon ? »

    Pelage de Lion inclina la tête. « Oui, ô grand chef. Puis-je vous apporter autre chose ? De la mousse humide, peut-être ? » Son ton était de bonne humeur et il la taquinait. Pluie de Pétales se hérissa. « Belle Églantine doit avoir le plus doux de nids, insista-t-elle. Elle ne peut pas sentir les épines se planter dans sa fourrure, tu te rappelles ? Si elle se blesse, cela pourrait s'infecter avant qu'elle ne le remarque. »

    Pelage de Lion effleura l'épaule de Pluie de Pétales du bout de la queue. « Tout va bien, je comprends. Poil d'Écureuil, puis-je emmener une patrouille pour aller chercher de quoi renouveler le nid de Belle Églantine ? Nous pourrions aller chasser par la suite. »

    Le lieutenant acquiesça. « Prends Aile de Colombe, Feuille de Lis et Pétale de Rose avec toi. Assurez-vous que la mousse est bien sèche avant de préparer son nid. Et n'hésitez pas à chasser un pigeon pour récolter quelques plumes. »

    Aile de Colombe ronronna. Voilà une tâche qu'elle apprécierait ! Les yeux de Belle Églantine s'illuminèrent. « Merci ! Je vous promets de me rendre utile. Je peux réveiller tout le monde pour la patrouille de l'aube, et examiner les nids pour y enlever les épines lorsque vous êtes sortis. Il n'y a pas de raisons pour que je n'aie pas mes propres tâches à accomplir. Je suis une guerrière, après tout ! »

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 8 de Dovewing's Silence

    by Graypaw99

    Les guerriers profitèrent de deux nuits de calme après l'Assemblée jusqu'à ce qu'Œil de Crapaud se mette à tousser. Cette fois, Aile de Colombe eut du mal à éprouver une quelconque compassion. Il savait qu'il allait tomber malade ! Il aurait du aller voir Œil de Geai !

    Plume de Noisette était toujours confinée dans la tanière du guérisseur, mais comme Œil de Crapaud ne semblait pas si malade, Œil de Geai et Feuille de Lune lui confectionnèrent un nid dans la tanière des apprentis, avec Tempête de Sable. Poil d'Écureuil avait annoncé qu'elle retournait dans la tanière des guerriers, disant qu'ils devaient laisser les chats qui toussent se maintenir éveillés entre eux. Mais Aile de Colombe vit dans le regard tendu du lieutenant que son ton léger n'était qu'une façade et se demanda combien d'autres chats succomberaient à la maladie.

    Feuille de Lune se tenait près du tas de gibier, s'assurant que chaque félin se nourrissait bien. Lorsque Aile de Colombe se choisit une souris plutôt maigre, Feuille de Lune tendit une patte et l'arrêta. « Je la mangerai, miaula-t-elle. Toi et Poil de Bourdon pouvez partager cet écureuil. »

    Aile de Colombe regarda la créature dodue et pelucheuse. « Il est énorme ! fit-elle remarquer. Il y en aurait pour toute une lune !

    -Partage-là avec Isidore alors, » la pressa Feuille de Lune.

    Aile de Colombe traîna l'écureuil au-dessus de la souche d'arbre, se retenant d'éternuer lorsque les poils touffus de sa proie s’infiltrèrent dans sa truffe. Isidore se lécha les babines. « Quel festin ! commenta-t-il.

    -Poil de Bourdon, viens nous rejoindre ! » appela Aile de Colombe. Le grand mâle gris trottina vers eux, Tempête de Sable sur les talons. 

    « Y'en a-t-il assez pour moi ? » demanda-t-elle d'une voix rauque. Elle semblait fatiguée, et Aile de Colombe pouvait voir ses côtes saillir sous son pelage.

    « Pour sûr ! » grommela Isidore la bouche pleine. Il se décala pour laisser Tempête de Sable prendre une bouchée de la cuisse juteuse de l'écureuil. En avalant, le vieux mâle vit Œil de Crapaud disparaître dans la tanière des apprentis, suivi par Œil de Geai qui portait un bouquet de litière fraîche. « Vous laisser  ensemble toi et Œil de Crapaud me rappelle l'temps où Étoile de Feu avait emmené tous les chats malades jusqu'au nid de Bipèdes abandonné, remarqua-t-il. C'était une brave décision, de protéger le reste d'entre nous de la maladie. »

    Le regard de Tempête de Sable s'assombrit. « Cela lui a coûté une vie, rappela-t-elle.

    -Tu penses que nous le ferons à nouveau, si plus de chats de mettent à tousser ? » demanda Aile de Colombe en enlevant un bout de viande coincé entre ses dents.

    Tempête de Sable secoua la tête. « J'en doute. Je ne veux infecter personne d'autre, mais ça n'aidera personne de rester dans ce vieux nid plein de courants d'air. Il vaut mieux pour nous d'être proche des guérisseurs. » Elle baissa la tête et regarda ses pattes comme si elle avait perdu son appétit, et Aile de Colombe se sentit mal de lui rappeler ce terrible moment qu'avait été l'épidémie.

    Elle jeta un coup d'œil autour de la clairière. Malgré la hauteur du soleil, le ciel était couvert de nuages et la brise apportait l'odeur de la pluie. Les chats se blottirent autour de leur repas, leur fourrure soufflée dans tous les sens, ressemblant davantage à des pommes de pin qu'à des guerriers élégants et bien soignés. Un mouvement attira l'attention d'Aile de Colombe. Pluie de Pétales se glissait à travers la barrière. Elle n'utilisait pas l'entrée habituelle mais se frayait un nouveau passage dans l'un des côtés de l'entrée. La fourrure d'Aile de Colombe se dressa sur son échine. Pluie de Pétales essayait-elle de filer en douce ? Elle repoussa ses soupçons et projeta ses sens, essayant de s'imaginer la femelle de l'autre côté de la barrière. Elle ressentit une consternation qui lui était familière lorsque aucune image ne lui apparût, et elle n'entendit rien de plus que ses camarades de Clan en train de manger. Elle se secoua pour disperser ce sentiment. Où est-ce qu'elle va ? Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir. 

    Saluant les autres chats assis autour de l'écureuil, elle se leva. « Je vais au petit coin, » murmura-t-elle à Poil de Bourdon pour le dissuader de la suivre. Elle utilisa l'entrée habituelle à travers la barrière, notant avec soulagement qu'elle devenait moins piquante. En dehors de la combe, les arbres étaient malmenés par le souffle du vent et, même si la plupart des feuilles étaient tombées et tapissaient le sol, peu de lumière réussissait à s'infiltrer dans la forêt. Aile de Colombe trottina à travers les ombres, en suivant la trace de Pluie de Pétales sur le paillis de feuilles. Son cœur battait la chamade et elle garda ses oreilles aplaties, à l'écoute d'un quelconque danger. Le bourdonnement s'était arrêté mais ses sens semblaient toujours faibles et lourds, et la forêt à demi-éclairée semblait bien plus intimidante et mystérieuse qu'elle ne l'avait jamais été auparavant.

    Soudain, un craquement retentit derrière elle et Pluie de Pétales sauta sur les hanches d'Aile de Colombe pour la renverser. La guerrière grise se remit sur ses pattes et se tourna. « Pourquoi t'as fait ça ? cria-t-elle.

    -Tu me suivais, n'est-ce pas ? la défia Pluie de Pétales. Pourquoi ferais-tu ça ? Tu ne me fais pas confiance ? » Sa fourrure était hérissée et sa voix déformée par la colère. Aile de Colombe regarda ses pattes, envahie par la honte. « Je...Je me demandais juste où tu allais. »

    Pluie de Pétales remua la queue. « Tu peux venir avec, puisque tu penses clairement que je ne fais rien de bon. » Elle fit volte-face et bondit à travers les arbres. Aile de Colombe se mit à courir pour la rattraper, sentant les branches lui fouetter le museau alors qu'ils traversaient le sous-bois. Elles émergèrent dans l'éclat de la lumière du jour sur l'ancien Chemin du Tonnerre. Pluie de Pétales ne ralentit pas et s'écarta pour se diriger le long du chemin de pierre vers le nid de Bipèdes délabré. À la surprise d'Aile de Colombe, elle s'arrêta net près de la tanière couverte de lierre et disparut le long d'un côté. Aile de Colombe marqua une pause. Va-t-elle rencontrer un chat de la Forêt Sombre ? Elle repoussa cette idée. Depuis la grande bataille, Pluie de Pétales n'avait jamais rien fait qui puisse mettre en doute sa loyauté ! Aile de Colombe suivit sa camarade de Clan et la retrouva penchée sur le sol brun foncé du nid abandonné. Elle tapotait des plantes ratatinées à l'aide sa patte.

    « Je cherche de l'herbe à chat, feula la femelle en grinçant des dents. Satisfaite ? Je sais que Œil de Geai et Feuille de Lune en font pousser ici, et je voulais voir si il en restait encore. Nos camarades de Clan tombent malades, et nous devons trouver un moyen de les soigner avant de devoir creuser plus de tombes ! » Elle haussa le ton de désespoir et Aile de Colombe ressentit un élan de compassion envers elle, et se sentit coupable d'avoir douté de la guerrière écaille.

    « Je vais t'aider, » miaula-t-elle la voix brisée par l'émotion. Elle se pressa contre le flanc de Pluie de Pétales pour s'excuser en silence, puis commença à remuer la terre meuble et humide. À son grand soulagement, elle découvrit quelques petites tiges vertes encore munies de feuilles. « Tu penses que cela pourrait aider ? » demanda-t-elle à Pluie de Pétales.

    La guerrière acquiesça. « Déterre-les avec précaution, conseilla-t-elle. Laisse les racines pour qu'elles continuent à pousser. »

    Munies d'une petite récolte de pousses, elles retournèrent au camp. « Je suis désolée, miaula Aile de Colombe la gueule pleine. Je n'aurais pas dû douter de toi. »

    Pluie de Pétales s'arrêta et déposa son précieux fardeau. « J'en aurais probablement fait autant, admit-elle. Rejoindre la Forêt Sombre était la plus grosse erreur que je puisse faire. Je...Je ne suis pas sûre de me pardonner à moi-même. »

    Aile de Colombe se pencha et pressa son museau contre l'épaule de Pluie de Pétales. « Tu le dois, murmura-t-elle. Pour notre bien à tous. Nous devons passer à autre chose et trouver de nouveaux moyens pour nous d'être forts. »

    Ses mots résonnèrent comme des pierres chutant dans l'air froid. Cela signifie-t-il que je dois apprendre à vivre sans mes pouvoirs ? se demanda-t-elle. Comme Pluie de Pétales, j'ai l'impression que je ne peux pas me pardonner moi-même si je les perds à jamais. Comment vais-je servir mon Clan à présent ? 

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 9 de Dovewing's Silence

    Pelage de Lion by ?

    Aile de Colombe s'arrêta pour reprendre son souffle avant de traîner sa proie - une merlette, ses plumes brunes teintées de sang, résultat d'une capture désordonnée - à travers la barrière de ronces. Un quart de lune s'était écoulé depuis qu'elle et Pluie de Pétales étaient parties en quête d'herbe à chat et plus de chats étaient tombés malades. Deux levers de soleil plus tôt, Petit Orage leur avait rendu visite pour demander à Œil de Geai et Feuille de Lune si ils pouvaient partager leur herbe à chat avec les malades du Clan de l'Ombre. Il était donc clair que la maladie s'était déclarée au-delà du territoire du Clan du Tonnerre. Plume Grise apparut derrière Aile de Colombe, un campagnol dans la gueule.

    « Tu vas bien, Aile de Colombe ? demanda-t-il en posant le campagnol à ses pattes.

    -Oui ça va, » miaula-t-elle. Elle ramassa le merle et se faufila dans l'entrée de ronces. Elle émergea dans le camp et vit Pétale de Rose déposer sa prise, un jeune lapin, sur la pile de gibier. Étoile de Ronce s'approcha pour observer le retour de la patrouille de chasse.

    « Beau travail, ronronna-t-il. Je sais que c'est dur de garder la réserve de gibier bien fournie alors qu'il nous reste si peu de guerriers capables de chasser, mais nous devons faire tout notre possible pour nourrir le Clan. Nous sommes plus aptes à tomber malades le ventre vide. »

    Aile de Colombe jeta un coup d'œil inquiet aux hanches osseuses et aux yeux creusés du meneur. Elle doutait qu'Étoile de Ronce se nourrisse comme il faut, laissant ainsi à ses camarades de Clan les meilleures prises du tas de gibier. Cœur Blanc fut la dernière à rentrer au camp, trébuchant sur une grive qui pendait entre ses mâchoires. Elle avait laissé ses chatons sous la surveillance de Chipie pour rejoindre la patrouille de chasse, même si elle était épuisée et maigre à force d'allaiter les chatons de Poil de Châtaigne comme les siens.

    Elle était flanquée de Feuille de Lune, Truffe de Sureau et Pavot Gelé, qui portaient chacun un paquet de feuilles bien emballées. Œil de Geai vint les accueillir au centre de la clairière et Belle Églantine se traîna vers eux pour aider à déballer les paquets.

    « Avez-vous trouvé de l'herbe à chat ? » demanda Œil de Geai, sa voix tendue d'inquiétude. 

    Truffe de Sureau secoua la tête. « Nous avons cherché à tous les endroits que tu nous avais indiqués, miaula-t-il. Il n'y avait rien d'autre que des tiges mortes. Désolé. »

    Œil de Geai remua les oreilles. « Ce n'est pas de ta faute.

    -Feuille de Lune disait que ceci pourrait tout de même nous aider, miaula Pavot Gelé, poussant sa récolte vers le guérisseur pour qu'il puisse la renifler.

    -C'est du fenouil, expliqua Feuille de Lune. Je sais qu'il est normalement utilisé pour traiter les vomissements, mais j'ai vu que cela pouvait aider les chats ayant des troubles respiratoires. »

    Œil de Geai acquiesça. « Bonne idée. L'épervière pourrait être utile également, même si je doute qu'il en pousse sur notre territoire.

    -J'irai vérifier demain, promis Feuille de Lune. Je pense qu'il y a un ou deux endroits ou l'on pourrait en trouver. »

    Aile de Colombe se sentit fière de leurs guérisseurs. Il n'y avait-il donc aucune plante qu'ils ne connaissaient pas ? Avec leur expérience, le Clan du Tonnerre ne pouvait que remporter cette bataille, non ?

    Soudain, un couinement retentit de l'intérieur de la pouponnière. « Au secours ! Au secours ! piailla Petite Ambre. La Forêt Sombre va me capturer ! »

    Aile de Colombe se retourna, la fourrure hérissée. Elle se détendit en voyant Nuage de Loir sauter sur le minuscule chaton, les pattes avant étendues et les griffes soigneusement rentrées. Petite Rosée et Petite Neige coururent pour rejoindre leurs camarades. « Recule, espèce de traître ! feula Petite Neige, sa fourrure blanche hérissée. Tu prétends être un chat du Clan du Tonnerre, mais nous connaissons la vérité ! Tu veux juste nous tuer ! »

    Nuage de Loir se cambra. « Aha ! Il semblerait que vous ne me faites pas confiance, même si j'ai prononcé un serment ! Et bien, vous avez raison ! Je suis le plus dangereux ! » Il se précipita vers les chatons, la queue battante. 

    Aile de Colombe bondit et se tint devant l'apprenti brun et crème. « Qu'est-ce que vous faites ? » demanda-t-elle.

    Nuage de Loir cilla. « On joue, » répondit-il innocemment.

    Aile de Colombe feula. « Tu sais aussi bien que moi qu'il ne s'agit pas que d'un jeu. Pourquoi tu effrayes ces chatons avec la Forêt Sombre ? Nous avons remporté la bataille. »

    Le regard de l'apprenti glissa jusqu'à s'arrêter sur Cœur d'Épines et Bois de Frêne, qui faisaient leur toilette ensemble près de la souche d'arbre. « Pas entièrement, marmonna-t-il.

    -Hé ! gémit Petite Ambre. Pourquoi tu as arrêté le jeu, Aile de Colombe ? On s'amusait bien ! »

    Chipie sortit de la pouponnière. « Que se passe-t-il ? Aile de Colombe, il y a-t-il un problème ? Je voulais que ces chaton se dégourdissent les pattes et prennent l'air. »

    Aile de Colombe remua le bout de la queue. « Je pense que Nuage de Loir n'a pas choisi le jeu le plus approprié, » miaula-t-elle. 

    La reine au pelage crème plissa les yeux. « Tous les chatons jouent à se battre, miaula-t-elle. Et aucun ne s'est jamais blessé. Laisse-les s'amuser, Aile de Colombe. Je suis sûre que tu as mieux à faire. » Elle retourna dans la pouponnière.

    Nuage de Loir regarda Aile de Colombe. « Tu l'as entendue. Arrête de fourrer ton museau dans les affaires des autres.

    -Tu sais très bien ce que tu fais, Nuage de Loir, grogna la guerrière. Peut-être que tu devrais te demander si cela aide vraiment le Clan. » Elle fit volte-face, la fourrure toujours hérissée. Derrière elle, elle entendit les chatons sauter sur Nuage de Loir en poussant des couinements victorieux.

    « Nous avons tué les traîtres ! déclara Petite Rosée. Le Clan du Tonnerre est sauf ! »

    Aile de Colombe sentit son cœur se serrer. Le Clan du Tonnerre ne sera jamais en sécurité si nous sommes divisés au sein de notre propre camp.

     

    L'aube suivante, Poil d'Écureuil ordonna aux guerriers d'organiser eux-mêmes les patrouilles de chasse pendant qu'elle mènerait une patrouille frontalière. Sa voix était calme et rauque, et Aile de Colombe espérait qu'elle n'était pas en train de tomber malade elle aussi. Lorsque le lieutenant et sa patrouille, qui incluait Étoile de Ronce, s'évanouirent dans les ronces, les guerriers restants se regardèrent les uns les autres.

    « Je mènerai l'une des patrouilles, » proposa Pavot Gelé.

    Pelage de Lion et Cœur Cendré traversèrent la clairière pour la rejoindre.

    « Je viens aussi, miaula Bois de Frêne.

    -En fait, j'allais demander à Millie, miaula Pavot Gelé. Merci quand même. Millie, veux-tu nous rejoindre ? »

    L'air légèrement surpris, la femelle gris tigré rejoignit le groupe. Aile de Colombe se crispa en voyant la douleur dans les yeux de son père. Pavot Gelé n'aurait pas pu être plus claire. « J'aimerais chasser avec toi, Bois de Frêne, miaula-t-elle. Cœur d'Épines, Feuille de Lis, Patte de Mulot, Pluie de Pétales, vous venez avec nous ? »

    Je ne laisserai pas mes camarades de Clan éviter ces chats pour les erreurs qu'ils ont commises ! 

    Les quatre chats la rejoignirent, et Aile de Colombe grimaça en voyant la gratitude dans leurs yeux. Nuage de Cerise, Nuage de Loir et Pétale de Rose formèrent une autre patrouille, et les trois groupes de félins filèrent en passant par la barrière de ronces. Pavot Gelé emmena son groupe près de l'ancien Chemin du Tonnerre, et la patrouille de Pétale de Rose remontèrent la pente de la combe. Aile de Colombe mena alors ses guerriers près de la frontière du Clan du Vent. Ils grimpèrent la colline, là où les arbres se faisaient plus rares, pour repérer plus facilement les oiseaux qui picoraient le sol.

    Feuille de Lis attrapa une grive presque immédiatement et la couvrit de feuilles au pied d'un buisson de houx. Aile de Colombe repéra la trace d'un lapin qui avait du s'éloigner de la lande. Elle suivit la piste vers le ruisseau mais s'arrêta en s'apercevant que la créature avait dû sauter par-dessus la rivière et rejoindre le territoire ennemi. Déçue, elle retourna en arrière et joignit son père qui traquait un écureuil en train de grignoter un gland, tellement absorbé par son repas qu'il n'avait pas remarqué les chasseurs. Ils s'approchèrent, posant leur pattes si délicatement qu'ils ne faisaient aucun bruit. Lorsqu'ils ne furent plus qu'à une seule une longueur de queue de renard de leur proie, Bois de Frêne bondit. Il atterrit précisément sur la tête de l'écureuil, lui asséna le coup fatal, et leva la tête avec triomphe.

    « Beau travail ! commenta Aile de Colombe. Je vais le porter jusqu'au buisson de houx. » Elle ramassa la pièce de gibier et l'emmena à travers la forêt pour la déposer près de la prise de Feuille de Lis. Elle recouvrait le corps gris et pelucheux de feuilles lorsqu'elle entendit des pattes martelant le sol non loin, le long de la crête. Surprise, Aile de Colombe scruta la pente.

    Nuage de Cerise sortit du sous-bois, la fourrure hérissée jusqu'au bout de la queue. Nuage de Loir et Pétale de Rose suivaient de près, le pelage ébouriffé et les yeux grands ouverts de panique. Aile de Colombe courut les rejoindre. « Que s'est-il passé ? » lança-t-elle.

    Nuage de Cerise s'arrêta en dérapant et perdit presque l'équilibre sur l'humus. « Nous...nous...»  Elle marqua une pause jusqu'à ce que sa respiration se stabilise. Puis elle cilla et regarda Aile de Colombe droit dans les yeux. « Nous avons senti l'odeur d'un renard sur notre territoire. Il s'agit peut-être de celui que le Clan de l'Ombre a chassé. Il cherche d'autres chats à se mettre sous la dent. »

    Le reste de la patrouille d'Aile de Colombe débarqua. « Ce n'est pas une bonne nouvelle, grogna Cœur d'Épines.

    -C'est pire que...» commença Pétale de Rose, mais Nuage de Loir lui coupa la parole.

    « Nous allons prévenir Étoile de Ronce, piailla l'apprenti. Il voudra probablement envoyer une patrouille pour le traquer et le chasser d'ici.

    -On pourrait y jeter un œil maintenant, » suggéra Bois de Frêne. Pluie de Pétales acquiesça.

    « Nous sommes cinq, fit-elle remarquer. Nous devrions être capables de battre un renard ! »

    Nuage de Cerise coula un regard indescriptible vers son frère. « C'est une bonne idée, miaula-t-elle. Nous allons prévenir Étoile de Ronce et puis nous vous retrouverons. Venez. » Elle fit un signe de la queue à sa patrouille et bondit en bas de la colline. Nuage de Loir suivit, puis Pétale de Rose, qui jeta un coup d'œil par-dessus son épaule avant de disparaître dans les fougères. 

    La fourrure d'Aile de Colombe lui démangeait, elle aurait peut-être du poser plus de questions, mais Patte de Mulot courait déjà vers la crête. « Venez ! miaula-t-il. Nous ne pouvons pas laisser ce renard s'introduire trop loin sur notre territoire ! »

    Le reste de la patrouille le suivit. Aile de Colombe resta en arrière, toujours avec ce sentiment que quelque chose n'allait pas. Feuille de Lis se retourna pour la regarder. « Tu vas bien ? » haleta-t-elle.

    Aile de Colombe acquiesça. « Lorsque nous atteindrons le sommet de la crête, nous devrions nous arrêter. Je pourrai peut-être entendre le renard. »

    Feuille de Lis ralentit. « Tu penses vraiment ?

    -Je dois essayer ! » feula Aile de Colombe.

    Les guerriers sortirent du couvert des arbres et grimpèrent la dernière pente raide jusqu'au sommet de la crête. « Attendez ! » hurla Aile de Colombe, Patte de Mulot dérapa en s'arrêtant.

    « Quel est le problème ? miaula-t-il.

    -Rien, répondit-elle en haletant. Prenons un moment pour essayer d'entendre le renard, ou repérer une trace de son odeur. » Ils étaient proches de la frontière ici, et le marquage du Clan du Tonnerre imprégnait l'air. Aile de Colombe projeta ses sens jusqu'à ce que ses oreilles la fassent souffrir. Rien ! Juste le halètement des autres chats et le souffle du vent dans les arbres. Peut-être que le renard s'est allongé et se tient tranquille ? Soudain, un cri perçant retentit. Tous les chats sursautèrent, la fourrure hérissée.

    « Qu'est-ce que c'était que ça ? haleta Pluie de Pétales.

    -On aurait dit un renard, grogna Cœur d'Épines. Allons-y ! » Il descendit la colline, traversa un bouquet de fougères qui fouettèrent le museau d'Aile de Colombe au passage alors qu'elle le suivait. L'horrible cri continuait et faisait écho dans toute la forêt. Peu importe ce que ce renard faisait, ce n'était pas bon. Ils débarquèrent dans une clairière, un espace sablonneux qui bordait la crête. De l'autre côté, une renarde se tenait accroupie, les babines retroussées et le dos voûté de douleur. Aile de Colombe se figea sur place. Étaient-ils tombés droit dans une embuscade tendue par cette horrible créature ? 

    Mais le renard ne bougea pas. Il pointa les oreilles et leur gronda dessus mais resta exactement là où il était.

    « Par le Clan des Étoiles ! souffla Cœur d'Épines dans l'oreille d'Aile de Colombe. Il est pris au piège ! »

    Aile de Colombe regarda de plus près. Des mâchoires d'argent brillantes agrippaient la patte avant du renard, si serrées que l'on pouvait apercevoir un os à travers la chair abîmée. Aile de Colombe déglutit. Elle ne pouvait imaginer à quel point cette créature souffrait. La pensée que l'un de ses camarades de Clan aurait tout à fait pu se retrouver à sa place surgit dans son esprit. 

    « Qu'est-ce qu'on va faire ? feula Pluie de Pétales. On ne va pas le laisser là ! »

    Feuille de Lis rampa à travers la clairière. « Reviens ! » hurla Aile de Colombe, mais sa sœur ne l'écouta pas.

    Dans un hurlement, le renard se mit sur ses pattes et se jeta sur Feuille de Lis, traînant le piège attaché à son membre. Aile de Colombe lui sauta dessus, griffes sorties, et atterrit sur sa nuque alors que les mâchoires du renard se refermaient en direction de sa sœur.

    Au dessous, Cœur d'Épines et Bois de Frêne se projetèrent sur les hanches de la créature tandis que Pluie de Pétales et Patte de Mulot lui griffèrent les oreilles. Le renard se battait pour sa survie. À moitié fou de douleur, il se débattit, mordit et frappa à l'aide ses pattes jusqu'à ce que le piège lourd s'écrase sur Cœur d'Épines et le projette au sol.

    Feuille de Lis se faufila sous le ventre du renard, agrippa Cœur d'Épines et le traîna hors d'atteinte. Le guerrier secoua la tête, puis sauta de nouveau sur le renard, côte à côte avec Feuille de Lis, crocs et griffes sortis et miaulant de rage.

    Aile de Colombe s'accrocha à la fourrure épaisse et rousse jusqu'à ce qu'elle sente de la peau sous ses griffes. Le renard balança sa tête de tous les côtés jusqu'à rendre Aile de Colombe étourdie, mais elle ne le lâcha pas. Elle était aperçu à peine le mouvement au bout de la clairière. Elle leva les yeux, mais son manque de concentration la fit lâcher sa prise. Le renard la projeta comme un vulgaire insecte. Aile de Colombe fendit l'air et atterrit dans un bruit sourd. La chute lui coupa le souffle.

    Une tête dorée et tigrée était penchée sur elle. « Ne bouge pas. Le choc a été rude. » C'était Pelage de Lion. « Veille sur elle, Cœur Cendré, » ordonna-t-il. Puis il disparut, et Aile de Colombe entendit le renard crier de plus belle. Doucement, elle reconnut les traits de Cœur Cendré qui l'observait. « Nous avons entendu des cris et nous sommes venus aussi vite que possible, » expliqua la femelle. Elle leva les yeux et grimaça. « Je n'ai jamais vu un renard se battre comme ça auparavant. Oh, Pelage de Lion, non ! »

    Aile de Colombe lutta pour s'asseoir. Cœur Cendré la soutint contre son épaule. Pelage de Lion était accroupi sur le dos du renard, plongeant ses crocs dans sa nuque. Du sang s'écoulait de son oreille mais il ne semblait pas remarquer le liquide écarlate lui couler dans les yeux. En dessous, Cœur d'Épines et Patte de Mulot griffèrent la patte libre du renard, pendant que Pluie de Pétales et Feuille de Lis s'attaquaient à son arrière-train. Quelque chose dans la façon dont chaque paire de guerriers combattait, leurs morsures et coups coordonnés, rappela à Aile de Colombe qu'ils s'étaient entraînés ensemble pendant un long moment, avec de telles techniques qu'elle se dit que les chats du Clan du Tonnerre ne pouvaient espérer mieux.

    Le renard tourna la tête, cherchant à mordre Pelage de Lion. Cœur Cendré s'avança précipitamment. « Il va se faire tuer ! » feula-t-elle.

    Aile de Colombe se mit maladroitement sur ses pattes et leva une patte pour empêcher la guerrière d'avancer. « Il se débrouille bien, miaula-t-elle. Laisse-le se battre. »

    Cœur Cendré fit volte-face et la foudroya du regard, ses yeux bleus cernés de peur. « Mais il n'a plus ses pouvoirs ! Il peut se faire blesser maintenant !

    -Je sais, miaula Aile de Colombe. Mes pouvoirs sont partis aussi. Mais il est toujours le guerrier le plus doué et le plus brave du Clan du Tonnerre. Ne lui enlève pas ça, Cœur Cendré. »

    La guerrière grise soutint le regard d'Aile de Colombe, puis soupira lentement. « Tu as raison, » murmura-t-elle. Le renard laissa échapper un autre cri presque surnaturel, qui fut vite interrompu. Dans un hideux gargouillis, il cracha du sang et s'écroula au sol. Cœur d'Épines et Patte de Mulot réussirent juste à sauter un peu plus loin. Pelage de Lion sauta du dos du renard et se tint devant lui, regardant ses flancs se soulever une dernière fois.

    Les fougères frémirent et Étoile de Ronce déboula dans la clairière, suivi par Poil d'Écureuil, Nuage de Cerise et Nuage de Loir. Le chef du Clan du Tonnerre s'arrêta net lorsqu'il vit le renard et les guerriers ensanglantés qui l'entouraient. « Au nom du Clan des Étoiles, que s'est-il passé ici ? » grogna-t-il.

    Poil d'Écureuil bondit vers Aile de Colombe. « Tu vas bien ? 

    -Oui, » répondit-elle la respiration sifflante. Elle se leva et secoua soigneusement chacune de ses pattes. Ses côtes lui faisaient mal du côté où elle avait heurté le sol, mais il n'y avait rien de grave.

    Pelage de Lion poussa le renard d'une patte. Sa tête bougea mollement et un autre jet de sang coula de sa gueule. « Elle est morte, » annonça le guerrier, bien que ce fut inutile.

    Étoile de Ronce s'avança et regarda les mâchoires argentées toujours plantées dans la patte du renard. « Nuage de Cerise et Nuage de Loir disaient qu'ils avaient trouvé les traces d'un renard au sein de notre territoire. L'avez-vous chassé dans ce piège ? »

    Aile de Colombe s'avança d'un pas. « Non, miaula-t-elle. Ce renard était déjà pris au piège lorsque la première patrouille l'a trouvé. » Elle regarda les apprentis. « C'est bien ça ?  »

    Nuage de Cerise acquiesça lamentablement. Étoile de Ronce plissa les yeux. « Ce n'est pas ce qu'ils m'ont rapporté.

    -À nous non plus, miaula Aile de Colombe. Je pense qu'ils voulaient que ma patrouille trouve le renard toujours en vie et fou de rage à cause de la douleur.

    -Pourquoi auraient-ils fait ça ? » demanda Poil d'Écureuil.

    Aile de Colombe laissa son regard glisser sur les visages couverts de honte des guerriers pour se reposer ensuite sur sa courageuse patrouille. « Parce que ma patrouille était composée uniquement de guerriers qui se sont entraînés dans la Forêt Sombre. Nuage de Cerise et Nuage de Loir ne ressentent aucune loyauté envers eux, et voulaient leur faire courir un grand danger. »

    La fourrure d'Étoile de Ronce se dressa sur sa nuque. « Est-ce bien vrai ? » demanda-t-il.

    Nuage de Loir se dandina sur place. « On ne savait pas qu'ils allaient l'attaquer ! gémit-il. On voulait juste leur faire peur ! »

    Il y eut un mouvement flou et soudainement, Pelage de Lion se pencha sur les apprentis, l'air menaçant. « Vous les avez presque tués ! » feula-t-il.

    Nuage de Cerise s'effondra au sol. « Ce n'était pas notre intention ! chevrota-t-elle.

    -Recule, Pelage de Lion, ordonna Étoile de Ronce. Nous allons retourner au camp. Ceux qui ont combattu le renard, je veux que vous alliez voir Œil de Geai pour qu'il vous examine. » Il se tourna et s'éloigna de la clairière. Les chats le suivirent, dans un silence de honte ou d'épuisement après la frénésie d'avoir combattu pour leurs vies. La tête d'Aile de Colombe lui tourna, et elle s'appuya avec reconnaissance sur l'épaule de Cœur Cendré alors qu'ils se faufilaient dans les fougères et descendaient la pente qui menait au camp.

     

    Dans la combe, Étoile de Ronce se tenait sur la Corniche. « Que tous les chats en âge de chasser s'approchent de la Corniche pour une assemblée du Clan ! » rugit-il.

    Des murmures choqués retentirent lorsque les chats émergèrent de leurs tanières ou abandonnèrent la proie qu'ils étaient en train de manger. Poil de Bourdon courut à la rencontre d'Aile de Colombe. « Que se passe-t-il ? Tu vas bien ? »

    Elle laissa son parfum chaud la réconforter. « Tout ira bien, » miaula-t-elle.

    Étoile de Ronce laissa à peine le temps aux chats de s'asseoir avant de commencer à parler. Ses mots résonnèrent dans la combe comme des pierres tombant dans une mare. « De braves guerriers sont parmi vous aujourd'hui, déclara-t-il. Des chats qui ont risqué leur vie pour protéger leur Clan. Des félins qui se sont précipités dans une situation sans savoir ce qu'ils allaient affronter mais qui n'ont pas fait marche arrière. Ils ont combattu le plus sauvage de nos ennemis, et l'ont vaincu. Nous avons une dette envers eux. »

    Un murmure parcourut l'assemblée et les chats se regardèrent entre eux avec confusion. Qu'avaient-ils raté ? Avaient-ils été attaqués par un autre Clan ?

    Étoile de Ronce continua : « Feuille de Lis, Pluie de Pétales, Patte de Mulot, Cœur d'Épines et Bois de Frêne, avancez-vous, s'il vous plaît. »

    Les cinq chats s'avancèrent jusqu'au pied de la falaise. La lèvre de Cœur d'Épines était déchirée, et une croûte se formait déjà au-dessus de l'œil de Feuille de Lis. Bois de Frêne et Patte de Mulot avaient perdu quelques pans de fourrure.

    « Certains d'entre vous continuent de blâmer ces chats à cause de la bataille contre la Forêt Sombre, miaula le meneur. Vous avez tort. Aujourd'hui, ces chats nous ont sauvé la vie. Ils ont été trompés - oui, trompés - et amenés face à un renard blessé. Je suis heureux de reporter que cette créature a été vaincue et que le Clan du Tonnerre est en sécurité. Si vous ressentez quoi que ce soit pour ces guerriers, cela ne devrait être que de la gratitude, du respect, et une loyauté inébranlable. Ils ont prouvé qu'ils étaient prêts à risquer leur vie pour vous. À l'avenir, vous serez prêts à faire de même. »

    Aile de Colombe regarda alentour et vit plusieurs de ses camarades de Clans mal à l'aise, aplatissant leurs oreilles en remuant leurs pattes. Truffe de Sureau et Pavot Gelé étaient parmi eux.

    Étoile de Ronce embrassa son Clan de son regard ambré.

    « Sachez-le, mes guerriers. La Forêt Sombre aura gagné si nous ne pardonnons pas ces chats qui ont été autrefois leurs alliés. Le pardon est de loin plus puissant que la haine et la suspicion. Unis, nous sommes aussi forts que nous ne le serons jamais. Divisés, nous courons à notre perte. Rappelez-vous que la Forêt Sombre est toujours là, prête à mettre la patte sur nos rêves. De l'hostilité et de la méfiance parmi nous leur donnera plus de force qu'ils ne le méritent. C'est ça que vous voulez ? 

    -Non ! » répondirent en chœur les félins.

    Étoile de Ronce pencha la tête d'un côté. « Je ne vous entends pas !

    -Non ! » hurla le Clan du Tonnerre, faisant trembler les feuilles sur les arbres.

    Étoile de Ronce baissa la tête pour prier. « Clan des Étoiles, nous vous remercions pour avoir donné courage et force à ces guerriers aujourd'hui. Puissions-nous les honorer à jamais. »

    Ses mots furent répétés par le reste de l'assemblée, aussi calmement qu'une douce brise. Il y eut du mouvement à l'avant, et Aile de Colombe se leva sur la pointe des pattes pour voir Nuage de Cerise et Nuage de Loir approcher les chats au pied de la falaise. 

    « Nous sommes vraiment désolés, miaula Nuage de Loir. Ce que nous avons fait est mal, et contre le code du guerrier.

    -Cela n'arrivera plus, » ajouta Nuage de Cerise.

    Bois de Frêne caressa le flanc de la jeune chatte à l'aide de sa queue. « Je te crois, miaula-t-il, puis il marqua une pause. Ça te dit de partir en patrouille avec moi demain, Nuage de Cerise ? »

    Elle acquiesça vigoureusement. « Ce serait un honneur de patrouiller avec chacun de vous. »

    Aile de Colombe laissa échapper un soupir de soulagement. 

    « Je ne sais toujours pas exactement ce qu'il s'est passé mais peu importe ce que tu as fait, merci, murmura Poil de Bourdon. C'est très important pour moi. » Il regarda tendrement sa sœur, qui était entourée de guerriers qui lui demandaient si elle allait bien après la bataille contre le renard.

    « Je sais bien, » murmura Aile de Colombe. Ses oreilles frémirent lorsqu'elle repéra Pelage de Lion marcher vers sa tanière. « Excuse moi, » miaula-t-elle à Poil de Bourdon.

    Elle trottina pour rejoindre le mâle doré et tigré et l'arrêta à l'entrée de la tanière des guerriers. « Pelage de Lion, nous devons parler, annonça-t-elle. Maintenant. »

    Le guerrier cilla, puis acquiesça. « Je sais. Viens, trouvons Œil de Geai. »

    Le guérisseur attendait en dehors de la caverne. Avant qu'ils n'aient pu prononcer quoi que ce soit, il leva son regard bleu aveugle vers eux et leur dit, « Il est temps. Allons discuter à l'extérieur du camp. »

    Les trois chats quittèrent la clairière en se faufilant à travers les ronces. Œil de Geai les mena vers un petit chemin qui serpentait à travers la forêt et bondit sur un arbre abattu.

    « Nos pouvoirs sont partis, miaula-t-il. Je n'ai pas pu visiter les rêves des autres chats depuis la Grande Bataille, et je ne peux pas non plus voir dans leurs esprits lorsqu'ils sont éveillés.

    -Je peux me blesser, miaula Pelage de Lion, aussi confus que s'il venait de le remarquer.

    -Et je ne peux ni voir ni entendre quoi que ce soit, » admit Aile de Colombe. Elle leva la tête pour regarder ses camarades de Clan. « Pourquoi cela nous arrive-t-il ? gémit-elle. Sommes-nous punis parce que les Clans ne se sont pas unis à nouveau après la bataille ? Ou parce que trop de chats ont péri ? Sommes-nous toujours les Trois élus de la prophétie ? »

    Œil de Geai remua la queue. « Je ne sais pas, grogna-t-il. Mais je pense qu'il y a un endroit ou nous pouvons obtenir une réponse. Vous êtes assez en forme pour un petit voyage ?

    -Bien sûr, » répondit Pelage de Lion, et Aile de Colombe miaula « Je pense que oui. »

    Œil de Geai descendit du tronc d'arbre. 

    « Suivez-moi. »

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 10 de Dovewing's Silence

    by LokiDrawz

    La Source de Lune brillait comme un seul œil argenté, reflétant les étoiles et le ciel vide de la nuit. Aile de Colombe retint sa respiration alors qu'elle s'engageait sur le chemin en spirale, posant les pattes dans les empreintes laissées par les chats depuis d'innombrables lunes. « C'est magnifique ! » souffla-t-elle.

    Pelage de Lion frissonna. « C'est effrayant. »

    Œil de Geai les mena au bord de l'eau, aussi calme qu'on aurait dit de la pierre polie. « Allongez-vous et fermez les yeux, miaula-t-il.

    -Que va-t-il se passer ? demanda Pelage de Lion avec méfiance.

    -Le Clan des Étoiles viendra à nous, répondit le guérisseur. Eux seuls savent pourquoi nous avons perdu nos pouvoirs, et ce que cela signifie pour la prophétie. » Il s'installa sur la douce pierre et replia ses pattes sous lui. 

    Aile de Colombe s'allongea près de lui, puis Pelage de Lion de l'autre côté. La guerrière jeta un dernier regard à l'eau lumineuse et ferma les yeux. Sa fourrure lui picotait d'excitation. Clan des Étoiles, êtes-vous là ?

    Le son d'une rafale de vent emplit ses oreilles, et elle ouvrit immédiatement les yeux. Elle se tenait au sommet d'une montagne entourée par les ténèbres, sous un ciel sans étoiles. Le vent s'infiltra dans sa fourrure et le froid figea ses pattes à la pierre dure. Pelage de Lion et Œil de Geai se tenaient à ses côtés, se penchant dans tous les sens pour garder leur équilibre.

    « Est-ce que c'est le Clan des Étoiles ? » hurla Aile de Colombe par-dessus le bruit du vent. Elle avait imaginé un endroit plus...paisible.

    « Non ! hurla Œil de Geai en retour. Je ne sais pas où on est ! »

    Par le Clan des Étoiles ! Ce n'est pas la Forêt Sombre, quand même ! pensa Aile de Colombe avec inquiétude. Pelage de Lion pointa le bord du plateau rocheux avec sa queue. « Regardez ! »

    Deux formes marchaient vers eux et sortaient de l'ombre. Pas d'ancêtres illuminés d'étoiles, mais des figures dépravées, la démarche instable, aux yeux ardents. Une forme surplombait l'autre, les épaules larges et le nez étroit. L'autre titubait sur le sol rocailleux, sa peau sans poils brillant dans la semi-obscurité.

    « Minuit et Pierre ! » murmura Aile de Colombe. Elle sentit la fourrure de son échine retomber. Cet endroit n'était donc pas la Forêt Sombre.

    Le blaireau et le chat aveugle et sans fourrure s'arrêtèrent en face d'eux. Minuit pencha la tête. « Bienvenue vous êtes, aboya-t-il. De loin vous venez, après temps difficiles. Quelque chose à demander, je pense ?

    -Pourquoi je ne peux plus rien entendre ? lâcha Aile de Colombe. Où voir ? »

    Pierre tourna son regard bleu vers elle. « Oh, je pense que tu peux encore voir, » murmura-t-il doucement. 

    Aile de Colombe sentit sa fourrure lui brûler d’embarras. « Oui, bien sûr, mais ce n'est plus pareil. J'étais capable de tout voir ! Maintenant je peux seulement voir ce qui est en face de moi. Pareil pour mon audition.

    -Nous avons perdu nos pouvoirs, expliqua Œil de Geai. Les pouvoirs qui ont été donnés aux chats de la prophétie. Ils seront trois, parents de tes parents, à détenir le pouvoir des étoiles entre leurs pattes. 

    -Œil de Geai pensait que le Clan des Étoiles saurait pourquoi nous avons changé, » miaula Pelage de Lion.

    Minuit tourna sa large tête rayée vers lui. « Ces pouvoirs pas venir du Clan des Étoiles. Mais de forces anciennes. De terre et eau, de pierre et air. En train de perdre vos pouvoirs vous êtes, oui. Cela je ne peux changer. Mais vous les perdre car vous ne plus en avoir besoin à présent. »

    Aile de Colombe eut du mal à décrypter les mots du blaireau. « Tu veux dire que les Clans sont en sécurité maintenant ? Qu'ils n'ont plus besoin de nous ?

    -Vos Clans auront toujours besoin de vous, grinça Pierre dans une voix qui semblait venir du vent lui-même. Et parfois, les autres Clans auront également besoin de vous. Mais vous n'aurez plus à affronter une bataille qui nécessitera vos pouvoirs. Le mal vert qui vous affecte en ce moment ? Cela sera difficile, mais vos guérisseurs ont la connaissance pour vous soigner. Vous combattrez toujours vos voisins, mais vous avez les capacités de vous en occuper. Parfois vous allez gagner, parfois pas. C'est ainsi que les choses se déroulent. »

    Minuit s'avança et posa son museau sur la tête de Pelage de Lion. « Brave guerrier, ne perds pas la foi. Entrer sur champ de bataille quand blessures sont possibles, là est le vrai courage. » 

    Le blaireau se traîna vers Œil de Geai. « Guérisseur, sage tu es, et tu le sais. T'occuper de tes camarades de Clan tu peux, sans marcher dans leurs rêves ou leurs pensées. Que les secrets restent hors de ta vue. »

    Minuit atteignit Aile de Colombe, et elle sentit son haleine fétide autour de son museau.  « Petite guerrière, beaucoup de dangers il y a pour un sourd et un aveugle. Mais yeux et oreilles tu as toujours. Utilise-les comme tes camarades de Clan le font. Tu ne seras jamais plus faible qu'eux. »

    Le blaireau recula et prit une profonde respiration, comme si avoir parlé autant l'avait épuisé. Aile de Colombe se demanda quel âge Minuit et Pierre avaient. Étaient-ils aussi vieux que les étoiles ?

    « Vos pouvoirs ont aidé les Clans à gagner la Grande Bataille, leur dit Pierre. C'est ce qu'avait promis la prophétie, et cette promesse a été remplie. Vous vous sentirez moins guerriers sans vos pouvoirs, mais ce n'est pas le cas. Trouvez la force dans le courage et l'expérience partagée par vos camarades de Clan. La Grande Bataille a été disputée et gagnée. Les Clans vont connaître une nouvelle ère, à présent. 

    -Souvenez-vous aussi, Grande Bataille n'a pas été remportée par vous seuls, les prévint Minuit. Tous les Clans, tous les guerriers, toutes les reines, tous les anciens et les chatons et guérisseurs ont combattu ensemble. Les protéger tous n'est pas pour vous, pouvoirs ou pas. Plus que le don de la vue, de la force ou des rêves a été perdu. Mais pouvoir du code du guerrier perdurera pour toujours.  »

    Un éclair illumina le ciel, forçant Aile de Colombe à fermer les yeux. Lorsqu'elle les ouvrit à nouveau, Minuit et Pierre avaient disparu et, pendant un instant, un mâle roux se tint devant elle, ses yeux verts remplis d'amour.

    « Étoile de Feu ? » souffla Aile de Colombe, mais la vision avait déjà disparu et elle se tenait au bord de la Source de Lune avec Œil de Geai et Pelage de Lion. L'eau était aussi calme qu'elle l'avait toujours été.

    Pelage de Lion se tourna vers elle. « Tu vas bien ? »

    Aile de Colombe hocha la tête. « Mieux que jamais, » miaula-t-elle.

    À côté d'eux, Œil de Geai remuait la queue impatiemment. « Des chats malades m'attendent. Venez, on sera peut-être rentrés avant l'aube. » Il remonta le chemin en spirale, sa fourrure grise se confondant avec la pierre. Pelage de Lion le suivit mais Aile de Colombe resta là un moment, fixant le bassin. Elle sentit une vague d'espoir monter en elle.

    La Grande Bataille a été remportée. Nous survivrons au mal vert. Elle se tourna pour aller rejoindre ses camarades de Clan. Ses pattes lui semblèrent soudainement plus légères. Et le code du guerrier perdurera pour toujours ! 

    (Traduction) Chapitre 10 de Dovewing's Silence - FIN

    by Unknown


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique