• Les Hautes Pierres - The Highstones

    Très loin au nord du territoire du Clan du Vent, de l'autre côté du Chemin du Tonnerre dangereux, se dresse une étrange chaîne de montagnes qu'on appelle les Hautes Pierres. Au fond d'une galerie profonde dans la montagne se trouve la Pierre de Lune, un rocher scintillant que le clair de lune nimbe d'argent.  C'est là que les guerriers des clans doivent se rendre pour communier avec le Clan des Étoiles. Les chefs y voyagent pour recevoir leurs neuf vies et leur nom de meneur. Les guérisseurs s'y retrouvent à chaque demi-lune, pour échanger des remèdes et partager les rêves du Clan des Étoiles.

    Les Hautes Pierres

     

    Comment la Pierre de Lune fut découverte

    Il y a des lunes et des lunes, à l'aube des clans, les chefs n'avaient aucun moyen de communier avec les guerriers de jadis. Si les esprits leur apparaissaient en rêve, les meneurs ne pouvaient d'eux-mêmes chercher leur conseil.

    À cette époque, il y avait une chatte du Clan du Vent nommée Vol du Papillon. Sa fourrure était blanche et douce, ses yeux d'un vert ombrageux. Elle avait la patte légère et le cœur pur, mais elle était aussi nerveuse et distraite. Elle avait l'habitude de revenir de la chasse avec des baies au lieu de proies. Lorsqu'on lui demandait à quoi servaient ces baies, elle admettait qu'elle n'en savait rien, mais qu'elles pourraient sans doute s'avérer utiles un jour.

    Plus d'une fois, le lieutenant du Clan du Vent, Poil d'Ajoncs, découvrit Vol du Papillon le museau dans une touffe de plantes, de l'autre côté d'une frontière ennemie. Si elle se faisait surprendre, Poil d'Ajoncs savait que le Clan du Vent en paierait le prix. 

    Un matin, Étoile du Vent emmena une patrouille le long du Chemin du Tonnerre. La meneuse sentit le sol trembler sous ses pattes et comprit qu'un monstre de Bipèdes arrivait. Lorsqu'elle jeta un coup d'œil en arrière vers ses guerriers, elle en eut le souffle coupé. 

    Vol du Papillon traversait le Chemin du Tonnerre en suivant une plume bleue légère qui voletait vers le territoire du Clan de l'Ombre.

    « Vol du Papillon ! »

    Son cri fut étouffé par le rugissement du monstre. Heureusement, au même instant, Poil d'Ajoncs se jeta sur Vol du Papillon pour la pousser de l'autre côté du Chemin du Tonnerre. Le monstre leur passa devant à toute vitesse en leur crachant un nuage de fumée nauséabonde au museau et en les arrosant de gravillons.

    « Restez-là ! » ordonna Étoile du Vent aux autres membres de la patrouille avant de traverser le ruban noir en toute hâte.

    La meneuse était furibonde. Non seulement Poil d'Ajoncs, qui venait de risquer sa vie pour sauver leur camarade, était son lieutenant, mais c'était aussi le père de ses chatons.

    « Cervelle de souris ! gronda-t-elle en foudroyant du regard la guerrière blanche. Tu passes ton temps à contempler les étoiles, à pourchasser des plumes ! Tu n'as rien dans le crâne ! Tu aurais pu te faire tuer - vous auriez pu vous faire tuer tous les deux ! »

    Vol du Papillon gratta le sol, honteuse.

    « Je suis désolée, Étoile du Vent. J'ai eu l'impression qu'elle m'appelait.

    -La plume ? fit la meneuse. Elle t'appelait vers où ? »

    Du bout de la truffe, la chatte distraite désigna une crête de monts acérés au loin, plus loin que n'importe quel territoire des clans.

    « Très bien, lâcha Étoile du Vent. Suis ta plume, remplis-toi la tête de nuages, nourris-toi de baies et rien d'autre, je m'en moque ! Si tu ne peux pas te dévouer au code du guerrier, nous ne pouvons pas te faire confiance. Tu dois partir d'ici.

    -Quoi ? s'étrangla l'intéressée. Mais je fais partie du Clan du Vent !

    -Ce sera ta punition. »

    Le regard d'Étoile du Vent était aussi glacial que la bise du nord. Le cœur lourd, Vol du Papillon partit de chez elle. Elle marcha toute la journée, traversant le territoire du Clan de l'Ombre, vers les rochers qui ressemblaient à des dents pointues. Plus elle grimpait haut, plus l'herbe se raréfiait, jusqu'à ce que le sol soit entièrement pierreux. Les arbres laissèrent la place à des blocs de pierre aussi imposants que le Grand Rocher des Quatre Chênes. Le soleil disparut derrière la crête et les pics devinrent des crocs noirs acérés.

    Vol du Papillon léchait ses coussinets écorchées lorsqu'une grive jaillit d'un buisson en volant au ras du sol. Elle la prit en chasse avant de s'arrêter net devant un énorme bloc de pierre, remarquant à peine l'oiseau qui s'envolait dans le ciel orange. Elle fixa la montagne devant elle, où une immense ouverture béait au milieu de la roche.

    Elle s'approcha prudemment de l'entrée. Il faisait complètement noir, à l'intérieur, comme dans une bouche silencieuse. À l'extérieur, les ombres s'allongeaient. Elle renifla le passage obscur qui s'ouvrait devant elle et ne perçut aucune odeur animale.

    Elle posa une patte, puis une autre, sur le sol froid de la grotte. Elle progressait lentement, sentant que le tunnel s'étrécissait et descendait de plus en plus. Parfois, elle percevait d'autres boyaux, partant du conduit principal dans d'autres directions, mais quelque chose la poussait à avancer tout droit. Dans les froides ténèbres, elle se sentait légère et la tête lui tournait. Même si sa queue frôlait la voûte du tunnel tant le passage était étroit, elle continua à s'enfoncer dans la montagne, nullement apeurée.

    Elle ignorait depuis combien de temps elle marchait lorsqu'une nouvelle odeur flotta jusqu'à sa truffe. Le parfum de l'air frais et du gibier. Elle s'immobilisa. Un rayon de lumière apparut dans l'obscurité devant elle, révélant une grotte scintillante. En haut de la voûte, par une ouverture dans la roche, elle vit un triangle de nuit, ainsi que la lune ascendante. L'astre déversait sa lumière argentée sur une pierre dressée au milieu de l'antichambre.

    Haut de trois longueurs de queue, le roc brillait telle une toile d'araignée parée de gouttes de rosée. Vol du Papillon s'en approcha tout doucement, tous ses sens en éveil. Suivant son instinct, elle s'allongea, ferma les yeux et colla sa truffe contre la froide surface de la pierre. Puis elle rouvrit les yeux. La grotte était remplie de félins scintillants.

    « Bienvenue, Vol du Papillon. Tu as trouvé la Pierre de Lune, annonça l'un des esprits. C'est un endroit sacré. Tu dois avertir les autres guerriers de son existence.

    -Mais je ne peux pas ! s'étrangla la chatte blanche, tête basse. J'ai été bannie.

    -Tu as été exilée parce que tu possèdes justement les qualités dont nous avons besoin. Ta curiosité, tes visions, ton ouverture d'esprit qui te permet de voir les signes du monde, tout cela est précieux. Nous t'avons choisie pour devenir la première guérisseuse. »

    Le cœur de Vol du Papillon se gonfla d'une joie étrange et farouche.

    « Qu'est-ce que cela signifie ?

    -Que tu te dévoueras à ton clan, expliqua un autre ancêtre. Tu apprendras le langage des plantes médicinales. Tu déchiffreras les présages que nous t'enverrons pour conseiller ton chef sur des sujets difficiles et tu veilleras sur ton clan. »

    Vol du Papillon secoua la tête.

    « Étoile du Vent ne me laissera jamais revenir.»

    -Est-ce vrai, Étoile du Vent ? »

    Vol du Papillon fit volte-face et reconnut dans l'ombre la silhouette de son chef.

    « Tu es en train de rêver, Étoile du Vent, murmura l'esprit. Accueille ta nouvelle guérisseuse. Elle reviendra vers toi. »

    Les oreilles frémissantes, la meneuse plongea son regard dans les yeux verts de Vol du Papillon, acquiesça, puis disparut dans les airs.

    « Voilà les chats que tu devras trouver », déclara une autre voix. 

    Trois félins apparurent devant elle, tous trois roulés en boule, endormis.

    « Pelage Tacheté, du Clan de la Rivière, ronronna un autre guerrier-étoile en s'approchant d'une chatte écaille gracieuse.

    -Cœur de Galet, du Clan de l'Ombre, murmura un autre, en remuant du bout de la patte un matou gris sombre et tigré jusqu'à ce qu'il grogne dans son sommeil.

    -Et Nimbes Noirs, du Clan du Tonnerre. »

    Un esprit pointa du bout de la queue un mâle noir à poil long, aux oreilles, au poitrail et aux pattes avant blancs.

    « Amène-les ici à la prochaine demi-lune, lui ordonnèrent les ancêtres, et nous vous apprendrons à tous à devenir des guérisseurs. »

    Tandis qu'ils disparaissaient dans un nuage de poussière d'étoiles, Vol de Papillon s'étira puis se roula en boule pour s'installer confortablement. Cette nuit-là, elle dormirait près de la Pierre de Lune. Le lendemain, elle regagnerait la forêt en tant que première guérisseuse de l'histoire des clans.

    Les Hautes Pierres

    Les Hautes Pierres, by ClimbToTheStars


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter