• (Traduction) Chapitre 10 de Hollyleaf's Story - FIN

    Feuille de Houx abandonna l'idée de dormir et se hissa en dehors du nid de plumes froissées. Elle ne pouvait pas se souvenir de la dernière fois où elle avait dormi toute une nuit. Elle avait rêvé qu'elle était de retour dans la combe, défendant ses camarades de Clan des renards, les aidant à ramasser des herbes, regardant les chatons jouer au soleil. Cela ne lui prit qu'un instant avant qu'elle ne se réveille brusquement dans l'obscurité avec une vive douleur en elle que ses souvenirs ne soulageraient jamais.

    Elle marcha le long du tunnel vers la rivière souterraine avec une étrange sensation de calme. Feuille Morte était assis à sa place habituelle près de l'eau. Feuille de Houx se posta près de lui et attendit qu'il croise son regard. « Je suis désolée, commença-t-elle. Je n'oublierai jamais que tu m'as sauvé la vie et offert un endroit où rester alors que je pensais avoir tout perdu. Tu as été un vrai ami pour moi, et je te serai toujours reconnaissante pour ça. Mais ma place n'est pas ici. 

    -Je sais, miaula Feuille Morte. J'espérais que tu resterais. Je...Je n'avais jamais eu quelqu'un avec qui partager mon foyer avant. Mais ton Clan a besoin de toi plus que moi. Et ça, tu dois le réaliser maintenant. »

    Feuille de Houx hocha la tête et regarda ses pattes. « Et j'ai besoin d'eux. Mais je ne sais pas comment revenir ! Trop de choses se sont passées ! 

    -Quand le moment sera venu, tu le sauras, » murmura Feuille Morte, et quand Feuille de Houx releva la tête, il avait déjà disparu. Elle était seule près de l'eau ondulante.

    ***

    Une lune passa. Feuille de Houx était encore plus agitée que d'habitude, errant tous les jours sur le territoire du Clan du Tonnerre avant l'aube mais évitant toujours de se montrer dans la combe. Elle ne pouvait pas imaginer ce qu'elle devait dire, ou comment les chats réagiraient à son retour. Une nuit de pleine lune, elle grimpa la crête et regarda l'île au milieu du lac en contrebas, s'imaginant les quatre Clans rassemblés là-bas. Se souvenaient-ils d'elle ? Soudainement emplie de doutes, Feuille de Houx retourna dans les tunnels, se pelotonna dans son nid, et rêva qu'elle était à l'Assemblée, entourée de chats moqueurs et méprisants, se demandant pourquoi une solitaire demandait à rejoindre les Clans. Feuille de Houx se réveilla avec un frisson. Elle était toujours une guerrière, non ?

    Elle resta plusieurs jours dans les tunnels, à manger du poisson et à patrouiller indéfiniment sur les passages de pierre jusqu'à ce que ses pattes deviennent aussi dures que de l'écorce. Feuille Morte lui avait dit qu'elle saurait quand le moment de revenir viendrait. Elle espérait qu'il avait raison, et que cette chance n'était pas déjà passée. Elle finissait son repas poissonneux lorsque des pas retentirent devant elle. La chatte noire se retourna pour voir Feuille Morte pénétrer dans la grotte de la rivière. Feuille de Houx ne l'avait pas vu depuis un moment. Elle bondit sur ses pattes avec enthousiasme. « Hey, où étais-tu passé ? »

    Feuille Morte leva la queue pour la faire taire. « Il y a des chats dans le tunnel. Quelque chose de grave est en train de se produire. » Il fit volte-face et se dirigea vers le tunnel qui conduisait vers la lande. Feuille de Houx le suivit, en courant pour ne pas le perdre de vue. Ils avaient à peine quitté la faible lumière de la grotte de la rivière lorsqu'elle entendit des voix résonner dans l'obscurité. Pas des chats du Clan du Tonnerre cette fois, mais du Clan du Vent - et une autre voix qu'elle reconnut, un mâle qui parlait plus fort que les autres, comme un grondement profond semblable au tonnerre éclatant sur de la roche. Sol ! Feuille de Houx eut un flash et se remémora le chat écaille-de-tortue et blanc qui leur avait causé tant d'ennuis auparavant ; il avait prédit la disparition du soleil et persuadé Étoile de Jais de se détourner de ses ancêtres. Que fait-il ici ? 

    Devant elle, Feuille Morte s'arrêta. Ils pouvaient entendre clairement leur conversation de là où ils étaient.

    « C'est votre chance d'obtenir la gloire et le pouvoir ! » disait Sol. « Étoile Solitaire veut peut-être maintenir la paix, mais ce n'est qu'un signe de faiblesse ! Attaquez le Clan du Tonnerre en passant par les tunnels et vous ne pourrez que triompher face à ces imbéciles de mangeurs de souris ! 

    -Sol a raison ! miaula un autre chat; Feuille de Houx était sûre qu'il s'agissait de Plume de Hibou. Nous avons écouté Étoile Solitaire depuis trop longtemps. Il devrait nous laisser nous battre à présent, faire ce pourquoi nous nous sommes entraînés et donner une bonne leçon au Clan du Tonnerre pour leur montrer que nous sommes plus forts que ce qu'ils ne pensent ! »

    Une volée de grognements consentants retentirent. La fourrure de Feuille de Houx se hérissa. Ses camarades de Clan allaient être attaqués ! Elle ne pouvait pas laisser une telle chose se produire ! Devant elle, Feuille Morte se raidit. « Ils y a d'autres chats ici, » souffla-t-il dans l'oreille de la chatte noire.

    Prudemment, elle se tourna et renifla l'air. Deux chats du Clan du Tonnerre se trouvaient dans un tunnel latéral, juste au coin. Feuille de Houx huma l'air de nouveau jusqu'à ce qu'elle puisse identifier leurs odeurs : Feuille de Lis et sa sœur Aile de Colombe. Elle commença à se diriger vers elles puis s'arrêta lorsqu'elle entendit le feulement d'un chat du Clan du Vent.

    « Vous avez entendu ce bruit ? » grogna un guerrier.

    Feuille Morte chuchota à l'oreille de Feuille de Houx. « Tu dois les faire sortir d'ici. Ton Clan entier a besoin de toi maintenant. Si le Clan du Vent est sur le point d'attaquer par les tunnels, tu es la seule qui puisse les aider. »

    Feuille de Houx fixa son ami. « Il est temps, n'est-ce pas ? miaula-t-elle doucement.

    Le mâle roux et blanc hocha la tête. 

    -Tu t'en sortiras très bien, murmura-t-il. Je ne t'oublierai jamais, Feuille de Houx. »

    À ce moment-là, un craquement retentit dans le tunnel latéral, rien de plus qu'un galet glissant en dessous d'une patte, mais le bruit faisait écho et se magnifiait contre les murs de pierre jusqu'à ce qu'il retentisse aussi fort que le tonnerre.

    « Qu'est-ce que c'était ? grogna Plume de Hibou. Quelqu'un nous écoute ? »

    Feuille de Houx commença à ramper vers les ombres les plus épaisses où ses camarades de Clan se cachaient. 

    « Sors-nous d'ici ! chuchota Feuille de Lis.

    -Les voix menaient jusque ici, répondit Aile de Colombe. Je ne suis pas sûre que ce soit le chemin de la sortie. »

    Derrière elle, Feuille de Houx entendit les chats du Clan du Vent remuer, comme s'ils venaient enquêter en nombre. Feuille de Lis avait dû les entendre aussi car elle lança : « Ils viennent nous chercher ! Nous devons partir. »

    Ce n'était pas le moment de mener ces chats hors de la sécurité que leur offrait la pénombre. Feuille de Houx allait devoir se montrer à elles, leur faire savoir qu'elle était un chat de confiance. Elle prit une profonde respiration. Toutes ces lunes à se cacher, à essayer d'oublier qu'elle avait appartenu à un Clan, semblaient s'évanouir en un seul instant. Le sang d'une guerrière coulait dans ses veines. Rien n'était plus important que sa loyauté envers son Clan.

    Elle marcha vers le tunnel latéral et se sentit frissonner lorsque Aile de Colombe et Feuille de Lis se crispèrent, prêtes à se défendre. 

    « Venez avec moi, ordonna-t-elle dans l'ombre. Vite ! 

    -Pas question ! feula Feuille de Lis. Tu pourrais être l'un d'eux.

    -Non, miaula Feuille de Houx tout en essayant de garder sa voix calme.

    -Prouve-le ! la défia Aile de Colombe.

    -Je ne devrais pas avoir à le faire, » lança la femelle noire. Ces chats ne reconnaissent-ils pas l'odeur du Clan du Tonnerre quand elle se présente juste sous leur truffe ? 

    « Pour l'amour du Clan des Étoiles, partons d'ici ! »

    Dans la faible lumière de la nuit qui filtrait depuis la grotte de la rivière, Feuille de Houx vit les yeux de Feuille de Lis s'écarquiller alors qu'elle échangeait un regard avec sa sœur. « Le Clan des Étoiles ? » miaula Feuille de Lis. « Alors tu...

    -Vous voulez sortir d'ici oui ou non ? l'interrompit Feuille de Houx.

    -Oui, bien sûr, répondit Feuille de Lis. Mais comment être sûre que tu ne nous emmèneras pas encore plus loin dans les tunnels ? »

    Feuille de Houx laissa échapper un feulement de frustration. Ces questions pouvaient attendre ! Pourtant, peut-être qu'il n'était pas surprenant que ces deux jeunes chattes ne sachent pas qui elle est. Elle deviendra une étrangère pour beaucoup de ses camarades de Clan après être partie si longtemps.

    « Parce que j'appartiens au Clan du Tonnerre, comme toi, » miaula-t-elle en haussant la voix afin de couvrir les battements de son cœur.

    « Mon nom est Feuille de Houx. »

    (Traduction) Chapitre 10 de Hollyleaf's Story - FIN


    3 commentaires
  • (Traduction) Chapitre 9 de Hollyleaf's Story

    « Petite Cerise a arrêté de tousser ! Pavot Gelé avait l'air si soulagée. Elle jouait avec les chatons ce matin et leur apprenait à bondir sur une boule de mousse. Je me souviens quand Poil d'Écureuil nous avait montré la même chose pour la première fois...» Feuille de Houx s'arrêta. Feuille Morte, assis près d'elle au bord de la rivière souterraine, agita une oreille. 

    « Le remède a marché, donc, miaula-t-il. 

    -Il avait intérêt à marcher ! » Feuille de Houx bondit sur ses pattes et lui fit face. « Tu penses que je devrais leur en rapporter plus ? Ou alors du souci ? Ou de l'herbe à chat - tu penses qu'il en pousse près du tunnel qui mène aux bois ?

    -Non, je ne pense pas, répondit Feuille Morte, une trace d'impatience dans la voix.  Je n'ai pas besoin d'herbe moi-même alors pourquoi devrais-je en chercher ? 

    -Mais tu as trouvé de la consoude pour moi, et des graines de pavot, lui rappela Feuille de Houx. Quand je me suis blessée à la patte. »

    Le bout de la queue du mâle roux et blanc remua. « C'était différent, marmonna-t-il. Tu étais là, devant moi. Je ne pouvais pas te laisser souffrir, n'est-ce pas ?

    -Le Clan du Tonnerre est juste au-dessus de nos têtes ! lança Feuille de Houx. Le code du guerrier stipule que nous devons protéger les chatons de tous les Clans, pas juste du nôtre. Si nous récoltons des herbes qui aideraient Petite Cerise et Petit Loir à surmonter la mauvaise saison, nous ne ferons que suivre le code.

    -Ce n'est pas mon code, miaula Feuille Morte en se détournant. Je te souhaite bonne chance pour chasser des herbes si c'est ce que tu veux faire. » Il s'engagea dans le tunnel qui mène au nid de Feuille de Houx.

    La femelle noire le regarda s'évanouir dans les ténèbres. Il se comportait vraiment étrangement. Elle ne l'avait plus vu du tout depuis plusieurs jours et sa seule compagnie était ses camarades de Clan quand elle les observait depuis le bord de la falaise. Feuille Morte ne partageait plus jamais son nid et ne venait plus la regarder chasser depuis l'entrée du tunnel. Avait-elle fait quelque chose qui l'énervait ?

    Peut-être qu'il n'apprécie pas le fait que je passe tant de temps au Clan du Tonnerre.

    Feuille de Houx se sentit soudainement prise de culpabilité. En effet, elle revenait chaque jour observer ses camarades de Clan. Les chatons de Pavot Gelé avaient presque atteint l'âge de six lunes, ils allaient bientôt être nommés apprentis; Feuille de Houx se demandait quels chats seraient choisis pour être leurs mentors. Si elle avait été là, dans le Clan, elle aurait aimé avoir Petite Cerise pour apprentie, la petite avait un bon esprit et un sens de l'humour agréable. Mais elle ne deviendrait jamais mentor, pas pour l'instant en tout cas.

    La femelle noire se secoua et se mit à trottiner dans le tunnel qui menait aux bois. Elle avait besoin d'attraper quelque chose à manger, puis elle partirait chercher des herbes fraîches. La mauvaise saison était à son apogée et lui donnait peu de chance de trouver des pousses vertes. Elle aurait peut-être plus de chance d'en trouver à l'abri, sous des troncs d'arbres abattus. Et peut-être pourrait-elle attraper quelque chose pour Feuille Morte, pour se faire pardonner de tout ce temps qu'elle passe dehors. Il n'avait jamais partagé du gibier avec elle avant mais peut-être que rien ne le tentait, tout simplement. Il devait bien y avoir une sorte de proie, bien dodue et remplie de noix, parmi ces arbres, qu'il voudrait bien manger.

    Feuille de Houx attrapa un écureuil à la douce et duveteuse fourrure grise, mais Feuille Morte n'était nulle part en vue lorsqu'elle retourna dans les tunnels. Elle mangea seule près de la rivière en prenant bien soin d'en laisser la moitié à Feuille Morte avant de se rincer le museau dans l'eau glacée. Elle n'avait trouvé aucune herbe fraîche à ramener au Clan. Elle se dirigea donc vers son nid, ses pattes traînantes de la fatigue de la déception. Elle se pelotonna dans les plumes de son nid et enfouit sa truffe sous sa queue. Demain, elle passerait toute la journée avec Feuille Morte - si elle arrivait à le trouver - et ils patrouilleraient le long des tunnels, aussi loin qu'il voudrait aller.

    Feuille de Houx avait l'impression d'avoir fermé l'œil rien qu'un moment lorsqu'elle sentit Feuille Morte lui donner des petits coups de patte. « Réveille-toi, Feuille de Houx ! »

    Encore l'esprit embrumé, Feuille de Houx s'assit. « C'est déjà l'aube ? bredouilla-t-elle.

    -Non ! » Feuille Morte tournait en rond, la fourrure hérissée d'impatience. « Deux de tes camarades de Clan sont dans les tunnels ! »

    Feuille de Houx s'éveilla instantanément. « Quoi ? Où ça ? Qui ? 

    -Je ne sais pas ! lâcha Feuille Morte. Mais il ne peuvent pas rester ici. Je leur ai dit comment sortir mais ils ne m'ont pas écouté et sont toujours perdus. Vas-y et aide-les, tu veux bien ? 

    -Est-ce qu'ils vont bien ? 

    -Ils sont en assez bonne santé pour bavarder comme des pies, donc je présume qu'ils ne sont pas blessés. » Feuille Morte commença à s'éloigner. « Ramène-les d'où ils viennent, » miaula-t-il par-dessus son épaule.

    Feuille de Houx bondit de son nid et courut jusqu'à la grotte de la rivière. Malgré le bruit que faisait le cours d'eau, c'était le meilleur endroit pour entendre quoi que ce soit dans les tunnels principaux. Elle se pencha au-dessus de l'eau et pointa les oreilles en avant. Une conversation aiguë et nerveuse résonnait dans l'un des passages. La femelle noire sauta au dessus de la rivière et courut en direction du bruit, traversant les galeries avec confiance sans besoin de voir où elle mettait les pattes. Soudain, les voix lui parurent très proches. Les félins étaient juste devant, invisibles dans l'ombre mais assez près pour que Feuille de Houx puisse sentir leur odeur. Elle reconnut Feuille de Lis, la nouvelle guerrière, et la fille de Plume Grise, Pluie de Pétales. Feuille de Houx se faufila dans une crevasse creusée dans la paroi du tunnel et écouta.

    « J'aurais du lui demander son nom, murmura Feuille de Lis. On aurait pu l'appeler. » Elle marqua une pause avant d'ajouter : « Je ne pense pas qu'il serait venu de toute façon. »

    Elle doit parler de Feuille Morte ! 

    Un doux bruit de grattement suggéra que l'une des chattes avait trébuché sur le sol. « Je suis désolée, miaula Pluie de Pétales, haletante et apeurée. Tout est de ma faute. C'est moi qui ai voulu venir ici. 

    -J'aurais du t'en empêcher, la soutint Feuille de Lis.

    -Comment ? En t'accrochant à ma queue ? »

    Feuille de Houx admirait l'esprit de Pluie de Pétales. Elle se demanda comment les chattes avaient trouvé leur chemin dans les tunnels. Pendant un moment, le besoin urgent de se montrer et d'être enfin réunie avec ses camarades de Clan fut tellement fort que ses pattes tremblèrent.

    Non ! Tu as choisi de partir ! Il n'y a aucun retour possible, pas maintenant.

    Mais elle pouvait toujours les aider à retrouver le chemin de la sortie. Elles avaient déjà rencontré un chat ici; si elles ne s'approchaient pas trop, elles penseraient que Feuille Morte serait revenu les aider une seconde fois. Feuille de Houx sortit de sa cachette et appela doucement : 

    « Venez ! Qu'est-ce que vous attendez ? »

    L'air craqua comme si les deux femelles étaient soudainement tendues et alarmées. Feuille de Houx entendit Feuille de Lis se retourner pour observer le tunnel, mais elle savait que les ombres dissimulaient parfaitement son pelage sombre.

    « Vous voulez sortir d'ici, non ? Vous savez que vous n'avez rien à faire dans ces tunnels.

    -Oh oui aide-nous, s'il te plaît ! supplia Pluie de Pétales.

    -Bien. Suivez-moi. » Feuille de Houx se retourna et descendit le tunnel. Par les bruits de pas qui résonnaient derrière elle, elle sut qu'elle devait accélérer pour rester hors de vue, mais également modérer sa vitesse pour que les autres puissent la suivre. Elle les mena délibérément sur un chemin déroutant,  des passages latéraux traversant un tunnel qu'elles avaient déjà emprunté, dans le but de décourager les deux guerrières de revenir. L'une d'elles - Feuille de Houx en déduit que cela devait être Pluie de Pétales - commença à ralentir le pas, le souffle court et bruyant.

    « C'est encore loin ? » miaula Feuille de Lis.

    Feuille de Houx ne répondit pas. Le long du prochain tournant, le tunnel se transformait en une pente raide jusqu'à un vieux terrier de renard, abandonné depuis longtemps, qui s'ouvrait sur l'un des coins les moins arpentés du territoire du Clan du Tonnerre. Il n'y avait là aucun endroit où se cacher pour Feuille de Houx, elle devait donc risquer de sortir avant les guerrières et aller se cacher dans les sous-bois. Elle courut la distance qui la séparait de l'entrée puis bifurqua à travers une petite clairière et s'engouffra dans un bouquet de fougères. Se tournant aussi silencieusement que possible, elle attendit, le cœur battant, alors que les deux femelles boitaient derrière elle.

    Feuille de Lis s'arrêta et regarda autour d'elle. « Où est-il passé ? » miaula-t-elle.

    Pluie de Pétales sembla trop épuisée pour répondre. Elle se traîna vers l'ouverture et s'effondra dans un carré de lumière à côté d'une souche de chêne. Très lentement, Feuille de Houx se retira dans les fougères. La femelle noire se figea lorsque les oreilles de Feuille de Lis se tournèrent vers elle. La guerrière grise et blanche semblait regarder droit vers Feuille de Houx.

    « Merci ! » lança Feuille de Lis.

    Je ferai n'importe quoi pour mes camarades de Clanrépondit silencieusement Feuille de Houx.

    ***

    (Traduction) Chapitre 9 de Hollyleaf's Story

    Feuille de Houx ne retourna pas visiter son ancien foyer pendant plusieurs lunes. Elle savait qu'elle avait blessé Feuille Morte avec ses visites d'observations de la combe, et il méritait mieux que ça de sa part. Ils passaient leurs journées à patrouiller le long des tunnels en quête d'ennemis invisibles et à attendre au bord de la rivière que les poissons apparaissent. Ils parlaient moins de ce qui leur était arrivé dans le passé, ou de ce qui arrivera dans le futur. Feuille de Houx se disait que c'était à cause de leur amour du silence, comme un couple d'anciens profitant d'une vie plus calme et plus simple. Elle chassait toujours dans les bois quand elle ne supportait plus de manger un poisson supplémentaire, mais Feuille Morte ne la regardait plus assis à l'entrée, ou ne faisait plus aucun commentaire quand elle rentrait avec des odeurs de plumes et de sang sur la fourrure. Feuille de Houx n'essayait plus de lui attraper de gibier depuis qu'il n'avait pas touché à la moitié d'écureuil qu'elle avait laissé pour lui la nuit ou Feuille de Lis et Pluie de Pétales s'étaient perdues. Feuille Morte ne semblait pas plus faible à cause de la faim, il préférait donc manifestement manger seul. C'était là un rappel de plus que le chat roux et blanc n'était pas un chat de Clan, mais Feuille de Houx avait choisi de ne plus vivre comme une guerrière, non ? Elle et Feuille Morte avaient plus de choses en commun que le plafond de roche au-dessus de leurs têtes.

    La mauvaise saison céda sa place à la chaleur déterminée de la saison des feuilles nouvelles, puis la saison des feuilles vertes se faufila dans les bois, les remplissant d'odeurs de proies alléchantes et de plantes vertes. Feuille de Houx commença à passer plus de temps dehors, courant à travers les arbres, les moustaches frémissantes à cause de tous les parfums de la forêt, ou à s'étendre dans la prairie pour laisser le soleil réchauffer sa fourrure. Les jours devinrent plus chauds. Feuille de Houx eut envie de marcher au bord du lac et de laisser les vagues mouiller ses pattes. Les pentes supérieures de la crête étaient son endroit préféré, là où elle pouvait se rafraîchir dans la brise légère, jusqu'à ce qu'un jour, elle s'aventure trop près de la frontière du Clan du Vent et faillit tomber sur une patrouille. Elle fit volte-face et courut sur la crête de la colline et plongea dans les arbres, haletante de peur. Lorsque son pouls ralentit, elle retourna vers le tunnel qui menait au bois, restant dans l'ombre au cas où un guerrier du Clan du Vent se mettrait à la recherche de l'étranger sur leur territoire. Feuille de Houx espéra qu'ils n'accuseront pas le Clan du Tonnerre d'avoir franchi la frontière. Il y avait déjà assez de problèmes entre les deux Clans depuis qu'ils étaient arrivés au lac, même si les anciens parlaient d'un temps où Étoile de Feu et Étoile Solitaire étaient bons amis malgré la division des Clans. Feuille de Houx se demandait comment les chats du Clan du Tonnerre faisaient face à la température brûlante. Les apprentis étaient-ils de corvée de mousse, ramenant ainsi de l'eau du lac ? Griffe de Ronce avait-il ordonné de déplacer les patrouilles au crépuscule afin d'éviter la chaleur ?

    Le tunnel des bois apparut devant elle, mais Feuille de Houx s'arrêta. Plus fort que le soleil, elle brûlait de savoir comment ses camarades s'en sortaient. Presque sans y penser, elle contourna l'entrée et remonta la pente. Les arbres poussaient jusqu'au sommet de la crête ici et là, jusque de l'autre côté, offrant directement une protection à la frontière du Clan du Tonnerre. En fait, Feuille de Houx faillit la manquer complètement, jusqu'à ce qu'elle repère l'odeur effacée d'un marquage sur un tronc couvert de mousse. Les marquages deviendraient vite secs à cause du soleil, et avaient besoin d'être renouvelés plus souvent qu'une fois par jour. En vérifiant que personne n'était dans les parages, elle se glissa à travers les fougères vers la combe.

    Une faible odeur de proie alléchante dériva vers elle. Feuille de Houx écarta les tiges devant elle d'une patte et vit la douce silhouette brune d'un lapin qui grignotait un bouquet de plantes vertes. La femelle noire se mit à saliver mais elle savait qu'elle ne pouvait pas chasser ici. Elle était sur le point de partir et de laisser ce gibier pour la patrouille suivante lorsqu'elle reconnut l'odeur des plantes que le lapin était en train de dévorer. Du souci ! Si précieux pour soigner des plaies et garder les griffures bien nettoyées, et si rares près de la combe. Feuille de Houx ne pouvait pas laisser le lapin manger le bouquet entier. Elle bondit en avant en feulant et en montrant les dents. Le lapin se figea puis s'enfuit sans demander son reste, sa queue blanche et touffue signalant un danger à travers les arbres.

    Feuille de Houx combattit son instinct qui lui dictait de lui courir après et se concentra sur les feuilles de souci. Presque toutes avaient été mangées jusqu'à la racine. Feuille de Houx ne pouvait pas rester ici et les garder, le lapin reviendrait finir son repas aussitôt qu'elle serait partie. Elle devait trouver un moyen de mettre les derniers plants en sécurité. Regardant autour d'elle, elle repéra une profonde fissure entre la branche et le tronc d'un arbre voisin, pas trop loin du sol pour ne pas être vu par un chat passant par là, mais trop haut pour qu'un lapin puisse l'atteindre. Elle arracha rapidement les feuilles restantes, aussi près du sol que possible. La gueule pleine de tiges juteuses, elle grimpa dans l'arbre et y plaça sa récolte. 

    Elle plissa les yeux, pensive. Avec ce soleil, les plants se faneraient bientôt. Ils avaient besoin d'eau pour rester frais. Feuille de Houx bondit de l'arbre et marqua une pause un moment à l'écoute d'une quelconque patrouille puis traversa les bois vers la frontière du Clan du Vent. Là, elle trempa une boule de mousse dans le ruisseau et la ramena avec précaution vers les feuilles de souci. Lorsqu'elle grimpa une nouvelle fois le tronc, l'eau lui coula sur le poitrail et la fourrure de son ventre, lui arrachant un halètement de choc. Mais la mousse tint bon assez pour arroser le bouquet d'une petite flaque, ce qui devrait garder les tiges de souci humides jusqu'à ce que Feuille de Lune ou Œil de Geai passent par là. Feuille de Houx bondit au sol, s'arrêta un instant pour vérifier si le souci était en sécurité dans sa cachette, puis courut rejoindre le tunnel. Elle n'était peut-être plus un membre du Clan du Tonnerre, mais si elle pouvait les aider, elle le ferait.

    Toute la nuit, Feuille de Houx ne cessa de penser aux feuilles de souci. Feuille de Lune les avait-elle trouvées ?  Le Clan sera-t-il capable de protéger le reste des plants du lapin ? Après deux levers de soleil passés dans l'anxiété, elle décida d'y retourner pour voir si les plants avaient bel et bien été récoltés. Elle courut le long du tunnel qui mène aux bois, la tête emplie de nervosité. Au-delà de l'entrée, les arbres étaient calmes et lourds de feuilles vertes, avec seule la plus légère des brises pour bouger leurs feuilles. Feuille de Houx resta à l'écart des sentiers et se fraya un chemin à travers les fougères jusqu'à l'endroit où elle avait laissé le souci. Soudain, elle entendit des voix venir de devant elle, jeunes et remplies d'excitation.

    « Regarde ça, Nuage de Loir ! »

    Feuille de Houx se ramassa sur elle même au bord des fougères cassantes et jeta un coup d'œil au travers. Une petite femelle rousse était accroupie, la queue relevée.

    « Je vais attaquer ce bâton ! déclara-t-elle.

    -N'oublie pas que tu es supposée fermer un œil, Nuage de Cerise, miaula le mâle crème et brun. Cœur Blanc a dit que nous devions pratiquer tous les mouvements comme si nous avions été blessés. »

    Feuille de Houx laissa échapper un ronronnement. Elle se remémora son entraînement avec Cœur Blanc, destiné à apprendre à se battre même avec la perte d'un œil. Elle étudia la position de Nuage de Cerise. Elle ne s'en sortait pas trop mal, même si elle avait besoin de mieux répartir son poids sur les pattes où se trouve le bon œil afin d'améliorer son équilibre.

    Soudain, la truffe de Feuille de Houx frémit. Une nouvelle odeur avait pénétré les fougères, au-dessus de celle des deux jeunes apprentis et des feuilles vertes. Une odeur qui fit hérisser la fourrure de la femelle noire et lui fit sortir les griffes : un renard ! Avant qu'elle ne puisse lancer un avertissement, une énorme forme rousse surgit des arbres et s'arrêta devant les apprentis. Feuille de Houx banda ses muscles pour sauter mais Cœur Blanc, Patte de Renard et Pétale de Rose s'étaient déjà lancés depuis les buissons de l'autre côté de la clairière.

    Les trois guerriers poursuivirent le renard, leurs crocs dévoilés. « Dégage de là ! » hurla Pétale de Rose. 

    Le renard leva brusquement la tête, alarmé, ses yeux écarquillés. Il entreprit de mordre Patte de Renard, qui était le plus proche, mais le guerrier au pelage roux l'esquiva, atterrit derrière le canidé et lui planta ses griffes dans le flanc. Cœur Blanc se jeta sur l'oreille du renard et y planta ses crocs. Pétale de Rose se secoua les pattes, envoyant des perles de sang écarlate sur l'herbe. Le renard lutta brièvement puis se retourna brusquement, repoussant Cœur Blanc dans les fougères, puis s'enfuit à travers les arbres. Les guerriers lui coururent après en feulant.

    Feuille de Houx resta là où elle est, osant à peine respirer. Les fougères avaient été piétinées durant la bataille, et il n'y en avait plus assez pour la garder cachée. Pendant la bagarre, Nuage de Cerise et Nuage de Loir s'étaient mis à l'abri dans un fourré de ronces situé de l'autre côté de la clairière. Feuille de Houx les apercevait tout juste dans l'ombre, blottis l'un contre l'autre. Au moins, ils étaient sains et saufs. Elle devait partir avant le retour des guerriers et dissimuler son odeur sous celle du renard.

    Alors qu'elle se préparait à partir, les fougères claquèrent et le renard déboula dans la clairière. De la bave coulait de ses mâchoires et ses yeux jaunes brillaient avec fureur et détermination. Feuille de Houx le regarda avec consternation. Il devait avoir semé ses poursuivants ! Le renard renversa la tête et renifla le carré d'herbe où les apprentis s'étaient entraînés. Puis il regarda en direction des ronces, les oreilles aplaties. Un petit couinement retentit dans les épines, coupé brusquement comme si Nuage de Cerise avait gémit et que Nuage de Loir lui avait fourré sa patte dans sa bouche.

    Feuille de Houx banda ses muscles et sauta depuis sa cachette.

    « Éloigne-toi de ces chatons ! feula-t-elle. Ou tu devras me passer sur le corps ! » Elle se cabra sur ses pattes arrière et griffa le museau taché de sang du renard. Celui-ci lui lança un regard noir et retroussa les babines, révélant des dents pointues et tachées. Feuille de Houx tint sa position. « Dégage de là ! » cracha-t-elle, ressentant comme la fureur d'un Clan entier de reines prêtes à défendre leurs chatons.

    Au loin, elle pouvait entendre les guerriers revenir, martelant le sol de leurs pattes à travers les arbres, alarmés. Le renard se pencha d'un côté, puis se tourna et s'enfuit. Feuille de Houx l'imita, emplie de soulagement. Elle plongea dans les broussailles et continua à courir, gardant une oreille en arrière en quête d'un signe de poursuite. Mais les guerriers étaient restés avec Nuage de Cerise et Nuage de Loir et ne revinrent pas chasser le renard à nouveau. Pendant un moment, Feuille de Houx se demanda ce que Nuage de Cerise et Nuage de Loir avaient vu depuis leur cachette sous les ronces; parleraient-ils à leur Clan du chat étranger qui les avait sauvés des griffes du renard ? Feuille de Houx savait qu'elle avait pris un énorme risque, mais elle n'avait pas eu le choix. Elle avait sauvé la vie de ces chatons, et c'était tout ce qui comptait.

    Traduction approximative de Hollyleaf's Story - L'histoire de Feuille de Houx effectuée par Ðidychu.


    votre commentaire
  • (Traduction) Chapitre 8 de Hollyleaf's Story

    Feuille de Houx avait l'impression qu'un essaim d'abeilles bourdonnait dans chacune de ses pattes aussitôt qu'elle avait décidé de retourner voir le Clan du Tonnerre en secret, mais elle se força à attendre un quart de lune jusqu'à ce que le ciel se soit assombri. Juste avant l'aube, alors que la nuit était plus sombre que jamais, Feuille Morte l'avait conduite à un tunnel pas plus large qu'un terrier de lapin. C'était l'un des rares tunnels encore accessibles qui menait au territoire du Clan du Tonnerre. Feuille de Houx tenta de le remercier une fois de plus avant qu'elle ne se faufile vers la sortie, mais il avait déjà rebroussé chemin et s'enfonça rapidement dans l'ombre avant qu'elle ne puisse dire quoi que soit.

    Je reviendrai, je te le promets ! lui assura silencieusement Feuille de Houx.

    Feuille de Houx s'accroupit et se tortilla dans le trou exigu. Le plafond lui érafla les oreilles et, pendant un moment, elle se sentit comme enterrée vivante. Son cœur s'accéléra de panique et elle se mit à haleter mais continua à se tirer vers le haut à l'aide de ses pattes avant. Soudain, de l'air frais lui fouetta le visage et le bruit des branches d'arbres lui parvint aux oreilles. Feuille de Houx se releva et se délecta de toutes ces senteurs familières de chats, de chemins et de marquages de frontière. Elle était rentrée chez elle !

    Non ! Ce n'est plus mon foyer, désormais.

    La femelle noire s'ébroua pour enlever la terre de sa fourrure et se dirigea vers un bouquet de fougères et contourna ensuite un chêne solitaire. Après avoir vérifié qu'aucune patrouille de nuit n'était dans les parages, elle traversa un étroit chemin qui longeait le sommet de la crête. Feuille de Houx se dit qu'elle tremblait de froid, mais elle décelait une odeur de peur dans sa propre fourrure. Elle savait qu'elle était terrifiée à l'idée d'être découverte. Quand une chouette s'envola bruyamment d'une branche au dessus de sa tête, elle faillit tomber de peur. La chatte noire se faufila dans un bouquet de ronces et se fraya un chemin jusqu'à émerger au bord de la falaise. Elle s'accroupit et regarda en bas. 

    La combe était plongée dans l'ombre et Feuille de Houx ne pouvait distinguer aucune des tanières, mais quelque chose clochait. Le bruit du vent qui se répercutait sur les parois était différent, et les formes noires qu'elle percevait en bas n'étaient pas les mêmes que dans ses souvenirs. C'était comme si un arbre avait poussé à l'intérieur du camp depuis qu'elle était partie, un arbre lourd et plein de branches aux feuilles fragiles. C'était impossible ! Alors qu'elle observait le camp, une ligne de lumière jaune apparut au dessus de la crête devant elle. L'aube pointait et réduisait les ombres, assez pour que Feuille de Houx puisse apercevoir un énorme arbre remplissant la combe - qui ne poussait pas mais était couché sur le côté, ses racines noueuses envahissant l'endroit où se trouve la tanière du guérisseur. Feuille de Houx fut frappée d'horreur. Si un arbre de cette taille était tombé du haut de la falaise, il devait avoir écrasé les chats qui se trouvaient en dessous ! Il était couché directement à l'entrée de la tanière des guerriers et celle des anciens. Comment quelque chose de si terrible avait pu arriver à son Clan sans qu'elle n'en soit pas informée? Le Clan des Étoiles n'aurait-il pas pu le lui dire dans l'un de ses rêves ?

    Peut-être que le Clan des Étoiles m'a reniée maintenant que je ne fais plus partie d'un Clan.

    Feuille de Houx réalisa qu'elle tremblait de plus belle, elle risquait de glisser et de tomber de la falaise. Elle recula de quelques pas quand les branches de l'arbre abattu frémirent et que deux chats en émergèrent. Dans l'air froid, leur respiration formait des nuages autour de leur museau.

    « Je suis capable de me balader dans le camp toute seule, » grommela Poil de Souris. L'air était si sec que sa voix atteignait clairement Feuille de Houx, toujours postée au bord de la falaise.

    « Je sais que tu en es capable, grinça Isidore. Mais il n'y a pas de mal à avoir un peu de compagnie, si ?

    -Ce n'est pas comme si j'avais le choix, » marmonna Poil de Souris alors que le vieux matou brun la hissait jusqu'à la clairière et les ronces qui marquaient l'entrée du camp. 

    Feuille de Houx se pencha en avant, un frisson de joie lui parcourant l'échine. Mes camarades de Clan ! 

    « Belle Églantine ! appela une voix qui venait de la tanière du guérisseur. Je peux t'amener quelque chose à manger si tu as faim. Tu n'as pas besoin d'aller chercher ton gibier toi-même. » C'était Œil de Geai, sa voix sonnait comme s'il venait de se réveiller.

    « J'ai encore deux pattes valides, » répondit une chatte brun foncé qui émergeait de derrière les racines noueuses.

    Petite Églantine ? Feuille de Houx regarda avec incrédulité la jeune femelle se traîner sur le sol à l'aide de ses pattes avant. Ses pattes arrière traînaient, inutiles, derrière elle. Millie sortit du milieu des branches abattues et déboula dans la clairière.

    « Qu'est-ce que tu fais ? Tu es déjà allée assez loin hier ! Tu devrais te reposer ! » la gronda-t-elle.

    Belle Églantine - Œil de Geai avait utilisé son nom de guerrière, même si elle n'était clairement pas capable de partir en patrouille - s'écarta pour éviter sa mère. « Je vais bien, » feula-t-elle entre ses dents serrées. « Tu ne peux pas tout faire à ma place ! »

    Millie se courba et donna un coup de langue sur l'oreille de sa fille. « J'aimerais pouvoir le faire, » murmura-t-elle.

    Comment Belle Églantine a-t-elle pu être blessée aussi gravement ? Était-ce à cause de l'arbre tombé dans la combe ? J'aurais du être là ! Feuille de Houx planta ses griffes dans le sol effrité du bord de la falaise. De petites pierres se détachèrent de la paroi et tombèrent droit dans la clairière. La femelle noire se figea.

    Un chat brun foncé au pelage tigré émergea des branches. Griffe de Ronce fixa l'endroit où se trouvait la cachette de Feuille de Houx, ses pupilles étrécies. Elle recula et retint sa respiration. Puis elle l'entendit appeler plusieurs chats.

    « Pelage de Lion ? Cœur Cendré ? Menez la patrouille frontalière autour du sommet de la combe. Nuage de Colombe et Nuage de Lis peuvent venir avec vous. »

    Elle entendit les chats se rassembler en bas. Feuille de Houx risqua un dernier coup d'œil au-delà du bord. Son cœur se brisa presque lorsqu'elle vit son frère Pelage de Lion tourner autour de Cœur Cendré, le bout de sa queue longeant sa douce fourrure grise. Nuage de Colombe et Nuage de Lis - elles n'étaient encore que des chatons minuscules lorsque Feuille de Houx est partie, et à présent, elles étaient devenues des apprenties fortes au regard confiant ! - bondissaient autour d'eux, impatientes de partir en patrouille.

    « Griffe de Ronce a-t-il entendu un renard ? » demanda Nuage de Lis avec enthousiasme.

    Nuage de Colombe pencha la tête sur le côté, pensive.

    -Je ne pense pas, » miaula-t-elle.

    Pelage de Lion commença à les mener à travers la barrière d'épines. Feuille de Houx savait qu'elle devait partir immédiatement. Elle espérait juste que sa fourrure contienne assez d'odeur du Clan du Tonnerre pour ne pas être traquée jusqu'aux tunnels.

    Heureusement, les fougères étaient trempées à cause de la fonte du gel, ce qui les rendait moins aptes à retenir son odeur. Elle se fraya un chemin en grimaçant lorsque de l'eau froide pénétra sa fourrure, puis courut vers le tunnel. Elle pouvait entendre Pelage de Lion emmener la patrouille sur le côté de la combe. Nuage de Lis courait devant, reniflant chaque buisson et chaque ronce qu'elle voyait.

    « Il n'y a rien ici ! Aucun renard n'est venu de ce côté ! »

    Feuille de Houx marqua une pause, soudainement remplie d'espoir qu'ils la trouvent et la ramènent au Clan. Elle leur manquait sûrement un peu, non ? Puis elle pensa à tout ce qui s'était passé, la vérité que Feuille de Lune, Œil de Geai et Pelage de Lion avaient découverte. Le Clan se portait mieux sans elle. En poussant un petit soupir, elle se faufila dans le trou étroit et laissa les ombres l'engloutir.

    ***

    « Et ensuite j'ai vu Petite Églantine - enfin, elle s'appelle Belle Églantine maintenant - et elle a perdu l'usage de ses pattes arrière ! Elle se traînait sur le ventre dans la clairière. Peut-être que l'arbre est tombé sur elle. J'aurais dû être là pour aider ! » Feuille de Houx s'arrêta pour reprendre son souffle, consciente qu'elle ne s'était pas arrêtée de parler depuis qu'elle était revenue.

    Depuis sa place, à côté de la rivière, Feuille Morte la fixait. C'était une journée peu lumineuse, presque aucune lumière ne filtrait jusque dans la grotte, mais Feuille de Houx pouvait voir ses yeux briller faiblement. « Tu n'aurais pas pu empêcher l'arbre de tomber, souligna-t-il. De toute façon, tu as choisi de partir, tu te souviens ? »

    Feuille de Houx gratta la pierre avec sa patte. « Ce n'était pas comme si j'avais eu le choix à ce moment-là, murmura-t-elle. Je...Je ne t'ai pas tout dit à propos de ce qui s'est passé. Je n'ai pas juste découvert que Poil d'Écureuil et Feuille de Lune nous avaient menti. Un autre chat avait découvert la vérité, un chat nommé Pelage de Granit. Il a menacé de tout révéler aux quatre Clans, et donc je...je l'ai tué. »

    Il y eut un long silence. Feuille de Houx risqua un coup d'œil vers Feuille Morte. Son regard était plongé dans la rivière.

    « Le Clan t'a-t-il chassée quand ils l'ont découvert ? demanda calmement Feuille Morte.

    -Non ! Ils ne l'ont jamais su ! Seule Feuille de Lune l'a deviné et puis je l'ai dit à Œil de Geai et Pelage de Lion. Je voulais qu'ils sachent pourquoi je devais partir.

    -Mais tu aurais pu revenir, miaula Feuille Morte en soutenant son regard. Tes frères et Feuille de Lune t'aiment trop pour tout dévoiler à propos de Pelage de Granit. Ton secret sera toujours bien gardé. 

    -Ça, tu ne le sais pas ! gémit Feuille de Houx.

    -Je crois que si, ajouta le mâle roux et blanc. Tout ce que tu m'as raconté me prouve à quel point tu es importante pour ta famille.

    -Tu ne comprends pas, miaula Feuille de Houx, l'air misérable. Trop de choses se sont déroulées. Le Clan n'a plus besoin de moi. »

    Feuille Morte se détourna et entreprit de partir. « Ton Clan aura toujours besoin de toi, chuchota-t-il en s'enfonçant dans les ténèbres.

    ***

    Feuille de Houx s'était forcée à attendre trois quarts de lune en plus avant de retourner à son lieu d'espionnage au sommet de la combe. La neige était encore tombée, rendue argentée et scintillante par le gel. La chatte noire s'accroupit dans l'herbe fragile, frissonnante, et regarda le Clan se réveiller doucement en dessous d'elle. Griffe de Ronce envoya une patrouille de guerriers somnolents vers la frontière du Clan du Vent. Feuille de Houx était surprise de voir à quel point ses camarades semblaient maigres. Elle balaya la clairière du regard afin de guetter un quelconque signe d'un tas de gibier, mais seules des touffes de fourrure et des plumes restaient à côté du tronc d'arbre.  Les proies devaient se faire rares après une saison si rigoureuse.

    Un mouvement fit frémir l'extrémité de l'arbre abattu, là où les murs de la pouponnière étaient juste visibles. La voix de Pavot Gelé retentit, emplie de frustration.

    « Petite Cerise ! Ne pense pas à sortir par ce temps ! Petit Loir, ramène ta sœur à l'intérieur tout de suite ! »

    Deux petites formes duveteuses surgirent des ronces et déboulèrent dans la clairière. La femelle rousse s'arrêta, prise d'une quinte de toux. Son frère au pelage crème et brun dérapa juste devant elle. « Tu ne peux pas jouer dehors aujourd'hui, miaula-t-il. Tu as entendu ce que Pavot Gelé a dit. »

    Une femelle écaille-de-tortue se glissa hors des murs de la pouponnière et se pencha sur la femelle rousse. « Viens, ma petite, murmura Pavot Gelé. Je t'accompagne jusqu'au nid. 

    -Œil de Geai peut me donner des herbes, non ? supplia Petite Cerise en fixant sa mère de ses grands yeux ambrés.

    -Il est à court de mille-feuille, » expliqua Pavot Gelé, sa voix trahissant son inquiétude. Feuille de Houx devina qu'elle essayait de cacher son angoisse à ses chatons. « Je suis sûre qu'il en trouvera aujourd'hui, et après tu te sentiras mieux. »

    Elle poussa sa fille du museau vers la pouponnière, laissant Petit Loir vadrouiller seul dans la clairière. Feuille de Houx plissa les yeux. Elle savait ou trouver de la mille-feuille. Elle fit volte-face et courut droit vers le tunnel. Elle était habituée à l'espace restreint maintenant et se faufilait à l'intérieur sans y penser. Elle courut ensuite dans les tunnels, les pattes fermes et confiantes sur la pierre froide et humide. Il n'y avait aucun signe de Feuille Morte lorsqu'elle déboula dans la caverne de la rivière. Feuille de Houx bondit au dessus de l'eau et s'engagea dans le tunnel qui menait aux bois et le suivit jusqu'à la fin, plongeant dans la lumière du jour alors que le soleil filtrait à travers les arbres.

    Loué soit le Clan des Étoiles! 

    Le bouquet de mille-feuille était toujours en train de pousser à l'entrée du tunnel, frais et bien vert malgré le froid. Feuille de Houx récolta autant de tiges qu'elle pouvait en porter puis retourna droit dans le tunnel en faisant bien attention de ne pas marcher sur les feuilles traînant au sol. Lorsqu'elle émergea de l'étroit tunnel en plein dans le territoire du Clan du Tonnerre, elle posa la mille-feuille et renifla l'air. Une patrouille venait de passer, ce qui signifie qu'elle devrait avoir assez de temps pour déposer les herbes en bas de la falaise. Feuille de Houx essaya de calmer son cœur. Il battait si fort que ses pattes tremblaient en même temps. Il était trop tôt pour que les chats sortent en dehors du camp, et la patrouille se dirigeait vers la direction opposée. Si elle courait vite et restait dans l'ombre, elle n'avait aucune raison d'être vue.

    Elle n'hésita plus une seconde. La chatte noire ramassa les feuilles et suivit le chemin qui menait en bas de la falaise. Dérapant au coin de la combe, elle faillit percuter les ronces qui protégeaient le camp.

    Une voix grogna depuis l'intérieur, « Attends ton tour ! »

    Feuille de Houx marmonna des excuses instinctives et se précipita au bord de la barrière de ronces. Il n'y avait aucun chat montant la garde maintenant que l'aube était arrivée. Elle déposa les herbes sur le chemin bien caché à travers les épines. Le premier chat à venir les trouverait. Petite Cerise allait pouvoir être soignée avant même que le soleil ne monte plus haut dans le ciel.

    Elle entendit un chat se faufiler entre les ronces de l'autre côté. Feuille de Houx fit volte-face et retourna au sommet de la falaise en courant. Ses camarades de Clan se demanderaient sûrement qui a déposé ces herbes, mais avec de la chance ils en viendraient à penser qu'un des apprentis les avait collectées sans rien dire. Personne n'avait besoin de savoir que Feuille de Houx était revenue les aider.

    Les secrets n'étaient pas tous mauvais.

    Traduction approximative de Hollyleaf's Story - L'histoire de Feuille de Houx effectuée par Ðidychu.


    6 commentaires
  • (Traduction) Chapitre 7 de Hollyleaf's Story

    Feuille de Houx dormit deux jours entiers après son retour. Feuille Morte lui apportait du poisson pour manger dès qu'elle s'agitait, et certaines herbes qu'elle ne reconnut pas pour soigner la toux qu'elle avait développée dehors à rester constamment balayée par le vent. Son nid était là où elle l'avait laissé, mais plus doux et profond que dans ses souvenirs.

    « J'ai ajouté plus de plumes, » admit timidement le mâle roux et blanc. « Au cas où tu reviendrais. » Il se glissa délicatement à ses côtés et enroula son corps froid autour du sien alors qu'elle se rendormait. 

    Elle se réveilla enfin, les idées claires, affamée mais reposée. De la lumière jaune se faufilait dans le tunnel, ce qui insinuait que le soleil était à son zénith dehors. Feuille de Houx était seule dans son nid mais Feuille Morte apparut presque immédiatement, un poisson dans la gueule.

    « Tiens, mange ça, » miaula-t-il en laissant tomber la bête aqueuse devant elle.

    Ce n'était pas aussi bon que le gibier de la forêt- rien ne peut égaler leur goût, pensa Feuille de Houx - mais elle l'avala docilement, sentant la force de ses pattes lui revenir. Feuille Morte s'assit devant son nid et la fixa du regard.

    « J'ai revu le renardeau, annonça Feuille de Houx en se léchant les babines afin d'enlever les dernières traces de poisson de ses moustaches. 

    Feuille Morte sembla surpris. 

    -Tu es sûre que c'était bien le même ?

    -Sans hésitation. J'ai reconnu son odeur.

    -T'a-t-il reconnu ? » demanda le mâle roux et blanc.

    Feuille de Houx regarda ses pattes et secoua la tête. Elle se sentait stupide et embarrassée d'admettre ce qu'elle avait fait, mais elle espérait que Feuille Morte ne la jugerait pas trop durement. « Il ne voyait en moi qu'une pièce de gibier juteuse, miaula-t-elle calmement. J'ai du partir. »

    Elle sentit quelque chose de doux lui effleurer l'oreille lorsque Feuille Morte la toucha du bout de la queue. « Je suis tellement désolé. Tu lui as sauvé la vie, et c'est comme ça qu'il te récompense ? Franchement, certains animaux n'ont aucune gratitude ! »

    Il y avait une note d'amusement dans sa voix. Feuille de Houx releva la tête pour voir ses yeux briller avec humour. « C'était digne d'une cervelle de souris de penser qu'il se souviendrait de moi, admit-elle.

    -Pas qu'un peu ! éclata Feuille Morte. À quoi pensais-tu ? Qu'il t'aurait amené dans sa tanière pour te présenter à sa mère ? »

    Feuille de Houx haussa les épaules.  « J'étais si seule, murmura-t-elle. Je voulais juste un ami. »

    Feuille Morte se précipita vers elle et pressa sa fourrure contre la sienne. « Tu as un ami, insista-t-il. Juste ici. J'étais trop paresseux pour patrouiller pendant que tu étais partie. Nous devrions vérifier les tunnels - juste au cas où le renardeau penserait à te suivre - et après nous verrons si tu te rappelles comment attraper un poisson ! »

     ***

    Plus tard, quand les trous dans le plafond devinrent sombres et les pattes de Feuille de Houx douloureuses d'avoir couru sur la pierre, elle s'allongea sur son nid de plumes. Elle laissa échapper un ronronnement quand elle sentit Feuille Morte remuer près d'elle. 

    « À quoi tu penses ? murmura-t-il.

    -À quel point je suis heureuse d'être revenue, répondit-elle honnêtement. Je ne suis pas faite pour vivre seule, on dirait. »

    Feuille Morte lui donna un coup de langue sur l'oreille. « Je suis content que tu sois revenue, moi aussi. »

    Feuille de Houx pivota pour lui face face. « Tu penses parfois aux chats que tu as laissés derrière toi ? 

    -Tout le temps, miaula-t-il doucement. Mais cela fait si longtemps, je ne m'en souviens pas très bien. »

    La femelle noire cligna des yeux. Elle s'était enfuie du Clan du Tonnerre depuis plusieurs lunes mais elle n'avait pourtant rien oublié. « Depuis combien de saisons vis-tu dans les tunnels ?»

    Feuille Morte haussa les épaules et détourna la tête. « Plus que je ne peux compter. Mais il est trop tard pour changer quoi que ce soit, maintenant. »

    Feuille de Houx évita de lui suggérer une nouvelle fois d'aller chercher son ancienne tribu. À la place, elle s'installa plus confortablement sur son flanc et souffla, « Parle-moi de ta famille. Tu dois bien t'en souvenir. 

    -Ma mère s'appelait Ombre Brisée. Elle était très gentille et très belle. Elle...Elle ne voulait pas que j'aille dans les tunnels. Je pense qu'elle savait que quelque chose de terrible se produirait.

    -Ne pouvait-elle pas t'en empêcher ? demanda Feuille de Houx.

    -Pas si j'étais sur le point d'être une Griffe Acérée, répondit le mâle. C'est ce que je voulais, plus que tout. » Il marqua une pause. Feuille Morte semblait tellement triste. « Cela remonte à si loin dans le passé...Et toi, et ta mère ? L'as-tu prévenue que tu quittais le Clan ? »

    Feuille de Houx commença à trancher une des plumes avec sa griffe. « Pas exactement, » marmonna-t-elle.

    Feuille Morte se raidit. « Tu veux dire qu'elle n'a aucune idée de là où tu te trouves ? Et si elle te croyait morte ?

    -C'est sans doute mieux comme ça, » soupira Feuille de Houx. Alors qu'elle parlait, la chatte noire se demandait à quel chat elle se référait : Feuille de Lune, sa vraie mère, ou Poil d'Écureuil, celle qui l'avait élevée ? « C'est compliqué, confessa-t-elle. J'ai...j'ai deux mères. »

    Derrière elle, elle sentit Feuille Morte pointer ses oreilles en avant. « Deux ?

    -Ma vraie mère, Feuille de Lune, est une guérisseuse. Elle n'est pas supposée avoir des petits mais elle s'est enfuie avec Plume de Jais du Clan du Vent, et quand elle est revenue, elle a donné naissance à trois chatons, moi et mes frères. Pour dissimuler ce qu'elle avait fait, elle nous a confiés à sa sœur, Poil d'Écureuil, qui prétendait qu'elle était notre mère. Même son compagnon, Griffe de Ronce, pensait qu'il était notre père ! »

    Feuille Morte resta calme pendant un moment. Puis il demanda : « Tu penses que Poil d'Écureuil t'aimait ? 

    -Oh oui, miaula-t-elle. Je veux dire, elle s'inquiétait pour nous tout le temps, comme les autres reines de la pouponnière. Mais elle nous a menti ! Elle nous a seulement dit la vérité quand un autre chat l'y a forcée !

    -Et à propos de...Feuille de Lune, c'est ça ? Comment agissait-elle avec toi ? »

    Feuille de Houx soupira. « Elle nous a toujours porté de l'intérêt, mais je pensais que c'était parce que Poil d'Écureuil était sa sœur. J'ai été son apprentie pendant un moment mais après j'ai changé et j'ai décidé de suivre un entraînement de guerrière. J'aimais travailler avec elle ; c'est juste que ce n'était pas ce que je voulais faire durant le reste de ma vie.

    -Feuille de Lune sait-elle que tu connais la vérité ? demanda Feuille Morte.

    -Oui, » répondit la femelle noire en grimaçant au souvenir de sa confrontation finale, furieuse, avec la guérisseuse du Clan du Tonnerre. « Je...je lui ai dit qu'elle méritait de mourir pour ce qu'elle avait fait, mais elle m'a répondu que sa plus grande douleur est de devoir vivre avec tout ça. » Feuille de Houx s'arrêta de parler et se mit à regarder les morceaux de plume à ses pattes.

    « Selon moi, commença prudemment Feuille Morte, ces deux chattes t'aimaient énormément. Deux mères, c'est sans doute mieux que de ne pas en avoir, non ? Et peu importe ce que tu as fait avant de venir ici, elles doivent toutes deux espérer que tu sois en vie, saine et sauve. »

    « Sûrement, » admit Feuille de Houx. Elle repoussa les éclats de plumes de son nid. « Mais comment peuvent-elles vivre avec tous ces secrets ? La vérité, c'est tout ce qui compte ! 

    -Pas toujours, miaula le mâle roux et blanc. Peut-être qu'elles croyaient faire ce qui leur semblait être le meilleur pour toi et tes frères. Tu ne peux pas leur en vouloir de t'aimer plus que tout, Feuille de Houx. »

    Il tapota son épaule avec sa patte, Feuille de Houx se recoucha à nouveau. Elle ne pouvait pas nier que Feuille Morte avait raison : Poil d'Écureuil et Feuille de Lune l'avaient aimée. Mais tout s'est compliqué à cause de ces secrets et ces mensonges - et à cause du fait que Feuille de Houx a tué Pelage de Granit pour l'empêcher de révéler la vérité à tout le monde. Mais après j'ai réalisé que cela ne resterait jamais secret, et j'ai tout révélé aux Clans à l'Assemblée. Pelage de Granit était mort pour rien, et Feuille de Houx n'avait d'autre choix que de s'en aller.

    Dehors, le temps se refroidissait. Il y avait moins de poissons dans la rivière et Feuille de Houx devait aller chasser dans la forêt, quittant les tunnels juste le temps d'attraper une souris ou un écureuil et, la fois dernière, un pigeon plutôt maigre. Feuille Morte ne venait jamais avec elle; il est sorti quelques fois, disait-il, pour récolter des herbes après l'arrivée de Feuille de Houx dans les tunnels, mais il ne se sentait à sa place dehors. Le cœur de Feuille de Houx se tordait toujours de tristesse quand elle voyait le museau roux et blanc de son ami sortir furtivement de l'ombre, regardant anxieusement autour de lui comme s'il chassait. Feuille Morte semblait voir les tunnels comme son foyer, mais également comme sa prison. Croyait-il vraiment qu'il était trop tard pour retrouver sa famille ?

    Feuille de Houx garda l'œil ouvert, guettant le retour du renardeau et de sa mère mais elle ne vit rien de plus gros qu'un pigeon parmi les arbres enneigés, et les seules traces qu'elle vit menaient vers le taillis de pins. Elle vira dans la direction opposée, utilisant l'odeur de la mille-feuille pour la mener rapidement vers le tunnel. Il y avait un petit bouquet qui poussait juste à l'entrée, perçant la neige de ses feuilles velues.

    Chaque fois que Feuille de Houx se rendait à l'extérieur, elle se surprenait à guetter des signes d'autres chats, de l'autre côté de la crête. Ses camarades de Clan trouvaient-ils assez de proies dans la neige ? Les anciens étaient-ils forts et en bonne santé ? Plusieurs fois, ses pattes semblaient la mener au sommet de la crête sans qu'elle n'y prête attention, jusqu'à ce qu'elle ne soit plus qu'à quelques longueurs de queue de renard de la frontière du Clan du Tonnerre. Mais à l'idée de faire face avec l'un de ses anciens camarades de Clan lui gelait le sang des veines. À chaque fois, Feuille de Houx se retournait au dernier moment et courait là où Feuille Morte l'attendait.

    Un quart de lune plus tard, les nuages enneigés se dissipèrent, faisant place à un ciel dégagé et frais et à un air sec. Feuille de Houx s'enfonça dans son nid pour tenter de se réchauffer, mais son esprit était hanté par ce qu'il pouvait se passer dans la combe du Clan du Tonnerre. Elle s'assit en sachant qu'elle ne trouverait pas le sommeil tout de suite. Le tunnel était empli d'une lumière argentée qui brillait presque aussi fort que le soleil. Feuille de Houx sortit de son nid et trottina le long du passage qui menait à la rivière souterraine. La grotte était vide en dehors de la lumière éblouissante qui rayonnait dans chaque coin et teintait la rivière de blanc. Feuille de Houx leva la tête et entreprit de regarder à travers le trou dans le toit. Loin, bien loin au dessus, une lune parfaitement ronde trônait dans le ciel. C'était une nuit plutôt froide pour une Assemblée. Feuille de Houx s'imagina les chats se blottissant dans le creux, un nuage de vapeur sortant de leur museau alors qu'ils écoutaient chaque chef de Clan prendre la parole.

    « Tes camarades de Clan te manquent, n'est-ce pas ? » murmura Feuille Morte derrière elle.

    Feuille de Houx sursauta. Elle ne l'avait pas entendu entrer. « Je veux juste m'assurer qu'ils vont bien, miaula-t-elle, l'air coupable. La mauvaise saison peut être rude pour les Clans, et avec toute cette neige, ils n'ont peut-être pas trouvé assez de nourriture. »

    Feuille Morte leva une patte pour l'arrêter. « Et bien, sors les voir.

    -Je ne peux pas ! Ils doivent rester persuadés que je suis partie pour toujours !

    -Rends-leur visite sans être vue, si c'est ce que tu veux, suggéra Feuille Morte. Tu ne peux pas passer tout ton temps à regarder la lune et à rester perdue dans tes pensées. »

    Feuille de Houx sentit ses pattes se dérober sous elle. Peut être avait il raison. Elle connaissait son ancien territoire assez bien pour rester cachée. Si elle pouvait juste s'assurer que le Clan du Tonnerre survivait à la dure saison, elle pourrait enfin dormir sur ses deux oreilles.

    Traduction approximative de Hollyleaf's Story (L'histoire de Feuille de Houx) effectuée par Ðidychu - Toute reproduction interdite.


    2 commentaires
  • Les maladies et blessures

    Les chats vivant à l'état sauvage sont souvent les victimes de maladies ou de blessures. C'est le travail du guérisseur de les soigner dans ces conditions. Voici la liste des maladies ou blessures que peuvent contracter les chats sauvages.


    Les maladies et leurs circonstances

     


    Infections pulmonaires

    • Le mal blanc et le mal vert sont les infections pulmonaires les plus communes chez les chats des Clans. Le mal blanc est celui le plus doux, mais s'il n'est pas traité il peut se développer en un sévère mal vert. Les chats l'attrapent souvent durant la saison des feuilles mortes et la mauvaise saison, et parfois cela peut évoluer en une épidémie à grande échelle. Cela peut être fatal pour des anciens ou des chatons, ces maladies ont pris la vie de nombreux chats. Cela se répand vite et c'est très contagieux. Les guérisseurs utilisent de l'herbe à chat pour traiter ces maladies. C'est le premier guérisseur du Clan du Tonnerre, Nimbes Noirs, qui a trouvé que c'était le meilleur remède. Si la fièvre accompagne la toux, de la tanaisie ou des feuilles de bourrache peuvent être utilisées.
    • La toux des chatons est une maladie mentionnée dans Retour à l'état sauvage. Rhume des Foins parle d'une herbe pour soigner cette maladie. Elle semble avoir disparu lorsque les Bipèdes ont quitté la forêt.
    • Le mal noir est mentionné par Papillon comme étant une infection pulmonaire.
    • Le mal rouge est mentionné par Micah dans Moth Flight's Vision comme étant une maladie venant de la ferme attrapée par un chat qui toussait du sang. Elle est aussi mentionnée par Tonnerre.
    • Le mal jaune apparaît dans Thunder and Shadow et se déclare dans le Clan de l'Ombre. Elle infecte et tue plusieurs chats et peut être soignée uniquement par une plante nommée la Pulmonaire. Cette maladie provoque une perte d'appétit, de la fièvre, des difficultés à respirer, du délire et des maux de gorge.

     

    Empoisonnements

    L'empoisonnement est l'ingestion d'une substance pouvant nuire au corps tout comme :

    • Manger ou boire des substances empoisonnées ou des plantes comme les baies empoisonnées. Les chatons sont souvent les victimes de ces baies, trop curieux et inconscients du danger.
    • Manger du gibier avarié (connu sous le nom de chair à corbeaux) ou boire de l'eau trouble
    • Respirer trop de fumée lors d'un incendie
    • Se faire mordre par un animal venimeux comme un serpent

    Si seulement une petite quantité de poison est ingérée, le chat s'en sort juste avec un mal de ventre, mais de plus grandes quantités peuvent provoquer la mort. Les guérisseurs traitent les maux de ventre avec de la mille-feuille ou des feuilles d'ortie, les doux maux de ventre peuvent être traités avec des baies de genièvre ou de la menthe aquatique. Si un chat a été sévèrement empoisonné (par exemple en mangeant des baies empoisonnées comme Petite Châtaigne dans Une sombre prophétie), ils peuvent tomber inconscients pendant un bon moment.

     

    Infections transmises par les rats

    Les chat sont parfois les victimes de maladies transmises par les rats. L'une d'elles est appelée la maladie du Charnier. Le tout premier guérisseur du Clan de l'Ombre, Cœur de Galet, est celui qui a réalisé que les rats étaient porteurs de maladie. Lorsque les chats du Clan de l'Ombre mangent parfois les rats du Charnier, ils étaient exposés à attraper des maladies. Cela a beaucoup affecté le Clan de l'Ombre car cette maladie est dévastatrice et très contagieuse. La racine de glouteron est utilisée pour stopper l'infection des morsures de rats.

    Perte de perception sensorielle

    Un chat peut perdre la vue ou l'ouïe à cause de l'âge, comme Un-Œil, ou à cause d'accidents et d'infections ou encore des malformations congénitales. Ces conditions mettent généralement fin à la carrière d'un guerrier car ils ne peuvent plus chasser ou se battre correctement et doivent rejoindre les anciens, comme Longue Plume. Les chatons nés avec des malformations meurent généralement jeunes, sauf s'ils ont des pouvoirs spéciaux comme dans le cas d'Œil de Geai. Les chatons blancs aux yeux bleus ont un grand pourcentage de chance de naître sourds, comme Patte de Givre.

    Douleurs articulaires

    Les anciens en souffrent souvent car les articulations se fatiguent avec l'âge, causant de la douleur et des difficultés à bouger. Des environnements humides sont souvent la cause des douleurs articulaires, les apprentis doivent donc s'assurer que la mousse qu'ils rapportent pour la litière des anciens est complètement sèche. Ces douleurs sont souvent traitées avec des marguerites ou de la jacobée.

    Mal de dent

    Un mal de dent peut être causé par une dent cassée, des caries ou une infection de la bouche. De l'écorce d'aulne peut être utilisée pour apaiser la douleur.

    Fièvre

    La fièvre est une hausse anormale de la température du corps. Ce n'est pas une maladie en soi mais elle est un signe de la présence d'une infection, comme le mal vert ou une plaie infectée. Elle peut être traitée avec de la camomille, des feuilles de bourrache ou de la lavande.

    Frissons

    Les frissons sont généralement associés avec une température froide ou au fait d'avoir été plongé dans l'eau froide pendant une longue période. Même si cette condition est apparemment sans danger, elle a prit la vie de Petite Écume. Les chatons et les anciens sont plus aptes à mourir lorsqu'ils ont des frissons. Lécher la fourrure d'un chat dans le sens contraire du poil est un bon moyen de faire circuler le sang à nouveau. Un cataplasme de lavande, de l'herbe à chat et de la grande camomille sont aussi de bons remèdes.

    Autres maladies

    Plusieurs autres maladies ont été mentionnées dans les livres, mais les chats n'ont pas de noms pour elles. 

    • La maladie d'Étoile Noire : il avait une maladie qui le faisait tousser et le rendait faible, surtout pendant la mauvaise saison. Il a donc dû rejoindre les anciens alors qu'il était très jeune. Cette maladie est sans doute l'équivalent de l'asthme.
    • La maladie de Taches Fauves : la bosse douloureuse dans son estomac était une tumeur cancéreuse
    • La maladie du liquide du Clan de la Rivière : empoisonnement provoqué par l'absorption d'un liquide étrange, sûrement de l'essence, par les chats du Clan de la Rivière dans le cycle 2. 
    • La maladie de Cœur de Nacre : le lieutenant du Clan de la Rivière est mort d'une boule étrange au ventre qui s'avère être une tumeur, un peu comme Taches Fauves.
    • La maladie d'Étoile du Léopard : maladie provoquant la déshydratation qui s'avère être le diabète.

     

    Les maladies et blessures

    by hioming


    Les blessures 


    Plaies

    Provoquées lorsque la peau ou les muscles sont déchirés ou coupés. Elles peuvent mettre la vie d'un chat en danger si trop de sang est perdu ou qu'il y a des infections ou des dommages causés aux organes vitaux. Les plaies sont les blessures les plus communes à cause de la vie de guerrier des chats qui se battent souvent contre les Clans rivaux ou d'autres animaux comme les blaireaux, les chiens ou les renards.

    Les plaies mineures guériront avec le temps, mais celles plus graves ont besoin d'être traitées par un guérisseur. Il faut d'abord bien nettoyer la plaie à coups de langue, stopper le saignement avec des toiles d'araignée ou de la mousse, et appliquer des cataplasmes pour empêcher l'infection et aider à la guérison. Les plantes utilisées pour les cataplasmes sont souvent la verge d'or, le souci, la racine de bardane ou, dans le cas de morsures de rats, de l'ail sauvage. Si la plaie s'infecte, du cerfeuil ou de la prêle peuvent être utilisés. La douleur peut être apaisée par des graines de pavot ou de l'écorce de saule.

    Entorses

    Les entorses sont des blessures aux ligaments d'une articulation, causé par un étirement anormal ou un déchirement. Cela provoque une sévère douleur et diminue la capacité de mouvement de l'articulation en question. Le chat doit juste se reposer pendant quelques jours.

    Déboîtement d'une articulation

    C'est le déplacement d'un os de son articulation. Les guérisseurs commencent d'abord par donner des graines de pavot au blessé pour les rendre somnolents et apaiser la douleur, puis replacent le membre dans son articulation.

    Coussinets craquelés

    Causés par une longue marche sur des surfaces dures ou un temps particulièrement froid. Ce sont souvent les anciens qui en souffrent. Les coussinets sont traités avec un cataplasme de feuilles de tussilage ou de la mille-feuille ou encore de l'oseille sauvage pour refroidir les fissures.

    Os brisés

    Les os cassés sont souvent le résultat d'accidents, comme une haute chute ou le fait d'être percuté par un monstre sur le chemin du Tonnerre. Les chats se brisent le plus souvent leurs pattes et pendant que les guérisseurs enveloppent la plaie avec des toiles d'araignée, le chat restera souvent infirme durant le reste de sa vie. Seuls quelques chats ont survécu, le meilleur exemple en est Museau Cendré.

    Une plus grave blessure est de se briser la colonne vertébrale. Le chat ne peut ainsi plus bouger ou sentir ses membres. Si la cassure est assez grave, le chat sera tué sur le coup après l'impact. Belle Églantine s'est brisée la colonne vertébrale et ne peut ainsi plus utiliser ses pattes arrière. Poil Crépu, un mâle du Clan de l'Ombre, s'est aussi cassé la colonne vertébrale et depuis qu'il reste assis sur son nid sans bouger, de l'eau est rentrée dans ses poumons et il est évidemment mort de manque d'exercice.


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires