• (Traduction) Chapitre 8 de Hollyleaf's Story

    (Traduction) Chapitre 8 de Hollyleaf's Story

    Feuille de Houx avait l'impression qu'un essaim d'abeilles bourdonnait dans chacune de ses pattes aussitôt qu'elle avait décidé de retourner voir le Clan du Tonnerre en secret, mais elle se força à attendre un quart de lune jusqu'à ce que le ciel se soit assombri. Juste avant l'aube, alors que la nuit était plus sombre que jamais, Feuille Morte l'avait conduite à un tunnel pas plus large qu'un terrier de lapin. C'était l'un des rares tunnels encore accessibles qui menait au territoire du Clan du Tonnerre. Feuille de Houx tenta de le remercier une fois de plus avant qu'elle ne se faufile vers la sortie, mais il avait déjà rebroussé chemin et s'enfonça rapidement dans l'ombre avant qu'elle ne puisse dire quoi que soit.

    Je reviendrai, je te le promets ! lui assura silencieusement Feuille de Houx.

    Feuille de Houx s'accroupit et se tortilla dans le trou exigu. Le plafond lui érafla les oreilles et, pendant un moment, elle se sentit comme enterrée vivante. Son cœur s'accéléra de panique et elle se mit à haleter mais continua à se tirer vers le haut à l'aide de ses pattes avant. Soudain, de l'air frais lui fouetta le visage et le bruit des branches d'arbres lui parvint aux oreilles. Feuille de Houx se releva et se délecta de toutes ces senteurs familières de chats, de chemins et de marquages de frontière. Elle était rentrée chez elle !

    Non ! Ce n'est plus mon foyer, désormais.

    La femelle noire s'ébroua pour enlever la terre de sa fourrure et se dirigea vers un bouquet de fougères et contourna ensuite un chêne solitaire. Après avoir vérifié qu'aucune patrouille de nuit n'était dans les parages, elle traversa un étroit chemin qui longeait le sommet de la crête. Feuille de Houx se dit qu'elle tremblait de froid, mais elle décelait une odeur de peur dans sa propre fourrure. Elle savait qu'elle était terrifiée à l'idée d'être découverte. Quand une chouette s'envola bruyamment d'une branche au dessus de sa tête, elle faillit tomber de peur. La chatte noire se faufila dans un bouquet de ronces et se fraya un chemin jusqu'à émerger au bord de la falaise. Elle s'accroupit et regarda en bas. 

    La combe était plongée dans l'ombre et Feuille de Houx ne pouvait distinguer aucune des tanières, mais quelque chose clochait. Le bruit du vent qui se répercutait sur les parois était différent, et les formes noires qu'elle percevait en bas n'étaient pas les mêmes que dans ses souvenirs. C'était comme si un arbre avait poussé à l'intérieur du camp depuis qu'elle était partie, un arbre lourd et plein de branches aux feuilles fragiles. C'était impossible ! Alors qu'elle observait le camp, une ligne de lumière jaune apparut au dessus de la crête devant elle. L'aube pointait et réduisait les ombres, assez pour que Feuille de Houx puisse apercevoir un énorme arbre remplissant la combe - qui ne poussait pas mais était couché sur le côté, ses racines noueuses envahissant l'endroit où se trouve la tanière du guérisseur. Feuille de Houx fut frappée d'horreur. Si un arbre de cette taille était tombé du haut de la falaise, il devait avoir écrasé les chats qui se trouvaient en dessous ! Il était couché directement à l'entrée de la tanière des guerriers et celle des anciens. Comment quelque chose de si terrible avait pu arriver à son Clan sans qu'elle n'en soit pas informée? Le Clan des Étoiles n'aurait-il pas pu le lui dire dans l'un de ses rêves ?

    Peut-être que le Clan des Étoiles m'a reniée maintenant que je ne fais plus partie d'un Clan.

    Feuille de Houx réalisa qu'elle tremblait de plus belle, elle risquait de glisser et de tomber de la falaise. Elle recula de quelques pas quand les branches de l'arbre abattu frémirent et que deux chats en émergèrent. Dans l'air froid, leur respiration formait des nuages autour de leur museau.

    « Je suis capable de me balader dans le camp toute seule, » grommela Poil de Souris. L'air était si sec que sa voix atteignait clairement Feuille de Houx, toujours postée au bord de la falaise.

    « Je sais que tu en es capable, grinça Isidore. Mais il n'y a pas de mal à avoir un peu de compagnie, si ?

    -Ce n'est pas comme si j'avais le choix, » marmonna Poil de Souris alors que le vieux matou brun la hissait jusqu'à la clairière et les ronces qui marquaient l'entrée du camp. 

    Feuille de Houx se pencha en avant, un frisson de joie lui parcourant l'échine. Mes camarades de Clan ! 

    « Belle Églantine ! appela une voix qui venait de la tanière du guérisseur. Je peux t'amener quelque chose à manger si tu as faim. Tu n'as pas besoin d'aller chercher ton gibier toi-même. » C'était Œil de Geai, sa voix sonnait comme s'il venait de se réveiller.

    « J'ai encore deux pattes valides, » répondit une chatte brun foncé qui émergeait de derrière les racines noueuses.

    Petite Églantine ? Feuille de Houx regarda avec incrédulité la jeune femelle se traîner sur le sol à l'aide de ses pattes avant. Ses pattes arrière traînaient, inutiles, derrière elle. Millie sortit du milieu des branches abattues et déboula dans la clairière.

    « Qu'est-ce que tu fais ? Tu es déjà allée assez loin hier ! Tu devrais te reposer ! » la gronda-t-elle.

    Belle Églantine - Œil de Geai avait utilisé son nom de guerrière, même si elle n'était clairement pas capable de partir en patrouille - s'écarta pour éviter sa mère. « Je vais bien, » feula-t-elle entre ses dents serrées. « Tu ne peux pas tout faire à ma place ! »

    Millie se courba et donna un coup de langue sur l'oreille de sa fille. « J'aimerais pouvoir le faire, » murmura-t-elle.

    Comment Belle Églantine a-t-elle pu être blessée aussi gravement ? Était-ce à cause de l'arbre tombé dans la combe ? J'aurais du être là ! Feuille de Houx planta ses griffes dans le sol effrité du bord de la falaise. De petites pierres se détachèrent de la paroi et tombèrent droit dans la clairière. La femelle noire se figea.

    Un chat brun foncé au pelage tigré émergea des branches. Griffe de Ronce fixa l'endroit où se trouvait la cachette de Feuille de Houx, ses pupilles étrécies. Elle recula et retint sa respiration. Puis elle l'entendit appeler plusieurs chats.

    « Pelage de Lion ? Cœur Cendré ? Menez la patrouille frontalière autour du sommet de la combe. Nuage de Colombe et Nuage de Lis peuvent venir avec vous. »

    Elle entendit les chats se rassembler en bas. Feuille de Houx risqua un dernier coup d'œil au-delà du bord. Son cœur se brisa presque lorsqu'elle vit son frère Pelage de Lion tourner autour de Cœur Cendré, le bout de sa queue longeant sa douce fourrure grise. Nuage de Colombe et Nuage de Lis - elles n'étaient encore que des chatons minuscules lorsque Feuille de Houx est partie, et à présent, elles étaient devenues des apprenties fortes au regard confiant ! - bondissaient autour d'eux, impatientes de partir en patrouille.

    « Griffe de Ronce a-t-il entendu un renard ? » demanda Nuage de Lis avec enthousiasme.

    Nuage de Colombe pencha la tête sur le côté, pensive.

    -Je ne pense pas, » miaula-t-elle.

    Pelage de Lion commença à les mener à travers la barrière d'épines. Feuille de Houx savait qu'elle devait partir immédiatement. Elle espérait juste que sa fourrure contienne assez d'odeur du Clan du Tonnerre pour ne pas être traquée jusqu'aux tunnels.

    Heureusement, les fougères étaient trempées à cause de la fonte du gel, ce qui les rendait moins aptes à retenir son odeur. Elle se fraya un chemin en grimaçant lorsque de l'eau froide pénétra sa fourrure, puis courut vers le tunnel. Elle pouvait entendre Pelage de Lion emmener la patrouille sur le côté de la combe. Nuage de Lis courait devant, reniflant chaque buisson et chaque ronce qu'elle voyait.

    « Il n'y a rien ici ! Aucun renard n'est venu de ce côté ! »

    Feuille de Houx marqua une pause, soudainement remplie d'espoir qu'ils la trouvent et la ramènent au Clan. Elle leur manquait sûrement un peu, non ? Puis elle pensa à tout ce qui s'était passé, la vérité que Feuille de Lune, Œil de Geai et Pelage de Lion avaient découverte. Le Clan se portait mieux sans elle. En poussant un petit soupir, elle se faufila dans le trou étroit et laissa les ombres l'engloutir.

    ***

    « Et ensuite j'ai vu Petite Églantine - enfin, elle s'appelle Belle Églantine maintenant - et elle a perdu l'usage de ses pattes arrière ! Elle se traînait sur le ventre dans la clairière. Peut-être que l'arbre est tombé sur elle. J'aurais dû être là pour aider ! » Feuille de Houx s'arrêta pour reprendre son souffle, consciente qu'elle ne s'était pas arrêtée de parler depuis qu'elle était revenue.

    Depuis sa place, à côté de la rivière, Feuille Morte la fixait. C'était une journée peu lumineuse, presque aucune lumière ne filtrait jusque dans la grotte, mais Feuille de Houx pouvait voir ses yeux briller faiblement. « Tu n'aurais pas pu empêcher l'arbre de tomber, souligna-t-il. De toute façon, tu as choisi de partir, tu te souviens ? »

    Feuille de Houx gratta la pierre avec sa patte. « Ce n'était pas comme si j'avais eu le choix à ce moment-là, murmura-t-elle. Je...Je ne t'ai pas tout dit à propos de ce qui s'est passé. Je n'ai pas juste découvert que Poil d'Écureuil et Feuille de Lune nous avaient menti. Un autre chat avait découvert la vérité, un chat nommé Pelage de Granit. Il a menacé de tout révéler aux quatre Clans, et donc je...je l'ai tué. »

    Il y eut un long silence. Feuille de Houx risqua un coup d'œil vers Feuille Morte. Son regard était plongé dans la rivière.

    « Le Clan t'a-t-il chassée quand ils l'ont découvert ? demanda calmement Feuille Morte.

    -Non ! Ils ne l'ont jamais su ! Seule Feuille de Lune l'a deviné et puis je l'ai dit à Œil de Geai et Pelage de Lion. Je voulais qu'ils sachent pourquoi je devais partir.

    -Mais tu aurais pu revenir, miaula Feuille Morte en soutenant son regard. Tes frères et Feuille de Lune t'aiment trop pour tout dévoiler à propos de Pelage de Granit. Ton secret sera toujours bien gardé. 

    -Ça, tu ne le sais pas ! gémit Feuille de Houx.

    -Je crois que si, ajouta le mâle roux et blanc. Tout ce que tu m'as raconté me prouve à quel point tu es importante pour ta famille.

    -Tu ne comprends pas, miaula Feuille de Houx, l'air misérable. Trop de choses se sont déroulées. Le Clan n'a plus besoin de moi. »

    Feuille Morte se détourna et entreprit de partir. « Ton Clan aura toujours besoin de toi, chuchota-t-il en s'enfonçant dans les ténèbres.

    ***

    Feuille de Houx s'était forcée à attendre trois quarts de lune en plus avant de retourner à son lieu d'espionnage au sommet de la combe. La neige était encore tombée, rendue argentée et scintillante par le gel. La chatte noire s'accroupit dans l'herbe fragile, frissonnante, et regarda le Clan se réveiller doucement en dessous d'elle. Griffe de Ronce envoya une patrouille de guerriers somnolents vers la frontière du Clan du Vent. Feuille de Houx était surprise de voir à quel point ses camarades semblaient maigres. Elle balaya la clairière du regard afin de guetter un quelconque signe d'un tas de gibier, mais seules des touffes de fourrure et des plumes restaient à côté du tronc d'arbre.  Les proies devaient se faire rares après une saison si rigoureuse.

    Un mouvement fit frémir l'extrémité de l'arbre abattu, là où les murs de la pouponnière étaient juste visibles. La voix de Pavot Gelé retentit, emplie de frustration.

    « Petite Cerise ! Ne pense pas à sortir par ce temps ! Petit Loir, ramène ta sœur à l'intérieur tout de suite ! »

    Deux petites formes duveteuses surgirent des ronces et déboulèrent dans la clairière. La femelle rousse s'arrêta, prise d'une quinte de toux. Son frère au pelage crème et brun dérapa juste devant elle. « Tu ne peux pas jouer dehors aujourd'hui, miaula-t-il. Tu as entendu ce que Pavot Gelé a dit. »

    Une femelle écaille-de-tortue se glissa hors des murs de la pouponnière et se pencha sur la femelle rousse. « Viens, ma petite, murmura Pavot Gelé. Je t'accompagne jusqu'au nid. 

    -Œil de Geai peut me donner des herbes, non ? supplia Petite Cerise en fixant sa mère de ses grands yeux ambrés.

    -Il est à court de mille-feuille, » expliqua Pavot Gelé, sa voix trahissant son inquiétude. Feuille de Houx devina qu'elle essayait de cacher son angoisse à ses chatons. « Je suis sûre qu'il en trouvera aujourd'hui, et après tu te sentiras mieux. »

    Elle poussa sa fille du museau vers la pouponnière, laissant Petit Loir vadrouiller seul dans la clairière. Feuille de Houx plissa les yeux. Elle savait ou trouver de la mille-feuille. Elle fit volte-face et courut droit vers le tunnel. Elle était habituée à l'espace restreint maintenant et se faufilait à l'intérieur sans y penser. Elle courut ensuite dans les tunnels, les pattes fermes et confiantes sur la pierre froide et humide. Il n'y avait aucun signe de Feuille Morte lorsqu'elle déboula dans la caverne de la rivière. Feuille de Houx bondit au dessus de l'eau et s'engagea dans le tunnel qui menait aux bois et le suivit jusqu'à la fin, plongeant dans la lumière du jour alors que le soleil filtrait à travers les arbres.

    Loué soit le Clan des Étoiles! 

    Le bouquet de mille-feuille était toujours en train de pousser à l'entrée du tunnel, frais et bien vert malgré le froid. Feuille de Houx récolta autant de tiges qu'elle pouvait en porter puis retourna droit dans le tunnel en faisant bien attention de ne pas marcher sur les feuilles traînant au sol. Lorsqu'elle émergea de l'étroit tunnel en plein dans le territoire du Clan du Tonnerre, elle posa la mille-feuille et renifla l'air. Une patrouille venait de passer, ce qui signifie qu'elle devrait avoir assez de temps pour déposer les herbes en bas de la falaise. Feuille de Houx essaya de calmer son cœur. Il battait si fort que ses pattes tremblaient en même temps. Il était trop tôt pour que les chats sortent en dehors du camp, et la patrouille se dirigeait vers la direction opposée. Si elle courait vite et restait dans l'ombre, elle n'avait aucune raison d'être vue.

    Elle n'hésita plus une seconde. La chatte noire ramassa les feuilles et suivit le chemin qui menait en bas de la falaise. Dérapant au coin de la combe, elle faillit percuter les ronces qui protégeaient le camp.

    Une voix grogna depuis l'intérieur, « Attends ton tour ! »

    Feuille de Houx marmonna des excuses instinctives et se précipita au bord de la barrière de ronces. Il n'y avait aucun chat montant la garde maintenant que l'aube était arrivée. Elle déposa les herbes sur le chemin bien caché à travers les épines. Le premier chat à venir les trouverait. Petite Cerise allait pouvoir être soignée avant même que le soleil ne monte plus haut dans le ciel.

    Elle entendit un chat se faufiler entre les ronces de l'autre côté. Feuille de Houx fit volte-face et retourna au sommet de la falaise en courant. Ses camarades de Clan se demanderaient sûrement qui a déposé ces herbes, mais avec de la chance ils en viendraient à penser qu'un des apprentis les avait collectées sans rien dire. Personne n'avait besoin de savoir que Feuille de Houx était revenue les aider.

    Les secrets n'étaient pas tous mauvais.

    Traduction approximative de Hollyleaf's Story - L'histoire de Feuille de Houx effectuée par Ðidychu.


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 13 Septembre à 16:36

    félicitation pour ton travaille ! je n'aurais pas été capable d'en faire autant !

    2
    Jeudi 13 Septembre à 16:49

    Merci beaucoup ! ^^

    3
    Jeudi 13 Septembre à 16:57
    en fait, tu as le livre en anglais et tu traduit ?
    4
    Jeudi 13 Septembre à 17:01

    Oui c'est bien ça 

    5
    Jeudi 13 Septembre à 17:02

    cool ! est bien, bon courage pour la suite !

    6
    Jeudi 13 Septembre à 17:04

    Merci encore ! :D

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter