• (Traduction) Chapitre 9 de Dovewing's Silence

    (Traduction) Chapitre 9 de Dovewing's Silence

    Pelage de Lion by ?

    Aile de Colombe s'arrêta pour reprendre son souffle avant de traîner sa proie - une merlette, ses plumes brunes teintées de sang, résultat d'une capture désordonnée - à travers la barrière de ronces. Un quart de lune s'était écoulé depuis qu'elle et Pluie de Pétales étaient parties en quête d'herbe à chat et plus de chats étaient tombés malades. Deux levers de soleil plus tôt, Petit Orage leur avait rendu visite pour demander à Œil de Geai et Feuille de Lune si ils pouvaient partager leur herbe à chat avec les malades du Clan de l'Ombre. Il était donc clair que la maladie s'était déclarée au-delà du territoire du Clan du Tonnerre. Plume Grise apparut derrière Aile de Colombe, un campagnol dans la gueule.

    « Tu vas bien, Aile de Colombe ? demanda-t-il en posant le campagnol à ses pattes.

    -Oui ça va, » miaula-t-elle. Elle ramassa le merle et se faufila dans l'entrée de ronces. Elle émergea dans le camp et vit Pétale de Rose déposer sa prise, un jeune lapin, sur la pile de gibier. Étoile de Ronce s'approcha pour observer le retour de la patrouille de chasse.

    « Beau travail, ronronna-t-il. Je sais que c'est dur de garder la réserve de gibier bien fournie alors qu'il nous reste si peu de guerriers capables de chasser, mais nous devons faire tout notre possible pour nourrir le Clan. Nous sommes plus aptes à tomber malades le ventre vide. »

    Aile de Colombe jeta un coup d'œil inquiet aux hanches osseuses et aux yeux creusés du meneur. Elle doutait qu'Étoile de Ronce se nourrisse comme il faut, laissant ainsi à ses camarades de Clan les meilleures prises du tas de gibier. Cœur Blanc fut la dernière à rentrer au camp, trébuchant sur une grive qui pendait entre ses mâchoires. Elle avait laissé ses chatons sous la surveillance de Chipie pour rejoindre la patrouille de chasse, même si elle était épuisée et maigre à force d'allaiter les chatons de Poil de Châtaigne comme les siens.

    Elle était flanquée de Feuille de Lune, Truffe de Sureau et Pavot Gelé, qui portaient chacun un paquet de feuilles bien emballées. Œil de Geai vint les accueillir au centre de la clairière et Belle Églantine se traîna vers eux pour aider à déballer les paquets.

    « Avez-vous trouvé de l'herbe à chat ? » demanda Œil de Geai, sa voix tendue d'inquiétude. 

    Truffe de Sureau secoua la tête. « Nous avons cherché à tous les endroits que tu nous avais indiqués, miaula-t-il. Il n'y avait rien d'autre que des tiges mortes. Désolé. »

    Œil de Geai remua les oreilles. « Ce n'est pas de ta faute.

    -Feuille de Lune disait que ceci pourrait tout de même nous aider, miaula Pavot Gelé, poussant sa récolte vers le guérisseur pour qu'il puisse la renifler.

    -C'est du fenouil, expliqua Feuille de Lune. Je sais qu'il est normalement utilisé pour traiter les vomissements, mais j'ai vu que cela pouvait aider les chats ayant des troubles respiratoires. »

    Œil de Geai acquiesça. « Bonne idée. L'épervière pourrait être utile également, même si je doute qu'il en pousse sur notre territoire.

    -J'irai vérifier demain, promis Feuille de Lune. Je pense qu'il y a un ou deux endroits ou l'on pourrait en trouver. »

    Aile de Colombe se sentit fière de leurs guérisseurs. Il n'y avait-il donc aucune plante qu'ils ne connaissaient pas ? Avec leur expérience, le Clan du Tonnerre ne pouvait que remporter cette bataille, non ?

    Soudain, un couinement retentit de l'intérieur de la pouponnière. « Au secours ! Au secours ! piailla Petite Ambre. La Forêt Sombre va me capturer ! »

    Aile de Colombe se retourna, la fourrure hérissée. Elle se détendit en voyant Nuage de Loir sauter sur le minuscule chaton, les pattes avant étendues et les griffes soigneusement rentrées. Petite Rosée et Petite Neige coururent pour rejoindre leurs camarades. « Recule, espèce de traître ! feula Petite Neige, sa fourrure blanche hérissée. Tu prétends être un chat du Clan du Tonnerre, mais nous connaissons la vérité ! Tu veux juste nous tuer ! »

    Nuage de Loir se cambra. « Aha ! Il semblerait que vous ne me faites pas confiance, même si j'ai prononcé un serment ! Et bien, vous avez raison ! Je suis le plus dangereux ! » Il se précipita vers les chatons, la queue battante. 

    Aile de Colombe bondit et se tint devant l'apprenti brun et crème. « Qu'est-ce que vous faites ? » demanda-t-elle.

    Nuage de Loir cilla. « On joue, » répondit-il innocemment.

    Aile de Colombe feula. « Tu sais aussi bien que moi qu'il ne s'agit pas que d'un jeu. Pourquoi tu effrayes ces chatons avec la Forêt Sombre ? Nous avons remporté la bataille. »

    Le regard de l'apprenti glissa jusqu'à s'arrêter sur Cœur d'Épines et Bois de Frêne, qui faisaient leur toilette ensemble près de la souche d'arbre. « Pas entièrement, marmonna-t-il.

    -Hé ! gémit Petite Ambre. Pourquoi tu as arrêté le jeu, Aile de Colombe ? On s'amusait bien ! »

    Chipie sortit de la pouponnière. « Que se passe-t-il ? Aile de Colombe, il y a-t-il un problème ? Je voulais que ces chaton se dégourdissent les pattes et prennent l'air. »

    Aile de Colombe remua le bout de la queue. « Je pense que Nuage de Loir n'a pas choisi le jeu le plus approprié, » miaula-t-elle. 

    La reine au pelage crème plissa les yeux. « Tous les chatons jouent à se battre, miaula-t-elle. Et aucun ne s'est jamais blessé. Laisse-les s'amuser, Aile de Colombe. Je suis sûre que tu as mieux à faire. » Elle retourna dans la pouponnière.

    Nuage de Loir regarda Aile de Colombe. « Tu l'as entendue. Arrête de fourrer ton museau dans les affaires des autres.

    -Tu sais très bien ce que tu fais, Nuage de Loir, grogna la guerrière. Peut-être que tu devrais te demander si cela aide vraiment le Clan. » Elle fit volte-face, la fourrure toujours hérissée. Derrière elle, elle entendit les chatons sauter sur Nuage de Loir en poussant des couinements victorieux.

    « Nous avons tué les traîtres ! déclara Petite Rosée. Le Clan du Tonnerre est sauf ! »

    Aile de Colombe sentit son cœur se serrer. Le Clan du Tonnerre ne sera jamais en sécurité si nous sommes divisés au sein de notre propre camp.

     

    L'aube suivante, Poil d'Écureuil ordonna aux guerriers d'organiser eux-mêmes les patrouilles de chasse pendant qu'elle mènerait une patrouille frontalière. Sa voix était calme et rauque, et Aile de Colombe espérait qu'elle n'était pas en train de tomber malade elle aussi. Lorsque le lieutenant et sa patrouille, qui incluait Étoile de Ronce, s'évanouirent dans les ronces, les guerriers restants se regardèrent les uns les autres.

    « Je mènerai l'une des patrouilles, » proposa Pavot Gelé.

    Pelage de Lion et Cœur Cendré traversèrent la clairière pour la rejoindre.

    « Je viens aussi, miaula Bois de Frêne.

    -En fait, j'allais demander à Millie, miaula Pavot Gelé. Merci quand même. Millie, veux-tu nous rejoindre ? »

    L'air légèrement surpris, la femelle gris tigré rejoignit le groupe. Aile de Colombe se crispa en voyant la douleur dans les yeux de son père. Pavot Gelé n'aurait pas pu être plus claire. « J'aimerais chasser avec toi, Bois de Frêne, miaula-t-elle. Cœur d'Épines, Feuille de Lis, Patte de Mulot, Pluie de Pétales, vous venez avec nous ? »

    Je ne laisserai pas mes camarades de Clan éviter ces chats pour les erreurs qu'ils ont commises ! 

    Les quatre chats la rejoignirent, et Aile de Colombe grimaça en voyant la gratitude dans leurs yeux. Nuage de Cerise, Nuage de Loir et Pétale de Rose formèrent une autre patrouille, et les trois groupes de félins filèrent en passant par la barrière de ronces. Pavot Gelé emmena son groupe près de l'ancien Chemin du Tonnerre, et la patrouille de Pétale de Rose remontèrent la pente de la combe. Aile de Colombe mena alors ses guerriers près de la frontière du Clan du Vent. Ils grimpèrent la colline, là où les arbres se faisaient plus rares, pour repérer plus facilement les oiseaux qui picoraient le sol.

    Feuille de Lis attrapa une grive presque immédiatement et la couvrit de feuilles au pied d'un buisson de houx. Aile de Colombe repéra la trace d'un lapin qui avait du s'éloigner de la lande. Elle suivit la piste vers le ruisseau mais s'arrêta en s'apercevant que la créature avait dû sauter par-dessus la rivière et rejoindre le territoire ennemi. Déçue, elle retourna en arrière et joignit son père qui traquait un écureuil en train de grignoter un gland, tellement absorbé par son repas qu'il n'avait pas remarqué les chasseurs. Ils s'approchèrent, posant leur pattes si délicatement qu'ils ne faisaient aucun bruit. Lorsqu'ils ne furent plus qu'à une seule une longueur de queue de renard de leur proie, Bois de Frêne bondit. Il atterrit précisément sur la tête de l'écureuil, lui asséna le coup fatal, et leva la tête avec triomphe.

    « Beau travail ! commenta Aile de Colombe. Je vais le porter jusqu'au buisson de houx. » Elle ramassa la pièce de gibier et l'emmena à travers la forêt pour la déposer près de la prise de Feuille de Lis. Elle recouvrait le corps gris et pelucheux de feuilles lorsqu'elle entendit des pattes martelant le sol non loin, le long de la crête. Surprise, Aile de Colombe scruta la pente.

    Nuage de Cerise sortit du sous-bois, la fourrure hérissée jusqu'au bout de la queue. Nuage de Loir et Pétale de Rose suivaient de près, le pelage ébouriffé et les yeux grands ouverts de panique. Aile de Colombe courut les rejoindre. « Que s'est-il passé ? » lança-t-elle.

    Nuage de Cerise s'arrêta en dérapant et perdit presque l'équilibre sur l'humus. « Nous...nous...»  Elle marqua une pause jusqu'à ce que sa respiration se stabilise. Puis elle cilla et regarda Aile de Colombe droit dans les yeux. « Nous avons senti l'odeur d'un renard sur notre territoire. Il s'agit peut-être de celui que le Clan de l'Ombre a chassé. Il cherche d'autres chats à se mettre sous la dent. »

    Le reste de la patrouille d'Aile de Colombe débarqua. « Ce n'est pas une bonne nouvelle, grogna Cœur d'Épines.

    -C'est pire que...» commença Pétale de Rose, mais Nuage de Loir lui coupa la parole.

    « Nous allons prévenir Étoile de Ronce, piailla l'apprenti. Il voudra probablement envoyer une patrouille pour le traquer et le chasser d'ici.

    -On pourrait y jeter un œil maintenant, » suggéra Bois de Frêne. Pluie de Pétales acquiesça.

    « Nous sommes cinq, fit-elle remarquer. Nous devrions être capables de battre un renard ! »

    Nuage de Cerise coula un regard indescriptible vers son frère. « C'est une bonne idée, miaula-t-elle. Nous allons prévenir Étoile de Ronce et puis nous vous retrouverons. Venez. » Elle fit un signe de la queue à sa patrouille et bondit en bas de la colline. Nuage de Loir suivit, puis Pétale de Rose, qui jeta un coup d'œil par-dessus son épaule avant de disparaître dans les fougères. 

    La fourrure d'Aile de Colombe lui démangeait, elle aurait peut-être du poser plus de questions, mais Patte de Mulot courait déjà vers la crête. « Venez ! miaula-t-il. Nous ne pouvons pas laisser ce renard s'introduire trop loin sur notre territoire ! »

    Le reste de la patrouille le suivit. Aile de Colombe resta en arrière, toujours avec ce sentiment que quelque chose n'allait pas. Feuille de Lis se retourna pour la regarder. « Tu vas bien ? » haleta-t-elle.

    Aile de Colombe acquiesça. « Lorsque nous atteindrons le sommet de la crête, nous devrions nous arrêter. Je pourrai peut-être entendre le renard. »

    Feuille de Lis ralentit. « Tu penses vraiment ?

    -Je dois essayer ! » feula Aile de Colombe.

    Les guerriers sortirent du couvert des arbres et grimpèrent la dernière pente raide jusqu'au sommet de la crête. « Attendez ! » hurla Aile de Colombe, Patte de Mulot dérapa en s'arrêtant.

    « Quel est le problème ? miaula-t-il.

    -Rien, répondit-elle en haletant. Prenons un moment pour essayer d'entendre le renard, ou repérer une trace de son odeur. » Ils étaient proches de la frontière ici, et le marquage du Clan du Tonnerre imprégnait l'air. Aile de Colombe projeta ses sens jusqu'à ce que ses oreilles la fassent souffrir. Rien ! Juste le halètement des autres chats et le souffle du vent dans les arbres. Peut-être que le renard s'est allongé et se tient tranquille ? Soudain, un cri perçant retentit. Tous les chats sursautèrent, la fourrure hérissée.

    « Qu'est-ce que c'était que ça ? haleta Pluie de Pétales.

    -On aurait dit un renard, grogna Cœur d'Épines. Allons-y ! » Il descendit la colline, traversa un bouquet de fougères qui fouettèrent le museau d'Aile de Colombe au passage alors qu'elle le suivait. L'horrible cri continuait et faisait écho dans toute la forêt. Peu importe ce que ce renard faisait, ce n'était pas bon. Ils débarquèrent dans une clairière, un espace sablonneux qui bordait la crête. De l'autre côté, une renarde se tenait accroupie, les babines retroussées et le dos voûté de douleur. Aile de Colombe se figea sur place. Étaient-ils tombés droit dans une embuscade tendue par cette horrible créature ? 

    Mais le renard ne bougea pas. Il pointa les oreilles et leur gronda dessus mais resta exactement là où il était.

    « Par le Clan des Étoiles ! souffla Cœur d'Épines dans l'oreille d'Aile de Colombe. Il est pris au piège ! »

    Aile de Colombe regarda de plus près. Des mâchoires d'argent brillantes agrippaient la patte avant du renard, si serrées que l'on pouvait apercevoir un os à travers la chair abîmée. Aile de Colombe déglutit. Elle ne pouvait imaginer à quel point cette créature souffrait. La pensée que l'un de ses camarades de Clan aurait tout à fait pu se retrouver à sa place surgit dans son esprit. 

    « Qu'est-ce qu'on va faire ? feula Pluie de Pétales. On ne va pas le laisser là ! »

    Feuille de Lis rampa à travers la clairière. « Reviens ! » hurla Aile de Colombe, mais sa sœur ne l'écouta pas.

    Dans un hurlement, le renard se mit sur ses pattes et se jeta sur Feuille de Lis, traînant le piège attaché à son membre. Aile de Colombe lui sauta dessus, griffes sorties, et atterrit sur sa nuque alors que les mâchoires du renard se refermaient en direction de sa sœur.

    Au dessous, Cœur d'Épines et Bois de Frêne se projetèrent sur les hanches de la créature tandis que Pluie de Pétales et Patte de Mulot lui griffèrent les oreilles. Le renard se battait pour sa survie. À moitié fou de douleur, il se débattit, mordit et frappa à l'aide ses pattes jusqu'à ce que le piège lourd s'écrase sur Cœur d'Épines et le projette au sol.

    Feuille de Lis se faufila sous le ventre du renard, agrippa Cœur d'Épines et le traîna hors d'atteinte. Le guerrier secoua la tête, puis sauta de nouveau sur le renard, côte à côte avec Feuille de Lis, crocs et griffes sortis et miaulant de rage.

    Aile de Colombe s'accrocha à la fourrure épaisse et rousse jusqu'à ce qu'elle sente de la peau sous ses griffes. Le renard balança sa tête de tous les côtés jusqu'à rendre Aile de Colombe étourdie, mais elle ne le lâcha pas. Elle était aperçu à peine le mouvement au bout de la clairière. Elle leva les yeux, mais son manque de concentration la fit lâcher sa prise. Le renard la projeta comme un vulgaire insecte. Aile de Colombe fendit l'air et atterrit dans un bruit sourd. La chute lui coupa le souffle.

    Une tête dorée et tigrée était penchée sur elle. « Ne bouge pas. Le choc a été rude. » C'était Pelage de Lion. « Veille sur elle, Cœur Cendré, » ordonna-t-il. Puis il disparut, et Aile de Colombe entendit le renard crier de plus belle. Doucement, elle reconnut les traits de Cœur Cendré qui l'observait. « Nous avons entendu des cris et nous sommes venus aussi vite que possible, » expliqua la femelle. Elle leva les yeux et grimaça. « Je n'ai jamais vu un renard se battre comme ça auparavant. Oh, Pelage de Lion, non ! »

    Aile de Colombe lutta pour s'asseoir. Cœur Cendré la soutint contre son épaule. Pelage de Lion était accroupi sur le dos du renard, plongeant ses crocs dans sa nuque. Du sang s'écoulait de son oreille mais il ne semblait pas remarquer le liquide écarlate lui couler dans les yeux. En dessous, Cœur d'Épines et Patte de Mulot griffèrent la patte libre du renard, pendant que Pluie de Pétales et Feuille de Lis s'attaquaient à son arrière-train. Quelque chose dans la façon dont chaque paire de guerriers combattait, leurs morsures et coups coordonnés, rappela à Aile de Colombe qu'ils s'étaient entraînés ensemble pendant un long moment, avec de telles techniques qu'elle se dit que les chats du Clan du Tonnerre ne pouvaient espérer mieux.

    Le renard tourna la tête, cherchant à mordre Pelage de Lion. Cœur Cendré s'avança précipitamment. « Il va se faire tuer ! » feula-t-elle.

    Aile de Colombe se mit maladroitement sur ses pattes et leva une patte pour empêcher la guerrière d'avancer. « Il se débrouille bien, miaula-t-elle. Laisse-le se battre. »

    Cœur Cendré fit volte-face et la foudroya du regard, ses yeux bleus cernés de peur. « Mais il n'a plus ses pouvoirs ! Il peut se faire blesser maintenant !

    -Je sais, miaula Aile de Colombe. Mes pouvoirs sont partis aussi. Mais il est toujours le guerrier le plus doué et le plus brave du Clan du Tonnerre. Ne lui enlève pas ça, Cœur Cendré. »

    La guerrière grise soutint le regard d'Aile de Colombe, puis soupira lentement. « Tu as raison, » murmura-t-elle. Le renard laissa échapper un autre cri presque surnaturel, qui fut vite interrompu. Dans un hideux gargouillis, il cracha du sang et s'écroula au sol. Cœur d'Épines et Patte de Mulot réussirent juste à sauter un peu plus loin. Pelage de Lion sauta du dos du renard et se tint devant lui, regardant ses flancs se soulever une dernière fois.

    Les fougères frémirent et Étoile de Ronce déboula dans la clairière, suivi par Poil d'Écureuil, Nuage de Cerise et Nuage de Loir. Le chef du Clan du Tonnerre s'arrêta net lorsqu'il vit le renard et les guerriers ensanglantés qui l'entouraient. « Au nom du Clan des Étoiles, que s'est-il passé ici ? » grogna-t-il.

    Poil d'Écureuil bondit vers Aile de Colombe. « Tu vas bien ? 

    -Oui, » répondit-elle la respiration sifflante. Elle se leva et secoua soigneusement chacune de ses pattes. Ses côtes lui faisaient mal du côté où elle avait heurté le sol, mais il n'y avait rien de grave.

    Pelage de Lion poussa le renard d'une patte. Sa tête bougea mollement et un autre jet de sang coula de sa gueule. « Elle est morte, » annonça le guerrier, bien que ce fut inutile.

    Étoile de Ronce s'avança et regarda les mâchoires argentées toujours plantées dans la patte du renard. « Nuage de Cerise et Nuage de Loir disaient qu'ils avaient trouvé les traces d'un renard au sein de notre territoire. L'avez-vous chassé dans ce piège ? »

    Aile de Colombe s'avança d'un pas. « Non, miaula-t-elle. Ce renard était déjà pris au piège lorsque la première patrouille l'a trouvé. » Elle regarda les apprentis. « C'est bien ça ?  »

    Nuage de Cerise acquiesça lamentablement. Étoile de Ronce plissa les yeux. « Ce n'est pas ce qu'ils m'ont rapporté.

    -À nous non plus, miaula Aile de Colombe. Je pense qu'ils voulaient que ma patrouille trouve le renard toujours en vie et fou de rage à cause de la douleur.

    -Pourquoi auraient-ils fait ça ? » demanda Poil d'Écureuil.

    Aile de Colombe laissa son regard glisser sur les visages couverts de honte des guerriers pour se reposer ensuite sur sa courageuse patrouille. « Parce que ma patrouille était composée uniquement de guerriers qui se sont entraînés dans la Forêt Sombre. Nuage de Cerise et Nuage de Loir ne ressentent aucune loyauté envers eux, et voulaient leur faire courir un grand danger. »

    La fourrure d'Étoile de Ronce se dressa sur sa nuque. « Est-ce bien vrai ? » demanda-t-il.

    Nuage de Loir se dandina sur place. « On ne savait pas qu'ils allaient l'attaquer ! gémit-il. On voulait juste leur faire peur ! »

    Il y eut un mouvement flou et soudainement, Pelage de Lion se pencha sur les apprentis, l'air menaçant. « Vous les avez presque tués ! » feula-t-il.

    Nuage de Cerise s'effondra au sol. « Ce n'était pas notre intention ! chevrota-t-elle.

    -Recule, Pelage de Lion, ordonna Étoile de Ronce. Nous allons retourner au camp. Ceux qui ont combattu le renard, je veux que vous alliez voir Œil de Geai pour qu'il vous examine. » Il se tourna et s'éloigna de la clairière. Les chats le suivirent, dans un silence de honte ou d'épuisement après la frénésie d'avoir combattu pour leurs vies. La tête d'Aile de Colombe lui tourna, et elle s'appuya avec reconnaissance sur l'épaule de Cœur Cendré alors qu'ils se faufilaient dans les fougères et descendaient la pente qui menait au camp.

     

    Dans la combe, Étoile de Ronce se tenait sur la Corniche. « Que tous les chats en âge de chasser s'approchent de la Corniche pour une assemblée du Clan ! » rugit-il.

    Des murmures choqués retentirent lorsque les chats émergèrent de leurs tanières ou abandonnèrent la proie qu'ils étaient en train de manger. Poil de Bourdon courut à la rencontre d'Aile de Colombe. « Que se passe-t-il ? Tu vas bien ? »

    Elle laissa son parfum chaud la réconforter. « Tout ira bien, » miaula-t-elle.

    Étoile de Ronce laissa à peine le temps aux chats de s'asseoir avant de commencer à parler. Ses mots résonnèrent dans la combe comme des pierres tombant dans une mare. « De braves guerriers sont parmi vous aujourd'hui, déclara-t-il. Des chats qui ont risqué leur vie pour protéger leur Clan. Des félins qui se sont précipités dans une situation sans savoir ce qu'ils allaient affronter mais qui n'ont pas fait marche arrière. Ils ont combattu le plus sauvage de nos ennemis, et l'ont vaincu. Nous avons une dette envers eux. »

    Un murmure parcourut l'assemblée et les chats se regardèrent entre eux avec confusion. Qu'avaient-ils raté ? Avaient-ils été attaqués par un autre Clan ?

    Étoile de Ronce continua : « Feuille de Lis, Pluie de Pétales, Patte de Mulot, Cœur d'Épines et Bois de Frêne, avancez-vous, s'il vous plaît. »

    Les cinq chats s'avancèrent jusqu'au pied de la falaise. La lèvre de Cœur d'Épines était déchirée, et une croûte se formait déjà au-dessus de l'œil de Feuille de Lis. Bois de Frêne et Patte de Mulot avaient perdu quelques pans de fourrure.

    « Certains d'entre vous continuent de blâmer ces chats à cause de la bataille contre la Forêt Sombre, miaula le meneur. Vous avez tort. Aujourd'hui, ces chats nous ont sauvé la vie. Ils ont été trompés - oui, trompés - et amenés face à un renard blessé. Je suis heureux de reporter que cette créature a été vaincue et que le Clan du Tonnerre est en sécurité. Si vous ressentez quoi que ce soit pour ces guerriers, cela ne devrait être que de la gratitude, du respect, et une loyauté inébranlable. Ils ont prouvé qu'ils étaient prêts à risquer leur vie pour vous. À l'avenir, vous serez prêts à faire de même. »

    Aile de Colombe regarda alentour et vit plusieurs de ses camarades de Clans mal à l'aise, aplatissant leurs oreilles en remuant leurs pattes. Truffe de Sureau et Pavot Gelé étaient parmi eux.

    Étoile de Ronce embrassa son Clan de son regard ambré.

    « Sachez-le, mes guerriers. La Forêt Sombre aura gagné si nous ne pardonnons pas ces chats qui ont été autrefois leurs alliés. Le pardon est de loin plus puissant que la haine et la suspicion. Unis, nous sommes aussi forts que nous ne le serons jamais. Divisés, nous courons à notre perte. Rappelez-vous que la Forêt Sombre est toujours là, prête à mettre la patte sur nos rêves. De l'hostilité et de la méfiance parmi nous leur donnera plus de force qu'ils ne le méritent. C'est ça que vous voulez ? 

    -Non ! » répondirent en chœur les félins.

    Étoile de Ronce pencha la tête d'un côté. « Je ne vous entends pas !

    -Non ! » hurla le Clan du Tonnerre, faisant trembler les feuilles sur les arbres.

    Étoile de Ronce baissa la tête pour prier. « Clan des Étoiles, nous vous remercions pour avoir donné courage et force à ces guerriers aujourd'hui. Puissions-nous les honorer à jamais. »

    Ses mots furent répétés par le reste de l'assemblée, aussi calmement qu'une douce brise. Il y eut du mouvement à l'avant, et Aile de Colombe se leva sur la pointe des pattes pour voir Nuage de Cerise et Nuage de Loir approcher les chats au pied de la falaise. 

    « Nous sommes vraiment désolés, miaula Nuage de Loir. Ce que nous avons fait est mal, et contre le code du guerrier.

    -Cela n'arrivera plus, » ajouta Nuage de Cerise.

    Bois de Frêne caressa le flanc de la jeune chatte à l'aide de sa queue. « Je te crois, miaula-t-il, puis il marqua une pause. Ça te dit de partir en patrouille avec moi demain, Nuage de Cerise ? »

    Elle acquiesça vigoureusement. « Ce serait un honneur de patrouiller avec chacun de vous. »

    Aile de Colombe laissa échapper un soupir de soulagement. 

    « Je ne sais toujours pas exactement ce qu'il s'est passé mais peu importe ce que tu as fait, merci, murmura Poil de Bourdon. C'est très important pour moi. » Il regarda tendrement sa sœur, qui était entourée de guerriers qui lui demandaient si elle allait bien après la bataille contre le renard.

    « Je sais bien, » murmura Aile de Colombe. Ses oreilles frémirent lorsqu'elle repéra Pelage de Lion marcher vers sa tanière. « Excuse moi, » miaula-t-elle à Poil de Bourdon.

    Elle trottina pour rejoindre le mâle doré et tigré et l'arrêta à l'entrée de la tanière des guerriers. « Pelage de Lion, nous devons parler, annonça-t-elle. Maintenant. »

    Le guerrier cilla, puis acquiesça. « Je sais. Viens, trouvons Œil de Geai. »

    Le guérisseur attendait en dehors de la caverne. Avant qu'ils n'aient pu prononcer quoi que ce soit, il leva son regard bleu aveugle vers eux et leur dit, « Il est temps. Allons discuter à l'extérieur du camp. »

    Les trois chats quittèrent la clairière en se faufilant à travers les ronces. Œil de Geai les mena vers un petit chemin qui serpentait à travers la forêt et bondit sur un arbre abattu.

    « Nos pouvoirs sont partis, miaula-t-il. Je n'ai pas pu visiter les rêves des autres chats depuis la Grande Bataille, et je ne peux pas non plus voir dans leurs esprits lorsqu'ils sont éveillés.

    -Je peux me blesser, miaula Pelage de Lion, aussi confus que s'il venait de le remarquer.

    -Et je ne peux ni voir ni entendre quoi que ce soit, » admit Aile de Colombe. Elle leva la tête pour regarder ses camarades de Clan. « Pourquoi cela nous arrive-t-il ? gémit-elle. Sommes-nous punis parce que les Clans ne se sont pas unis à nouveau après la bataille ? Ou parce que trop de chats ont péri ? Sommes-nous toujours les Trois élus de la prophétie ? »

    Œil de Geai remua la queue. « Je ne sais pas, grogna-t-il. Mais je pense qu'il y a un endroit ou nous pouvons obtenir une réponse. Vous êtes assez en forme pour un petit voyage ?

    -Bien sûr, » répondit Pelage de Lion, et Aile de Colombe miaula « Je pense que oui. »

    Œil de Geai descendit du tronc d'arbre. 

    « Suivez-moi. »

    Traduction de Dovewing's Silence (Le silence d'Aile de Colombe) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter